Trek dans la vallée de Naar Phu.

Oui je sais je ne suis pas en avance pour publier sur WordPress…Mais un petit passage en Chine où toute rédaction sur un blog est impossible a considérablement aggravé mon retard !!!

Je suis partie pour cette aventure en novembre 2016 avec mon équipe préférée : Nara et Bishnu.

C’était un peu un test pour moi car après la maladie de Lyme que j’ai malheureusement attrapée au Népal il y a 2 ans …je restais toujours en déficit d’énergie et j’avais des doutes sur mes capacités.

Faisant toute confiance à Nara, je n’avais absolument pas regardé le trajet ce qui m’a réservé quelques surprises.

Pour commencer nous avons remonté la vallée sur la piste des Manang qui n’est vraiment pas ce que je préfère car beaucoup trop touristique. Mais si il y a des touristes cela signifie qu’il y a de beaux paysages …donc ne boudons pas notre plaisir. En plus une vague de froid s’était abattue sur le Népal ce qui avait rendu les troupeaux habituels plus clairsemés.

Un autre avantage de cette partie du voyage est de nous faire parcourir des paysages verdoyants et fleuris…

Autre avantage d’être dans une zone touristique, nous bénéficions de conditions d’hébergement relativement confortables et vu le froid (mais quand même pas de chauffage) …c’est appréciable !!

Arrivés à Koto, nous quittons la vallée principale pour nous engager dans une vallée étroite …On me prévient que cela va être dur : 8 heures de marche minimum. Cela ne monte pas trop dur donc je gère et le fait en 7 heures…tout va bien !!!

On arrive à Meta un village quasiment abandonné où subsiste juste 2 ou 3 guest houses. Je pieux être satisfaite les touristes ne se bousculent pas. Dès que le soleil se couche, il fait un froid sibérien. Le lendemain pour aller à Phu, il faut encore faire 8 à 9 heures de marche en montant et descendant sans adret et là pas trop loin de la fin, il y a un raidillon de folie qui casse bien les jambes.

Après plusieurs fausses joies, on arrive à Phu village déjà dans l’ombre donc glacial.. Rencontre sympa avec une quine d’alpinistes suisses …mais il fait vraiment trop froid et le lendemain on repart vers Naar.

 

Départ aux aurores comme d’habitude et comme on crève de froid, c’est plutôt un soulagement d’aller boire un thé chaud. Pour aller à Naar, c’est encore 8 heures de marche minimum…mais une fois que l’on a pris l’habitude …on gère !!!

La première partie du chemin consiste à redescendre tout ce que l’on a monté …pour ensuite remonter encore plus haut jusqu’à Naar. Comme on est tous un peu patraques, on s’arrête à Chako sur le chemin histoire de profiter d’un peu de repos. Très bonne idée car on repart pour Naar avec plein d’énergie ce qui ne m’empêche pas de tomber dans une grande descente et de m’abimer le genou. Cela m’apprendra à regarder le paysage et pas mes pieds. On arrive enfin à Naar qui reste au soleil assez longtemps dans l’après midi et c’est un bonheur.

En plus nous arrivons juste au moment où se déroulent 2 pumas pour célébrer l’anniversaire de la mort d’une vieille dame…on est pour l’instant les seuls. Malgré le mal au genou je suis ravie d’être là. Par contre Nara m’explique le programme du passage du col : pas de problème pour monter à 5400m …par contre la descente est super dangereuse : ultra pentue et que des cailloux qui roulent. Pas de sauvetage possible en hélico ni avec des mules : seule possibilité aller chercher un yack 2000 mètres plus bas…

 

 

Comme j’ai très mal au genou je ne me fais pas prier et nous redescendons à Koto par le même chemin …certes c’est beaucoup plus long mais moins risqué. Nous descendons donc ce chemin boisé et sympa et comme je suis curieuse, je demande à remonter la vallée des Manangs pour voir à quoi ressemble le paysage de l’autre coté du col.

Je ne suis pas déçue car malgré les touristes …les paysages sont splendides.

J’évite quand même le village de Manang car là c’est vraiment trop…Les touristes chinois montent en jeep ..je vous laisse imaginer..

On s’arrête dans le village de Tangki où il n’y a qu’un homestay qui fonctionne…le notre !!! et où nous sommes les seuls clients. L’hôtesse nous montre son costume traditionnel (que j’ai déjà en croyant qu’il venait du Tibet…) et on passe une super soirée. Nous redescendons ensuite au pas commando pour avoir le temps d’aller à Bandipur.

A Bandipur, on s’est promis d’aller aider une vieille dame très pauvre qui vit seule et s’occupe du temple hindouiste. Son toit est plein de trous …donc j’achète les tôles et les garçons aidés de quelques villageois réparent le toit. La vieille dame est très contente …même si cela ne se voit pas de trop sur les photos.

Publié le 17 janvier 2017, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :