Myanmar : Yangon et la Shwedagon

Yangon (anciennement Rangoun) est la plus grande ville du Myanmar (ex-Birmanie). Son paysage urbain allie architecture coloniale britannique, immeubles modernes et pagodes bouddhistes dorées. La célèbre pagode de Shwedagon est un immense stūpa étincelant qui attire des milliers de pèlerins chaque année.

Avec 4,5 millions d’habitants, elle est située sur le fleuve Yangon né de la confluence des rivières Bago et Mytmiya. Son nom birman Yangon est formé de yan (ရန္) et koun (ကုန္), qui signifient « ennemis » et « manquer de », respectivement. Le nom peut donc être traduit comme « fin de la discorde », « fin du conflit ».

En novembre 2005, la junte militaire au pouvoir a commencé à déplacer sa capitale à l’intérieur du pays, à Naypidaw près de Mandalay. Naypyidaw est officiellement la nouvelle capitale depuis le 26 mars 2007.

Quelques mots a propos des nats qui sont partie integrante de la vie birmane.

Les nats sont des esprits vénérés au Myanmar depuis une très haute antiquité, en parallèle avec le bouddhisme. Ils se répartissent entre 37 Grands Nats et tous les autres (divinités des eaux, des arbres, du foyer, etc.) La plupart des 37 Grands Nats sont des êtres humains qui ont connu une mort violente (sein-thei, littéralement « mort verte »). Ils sont de deux types : Les nats inférieurs sont des Devas des six cieux inférieurs, les nats supérieurs procèdent des six domaines supérieurs. Un peu comme les Saints du christianisme, les nats peuvent obtenir cet état pour diverses raisons.

Les Nats ont des caractéristiques humaines, des désirs et des besoins, ce qui est considéré comme une faille dans le bouddhisme traditionnel. Au cours des nat pwè, fêtes destinées à les apaiser, les nat kadaw (ou nat-gadaw : maîtresses ou médiums des nats) dansent et incarnent leur esprit durant des transes. Le rôle de Nat kadaw est souvent rempli par des travestis. La musique, interprétée par un orchestre (saing waing), augmente l’effet du Nat pwè et de nombreux assistants entrent en transe.

L’entree de la pagode ressemble a celle des grands magasins…

La légende

Selon la légende, deux frères marchands de la région de Yangon, qui voyageaient en char sur les routes de l’Inde, apprirent d’un Deva qui avait été leur parent dans une vie antérieure, l’avènement d’un nouveau bouddha qui avait réalise l’éveil 7 semaines auparavant. Gautama méditait sous l’arbre Rajayatana depuis 7 jours quand les marchands vinrent à lui, se prosternèrent et lui offrirent des gâteaux de miel. Avant de partir, ils lui demandèrent huit de ses cheveux afin de rapporter quelque chose à vénérer. Le Bouddha accepta et quand ils eurent les cheveux dans les mains, ceux-ci se mirent à briller, illuminant toute la forêt. Les éléments se réjouissaient : la terre se mit à trembler et les océans à bouillonner. Le bouddha leur dit de faire construire un zedi (stûpa) sur la colline de Singuttara, où les reliques de trois anciens bouddhas se trouvaient déjà. Les frères s’éloignèrent ensuite sans tourner le dos au Bienheureux.

Se rendant compte qu’ils ne possédaient rien d’assez digne pour transporter les cheveux, le Nat Thagarmin leur offrit un coffret orné d’émeraudes : les frères y entreposèrent les cheveux durant le voyage. À leur retour, ils le donnèrent au roi Okkalapha avec les indications de Bouddha. L’emplacement de la colline était inconnu, et le roi offrit de grosses récompenses à qui la retrouverait. Alors que personne n’y arrivait, des nats servant de Thagarmin défrichèrent une nuit la colline, qui apparut ainsi clairement aux yeux de tous. Okkalapla y fit alors construire un stupa. Lorsqu’il ouvrit le coffre contenant la relique, les cheveux du Bouddha se mirent à briller, les arbres fleurirent et une pluie de pierres précieuses tomba du ciel. Elles furent enchâssées dans la pagode.

Histoire

D’après les textes monastiques, le stupa  principal aurait donc été construit du vivant du Bouddha Gautama  au vie siècle av. J.-C., mais cela est contesté par les archéologues qui en placent la construction entre le vie et le xe siècle de notre ère, par les Mons

Le premier stûpa, délabré, est reconstruit vers 1360 par le roi Môn Binnya U , qui l’élève jusqu’à 18 ou 20 mètres. Au xve siècle, la Reine Shin Sawbu  (1453-1472) entreprend de grands travaux pour améliorer sa forme et sa taille, donnant en outre son poids en or pour couvrir le stûpa (la tradition aurait été respectée jusqu’à l’époque actuelle).

Au cours des siècles, une série de tremblements de terre endommagea le site. Les plus importants dommages furent causés par celui de 1768 : le sommet du stûpa s’effondra. Il fut réparé et agrandi par le roi Hsinbyushin  qui lui donna son aspect définitif. Une cloche de 24 tonnes fut offerte par son successeur Singu Min  en 1778 ; elle fut elle aussi dérobée, par les britanniques durant la première guerre anglo birmane 1824, mais elle coula dans la rivière. Elle n’a été renflouée qu’en 1926 et se trouve aujourd’hui dans l’angle Nord-Ouest. Le site fut ensuite occupé à plusieurs reprises par les officiers anglais durant les guerres anglo-birmanes6.

Le site subit aussi plusieurs avanies à l’époque moderne. En 1931, un grand incendie endommagea la pagode. En octobre 1970, un tremblement de d’intensité modérée dévia visiblement l’axe du hti. Un échafaudage temporaire fut alors érigé pour effectuer des réparations.

Durant les évènements politiques de 2007 le site, qui servait de point de ralliement aux bonzes, fut interdit d’accès par le régime pendant quelques jours.

Le stûpa atteint la hauteur de 98 mètres. Sa base est faite de briques recouvertes de milliers de plaques d’or. Elle est entourée d’une forêt de 64 petits pagodons qui forment une petite enceinte avec 4 temples plus grands situés aux points cardinaux.

Sur la flèche se trouve une sorte d’ombrelle, appelée le hti en birman, où sont accrochées 1065 clochettes d’or et 420 clochettes d’argent, ainsi qu’une girouette ornée de pierres précieuses. Elle se termine par le seinbu, une petite sphère d’or incrustée de milliers de diamants dont une émeraude de 76 carats.

 

 

Publié le 8 février 2018, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. WAOUHHH ce ciel, ce bleu! je suis très envieuse!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :