Inde 2018 : Challenge sourire pour l’ethnie Minyong

Avec toutes ces différents ethnies, je suis obligée de tout noter scrupuleusement pour ne pas m’y perdre..

Aujourd’hui il parait que la route est meilleure mais elle me parait aussi mauvaise que d’habitude…Ces femmes portent des palmes pour recouvrir leur maison.

En chemin nous rencontrons, un homme Galong qui s’est habillé pour aller au festival qui va avoir lieu à Pasighat …cela tombe très bien c’est la direction que nous prenons.

Traversée d’un pont dit faible (en voiture) et d’un pont en bambou (à pied !!!) …vu mon entrainement au Népal, je traverse ce dernier presque en courant…

Nous nous arrêtons ensuite dans un village Minyong où il n’y a pas un chat. Mais c’est la saison de la moisson et la plupart des villageois sont occupés dans les champs.

Pilya est prêt à abandonner …mais j’insiste pour aller au bout du village car je veux voir à quoi ressemble le costume des Minyong. Je ferais au moins des photos des maisons.

On rencontre une première femme qui lie des paquets de feuilles mais a priori elle est sourde et muette donc même mon camarade Apatani ne peut pas communiquer. Plus loin on voit des villageois occupés à tresser des paniers qui nous envoie dans le haut du village.

Dans le haut du village on trouve une vieille dame qui a la coupe de cheveux (au bol) traditionnelle des Minyong et des Adi (dont la culture et les costumes sont très proches…). Elle ne parle pas non plus …heureusement sa fille arrive et elle est d’accord pour s’habiller pour les photos.

Je photographie la voisine aussi qui a un costume un peu différent…

Il me faut un homme (pour les photos…). Il y a un monsieur en train de se laver juste à coté et on l’embauche pour les photos. Je sens que mon challenge va être de le faire sourire… J’ai l’impression de faite des photos de police.

Je réussis au delà de mes espérances…mais du coup je ne peux plus faire de photos tellement il est mort de rire…

Heureusement tout rentre dans l’ordre et on peut finir la séance…

A l’heure du déjeuner (toujours un moment difficile pour moi qui doit éviter le masala…), nous rencontrons un guerrier Adi en civil qui se promène avec une redoutable épée ornée d’un crâne de léopard (les léopards sont moins protégés que les Calao ???). Le type en question sourit lorsqu’il se brûle …cela promet. Heureusement les restaurateurs sont super sympa.

On termine la journée par un village Adi où il n’y a vraiment personne. Je découvre l’échelle sur laquelle on fait monter le mithun avant de le sacrifier en le pendant. Cela me semble vraiment très cruel …à Pilya aussi car les Apatani les tuent d’un coup de hache derrière la tête ce qui est nettement plus rapide.

En ressortant du village j’aperçois un curieux monument en bambou. Il s’agit d’une tombe Adi toute fraiche. On prévoit pour le mort, de la nourriture (viande séchée, chips, viande cuite dans les bambous). Il emporte même son diplôme d’horticulture, on ne sait pas si cela sera utile dans l’au delà.

Un peu plus loin …à l’entrée du village Adi, il y a une porte qui ressemble un peu à celle des Akha et en tout cas qui a le même usage c’est à dire de maintenir les mauvais esprits à l’extérieur du village. Cette porte est décorée avec des armes : arc, fusil en bois… Même les symboles en bambou sont similaires…mais ces 2 peuples viennent de régions pas si éloignées en Chine.

Publié le 12 novembre 2018, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :