Myanmar 2019 : Mandalay cité des joyaux

Elle fut sa dernière capitale royale, entre 1860 et 1885, sous la dynastie Konbaung . On la surnommait alors la « cité des joyaux », pour son  jade réputé. Elle est aujourd’hui la capitale administrative de la région de Mandalay.

Elle a été détruite par des incendies successifs dans les années 1980. Partout en ville, on entend parler mandarin. En 2011, la ville compte 30, voire 40 % de chinois. Pour la plupart, il s’agit d’immigrants qui, dans les années 1990, ont commencé à déferler depuis le Yunnan voisin. Ils viennent consolider la minorité locale sino-birmane, installée là depuis le xviie siècle.

Un escalier super raide nous fait monter sur la colline de Yankin . En principe il existe un couple de cerfs domestiqués qui si on les nourrit nous font gagner des mérites pour l’au delà…mais en fait je n’en vois qu’un et comme il est tout seul, il parait assez dépressif…Il existe un nombre incalculable de pagodes et on descend dans un espèce de défilé qui abrite des poissons dorés que les fidèles arrosent consciencieusement …

En revenant au centre de Mandalay une belle surprise nous attend !!! Le défilé du Shinbyu…

Le Shinbyu est un rite de passage.
Il permet aux garçons d’entrer dans le Shanga, la communauté religieuse. 

C’est un rituel auquel chaque birman se prête. La religion ayant un rôle « social » primordial, il est impossible d’imaginer un manquement à cette initiation. Cette « petite » ordination est directement inspirée du « Grand Départ ». Le Prince Siddharta quitte son riche palais et s’engage vers ce qui va le mener à devenir Bouddha.

La cérémonie reprend cette histoire de façon symbolique. Les enfants sont richement parés de vêtements de soie et de bijoux, ils sont également maquillés. Lors d’une grande fête, à laquelle participe tout le village, ils sont menés, en cortège, jusqu’au monastère. Là, ils président aux offrandes et au repas des invités. Après avoir quitté leur tenue d’apparat, ils revêtent une longue robe blanche et sont tondus par les moines. Leurs cheveux sont recueillis dans un linge blanc. On leur met alors la robe couleur safran et on leur octroie un bol à offrandes. 

Cette cérémonie leur confère le statut de novice. Ils se doivent de respecter dix règles fondamentales et incontournables. Parmi celles-ci : Ne pas consommer d’aliment solide l’après-midi ou encore aller quêter sa nourriture les pieds nus.

Ce passage initiatique est aussi très important pour les parents. C’est la première « rupture » officielle avec leurs enfants. C’est aussi une façon d’obtenir « un grand mérite » car cet enfant devient un don. Il n’est donc pas rare que des familles très aisées, ou n’ayant pas de garçons, prennent à leur charge cette cérémonie et conduisent au monastère un orphelin ou un enfant issu d’une famille très pauvre. 

L’âge moyen est situé entre 10 et 12 ans. Il faut que l’enfant soit en mesure de bien comprendre les préceptes enseignés. Certains parents les présentent cependant dès le plus jeune âge, parfois 3 ou 5 ans.

Après une semaine passée au monastère, les enfants regagnent leur foyer.

 

 

 

 

 

 

Publié le 2 avril 2019, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :