Inde 2020 : Découverte des Naga Angami à Khonoma

Arrivée à Dimapur, on prend immédiatement la voiture pour aller à Kohima qui est la grande ville où a lieu tous les ans le hornbill festival où se retrouvent toutes les tribus Naga.

Là c’est clair on n’est plus à Lahe ou Khamti …c’est une vraie ville avec des embouteillages …pas un seul Naga en costume et d’ailleurs je les comprends car il fait vraiment trop froid. On commence donc à faire du shopping pour s’acheter bonnet et veste de laine avec lesquels je vais dormir systématiquement…

Je cache mes inquiétudes en ce qui concerne les costumes car cette région me parait bien trop urbanisée

Lorsque j’aborde enfin le sujet …on me dit que pas de problèmes …demain on va dans un petit village : Khonoma où tout sera différent !!

Khonoma est un village Angami situé à environ 20km de la capitale de l’état : Kohima

Le village est appelé Khwuno-Ra (nommé d’après le terme de fin de partie pour une plante locale, Glouthera fragrantisima). La population totale du village est d’environ 1943, installée dans 424 ménages. C’est le premier village vert en Inde.

Le terrain du village est vallonné, allant des pentes douces aux pentes abruptes et accidentées. Les collines sont couvertes de forêts luxuriantes, riches en diverses espèces de flore et de faune. L’oiseau d’État, le tragopan de Blyth, un faisan aujourd’hui menacé à l’échelle nationale, se trouve ici.

Khonoma est un village de taille moyenne situé dans la sous-division Sechü-Zubza du district de Kohima, Nagaland avec un total de 424 familles résidant. Le village de Khonoma a une population de 1943 dont 919 sont des hommes tandis que 1024 sont des femmes selon le recensement de la population de 2011.

Le village est divisé en trois Thinuos, à savoir Merhüma (M-Khel), Semoma (S-Khel) et Thevoma (T-Khel).

Le village de Khonoma a un taux d’alphabétisation plus élevé que celui du Nagaland. En 2011, le taux d’alphabétisation du village de Khonoma était de 83,41 % contre 79,55 % pour le Nagaland. À Khonoma, l’alphabétisation masculine s’élève à 93,72 %, tandis que le taux d’alphabétisation des femmes était de 74,19 %.

Conformément à la constitution de l’Inde et à la loi Panchyati Raaj, le village de Khonoma est administré par Sarpanch (chef du village) qui est élu représentant du village.

Effectivement lorsque l’on arrive tou est propret voire coquet …on est loin du Nagaland que je connais et surtout on ne se croirait pas en Inde…

Je fais ma requête pour avoir un couple vêtu de manière traditionnelle …cela a l’air de surprendre …je suis un peu étonnée…pendant que les modèles s’habillent on va viusiter le village …

Dans ce village, les Naga et les britanniques se sont battus férocement …le petit fort au sommet du village a été détruit et reconstruit 4 fois. Quelques tombes d’officiers anglais témoignent de la dureté des combats…les soldats ordinaires tombés au combat n’ont pas eu droit à ce genre d’honneur. Mais depuis les Naga sont pratiquement tous christianisés …en général baptistes. Donc on trouve également des stèles de mémoires comme celle datée de 1992

Les Angami Nagas sont des gens de montagne qui dépendent essentiellement de la culture et de l’élevage. Les Angamis sont connus pour la culture du riz humide en terrasses; en raison de cette culture laborieuse, la terre est la forme la plus importante de propriété parmi eux. Ils sont l’un des deux seuls groupes de Nagas sur les dix-sept qui pratiquent la culture du riz humide sur des terrasses faites sur les pentes de colline. Cela leur permet de cultiver la même parcelle année après année. Ils dépendent, dans une très petite mesure, de la culture sur brûlis.

Les Angamis étaient traditionnellement des guerriers. Les hommes Angami passaient la majeure partie de leur temps à combattre des villages hostiles et à prendre des têtes. Depuis 1879, lorsque les Britanniques ont réussi à annexer leur territoire, les querelles entre les villages ont pris fin. Avec l’introduction du christianisme les Angami ont changé leur foi.

La stratification sociale n’est pas observée dans la communauté Angami. Traditionnellement, les biens étaient divisés également entre les fils et les filles recevaient également une part; dans les familles modernes, elle est partagée entre les enfants. Le plus jeune homme de la famille hérite du foyer parental, Kithoki, ce qui signifie qu’il est responsable de leurs soins jusqu’à leur décès.

Les Naga sont devenus des agriculteurs hors pair d’où les rizières en terrasses alimentées en eau par un système de déversoir astucieux…

Pendant ce temps là mes modèles sont arrivés …le Monsieur qui visiblement n’a pas l’habitude de faire cela …n’est pas du tout à l’aise …et j’ai beaucoup de mal à le faire sourire …

Le costume est relativement complexe et élaboré …beaucoup plus que ce que j’ai pu voir de l’autre coté de la frontière…

Le costume de la dame est par contre beaucoup plus simple …mais les bijoux sont très intéressants …

On se quitte bons amis surtout le monsieur, soulagé que cette épreuve soit terminée. On par visiter l’atelier de tissage de la dame qui fabrique encore des vêtements traditionnels.

On repart pour une visite approfondie du village …

On remarque de grandes plateformes rondes qui sont des plate formes de défi . Ne sont autorisés à les construire que les gens riches qui ont offert plus de 5 fois des fêtes à tout le village . La plate forme en question a été validée par 7 fêtes …Le défi consiste à sauter d’un plot à un autre sans élan en traversant la plate forme …seulement 3 personnes sont capables de faire cela dans le village.

Malgré l’importance de la christianisation quelques coutumes traditionnelles demeurent . les jeunes hommes sont initiés à la tradition par les anciens, dans un bâtiment appelé le Morong. Ils dorment sur des bas flancs sans oreillers et sans s’allonger tout à fait pour être capable de se réveiller très vite en cas de danger….sauf que maintenant tous ces jeunes gens apportent oreiller !!

Les boucliers Angami sont décorés avec de la fourrure d’ours …

On repasse par les champs où je suis étonnée que le bétail ne soit pas utilisé pour le labour …tout se fait à la main..Ils cultivent du riz en été et des pommes de terre l’hiver …

L’église que l’on voit dans le lointain est absolument colossale pour le peu de maisons qui l’entourent …mais c’est également un moyen de montrer la puissance du village … on est bien loin des fameux chasseurs de têtes…

En repartant je remarque une affiche avec des guerriers Angami identiques à mes photos…il y a aussi une photo d’une jeune fille Chin en costume Mizo…il est vrai que le Mizoram n’est pas très loin ainsi que la frontière du Myanmar

Publié le 5 mai 2020, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :