Indonésie 2020 : découverte de l’Ile de Pura près d’Alor

Comme cette année j’ai pris le temps de visiter cette partie de l’Indonésie à fond …nous nous rendons sur l’ile de Pura …qui n’est pas trop loin de Ternate et qui tisse des ikats un peu différents de ceux que l’on peut trouver à Ternate.

Tous les Ikats de Alor et des iles avoisinantes comme Ternate, Pantar et Pura sont teints avec des teintures naturelles à base de plantes …c’est d’autant plus étonnant que certains colorants permettent d’obtenir des couleurs très vives …

Autre chose à connaitre au niveau de ces iles …il existe plusieurs niveaux de qualité des ikats qui correspondent au niveau social de ceux qui les tissent et les portent … Bien sûr les ikats haut de gamme sont les plus compliqués à tisser et pour certains les personnes capables de les réaliser ont déjà disparu et personne n’est capable de les refaire …

A part Ternate où les tisserandes tissent pour vendre, la plupart des textiles sont tissés par les familles pour leur besoins personnels …ils ne souhaitent pas les vendre surtout à des touristes …

Là aussi l’approche commerciale devient très compliquée. Heureusement Marlon a des cousins sur place qui seraient intéressés par la vente d’un Ikat familial pour financer les études des petits enfants…

Pura est une île de l’ archipel d’Alor , située à l’extrémité orientale des petites îles de la Sonde . L’île est la plus grande île du détroit de Pantar , qui sépare les deux plus grandes îles de Pantar et Alor . Il a une superficie de 27,84 km 2 , avec un terrain vallonné le long de la côte nord de l’île. Sur le plan économique, l’île reste dépendante de l’agriculture et de la pêche qui occupent 87% de la main-d’œuvre locale. Les noix de coco et les noix de cajou occupent la plus grande partie des terres cultivées, tandis que le maïs et le manioc sont les principales cultures vivrières, avec du riz également cultivé. Sur les 19 km de routes de l’île, 18 sont classés comme des chemins de terre « fortement endommagés ».

Effectivement je n’appelle pas cela une route et très peu d’aventuriers locaux se risquent dessus en mobylette…On trekke pendant une petite heure …heureusement car je fais le chemin avec des sandales en plastique très peu adaptées…

On s’arrête pour discuter avec une tisserand qui réalise un sarong en ikat « moyen de gamme » qui comportera 2 morceaux …

Je crée l’évènement dans le village car très peu de touristes occidentaux se risquent jusque là..

On est super accueillis par la famille …

Après une verre de céréales …on a droit à la présentation des Ikats que la famille est prête à vendre … Le dernier bleu vif mais quand même réalisé avec des teintures naturelles est un songket …

L’kat est le textile où on réalise le motif en teignant les fils avec des noeuds avant le tissage …

Le songket : le motif est réalisé au moment du tissage

Bien sûr la réalisation d’un Ikat demande une technicité et un temps de réalisation plus long..

Dès que je vois ces textiles …je flashe sur le premier …j’ai de la chance c’est le plus beau ..pour la négociation …on suit le même processus qu’à Ternate : désignation et négociation discrète …échange d’argent dans les toilettes … célébration devant un café turc…

Après bien sûr photos de famille que je leur enverrai bien sûr …

On repart sur le même chemin qui me semble beaucoup plus court qu’à l’aller …

On rentre en bateau juste avant la pluie …encore une belle journée !!!

Publié le 12 juin 2020, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :