Indonésie 2020 : Les Abui Lembur de Latifui

Les Abui sont un groupe ethnique indigène (également connu sous le nom de Barawahing, Barue ou Namatalaki) résidant sur l’île d’Alor, East Nusa Tenggara, en Indonésie. Les habitants de la tribu Abui sont répartis dans les districts de Alor Sud, Alor Est et Alor Nord-Ouest à Alor Regency. Le peuple abui parle la langue abui, qui est une langue papou (non-austronésienne), ainsi que l’indonésien, et un créole malais connu sous le nom d’alor malay.

Le terme Abui est un mot Abui qui signifie « montagne » ou « endroit fermé ».

Les gens d’Abui se nomment Abui loku, ce qui signifie littéralement ‘les gens de la montagne’. Le terme nu Abui est souvent associé à la grande chaîne de montagnes dans le centre d’Alor, Abui foka, et est souvent opposé à la plus petite chaîne de montagnes dans la région de Kabola / Adang parlant Abui kiding dans la tête de l’oiseau d’Alor.

La langue est appelée Abui tanga dans la variété Takalelang (la variété la plus étudiée) et Abui laral dans les variétés Welai, Mola et Mainang. Le glossonyme Abui a été introduit par Cora Du Bois à la fin des années 1930 après que l’ethnonyme était déjà en circulation.

Cet ethnonyme est également utilisé dans Alor Malay/Indonésien pour désigner les locuteurs d’Abui.

Cette fois ci nous abandonnons le village de Takpala pour aller au village de Lati fui …moins « touristique »…bien que je sois la seule touriste de l’ile du fait du coronavirus qui a fermé toutes les communications inter iles en Indonésie …

Le village présente le même type de maison qu’à Takpala qui comporte 3 étages …un étage genre terrasse sur élevée par rapport au sol qui sert de pièce à vivre, une pièce au premier étage qui compote un foyer et qui sert de dortoir et enfin une petite pièce au deuxième étage qui sert aux cérémonies animistes …

Selon la tradition orale Abui, les Abui se sont installés à Alor dans l’antiquité et n’y ont pas trouvé d’autres colons. Plus tard, certains d’entre eux se sont installés dans la péninsule de Kabola. La même tradition raconte qu’ils habitaient dans des grottes dans les montagnes de la région de Mainang. Dans cette région, on trouve aussi de l’art rupestre. Abui parle des tribus voisines comme de « jeunes frères et sœurs » ou de « nouveaux arrivants ». Cependant, la tradition orale d’Alor sert trop souvent d’instrument politique. La tradition orale n’a pas encore été vérifiée par des recherches archéologiques.

Dans la culture Abui les textiles sont également très signifiants …ils sont tissés selon des niveaux sociaux pré établis…mais par les Abui qui ne tissent pas eux mêmes …

Ils s’adressent à des tisserands d’autres tribus comme la tribu Alor qui connaissent parfaitement les motifs utilisés par les Abui et sont capables de les reproduire ..

Les couvertures ci dessous illustrent ce propos : elles sont toutes deux de niveaux social supérieur et à ce titre appartiennent au chef du village …

Le sarong ci dessous qui présente des Moko (tambours traditionnels en bronze ) qui servent de dot dans le cadre des marriages , est également de niveau social supérieur.

Les habitants de la tribu Abui se livrent à une danse traditionnelle appelée lego-lego, dans laquelle les danseurs se déplacent en cercle. Les gongs et les mokos sont également battus.

Les moko sont des tambours de bronze dont la conception et la décoration proviennent vraisemblablement du site de Dong Son au Viêt Nam. On en a trouvé en plusieurs endroits différents en Indonésie. Les plus connus sont ceux de l’île d’Alor, où ils constituaient des objets d’échanges cérémoniels.

Les moko d’Alor les plus récents ont été fabriqués à Java et en Chine au xixe siècle. Mais la façon dont les plus anciens ont été introduits reste un mystère. Les récits locaux parlent de la découverte de moko enterrés dans le sol. Aujourd’hui encore, on parle de telles découvertes.

Les moko sont toujours d’importants symboles de statut à Alor. Ils ont en particulier une grande valeur rituelle. En général, on demande encore des moko comme partie de la dot d’une mariée. Toutefois, le peu de moko disponibles de nos jours signifient qu’on doit les emprunter ou les mettre en gage.

Dès l’arrivée je suis tout de suite dans l’ambiance …le chef m’accueille avec une danse de guerre en grande tenue de guerrier …

La fille du chef s’habille également pour moi bien sûr en costume de statut supérieur …le bas de son sarong est décoré avec des ikats de couleur jaune en forme de moko.

Elle pose également avec un moko de bronze très ancien qui appartient à sa famille …

Le petit panier en vannerie qu’elle tient devant elle sert à contenir les noix de bétel qui sont une institution dans cette partie de l’Asie.

Le bétel désigne : une plante grimpante (Piper betle), dont la feuille sert à fabriquer la préparation à mâcher appelée bétel ;
une espèce de palmier, palmier à bétel ou aréquier (Areca catechu), dont le fruit, la noix d’arec, sert à fabriquer la préparation à mâcher appelée bétel ;
une préparation à mâcher (Paan) préparée avec les feuilles et fruits respectifs des deux plantes précédentes.

bbbbb

nnnnn

Encore une journée formidable passée dans un endroit paradisiaque…

Publié le 10 juillet 2020, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :