Indonésie 2020 : Escapade à Lembata

Arrivés à Maumere la situation n’est pas plus claire : il n’y a de bateaux que tous les 15 jours à cause du coronavirus …le prochain part le 16 décembre soit dans plus d’une semaine environ et il met 4 jours pour atteindre Bali en passant tenez vous bien par Makassar (Sulawesi ) puis Surabaya (Java) avant d’arriver à Bali …c’est comme si pour aller de Paris à Lyon …on passait par Oslo puis Lisbonne…avant d’arriver à destination !!!

Je demande à réfléchir quoique avec une cabine …c’est pas terrible mais au pire …

L’avion c’est sans Marlon qui panique pour le moindre nuage …alors en saison des pluies !!!

Comme il n’y a pas grand chose à faire pour l’instant on part vers l’est où le temps parait plus clément…

Avec notre fidèle Bram nous repartons pour Larentuka où on devrait trouver sans problèmes un bateau pour Lembata …Bon bien sur il y a cette histoire de volcan en éruption près de Lewoleba mais au point ou nous en sommes …no problem !!!

Donc on repart vers Larentuka et en chemin on s’arrête à Tana Ai pour se rafraichir la mémoire en ce qui concerne le type de textiles tissé dans la région…

Sur la route de beaux paysages de rizières avec des femmes en train de replanter du riz pour démarrer la deuxième récolte de l’année …

Nous échangeons des saluts amicaux !!!

La dernière photo représente des noix de cajou en train de sécher au soleil (lorsqu’il y en a…) car on est en pleine période de récolte de ces graines. Elles sont malheureusement torréfiées à Java ou ailleurs ce qui fait qu’il est difficile d’en trouver à la consommation !!!

Après un passage éclair à Larentuka à l’est de Flores nous arrivons par bateau à Lembata. Au premier coup d’oeil je ne suis vraiment pas emballée par Lewoleba qui est la ville principale de l’ile …la plupart des commerces sont fermés à cause de l’épidémie qui a supprimé toute venue des touristes dans l’ile …à part moi …

On a un mal fou à trouver un restaurant correct, l’hotel où l’on est descendu est loin d’être impeccable …bref cela commence fort !!!

Heureusement on a trouvé 2 ojek (moto taxi) sympas pour nous balader dans l’ile …

Un des pilotes est une gentille musulmane que Marlon refuse de laisser conduire la mobylette …ce qui fera qu’il sera toujours à la traine …un règlement de comptes s’imposera à court terme !!!

L’endroit cible où sont les plus beaux textiles sont inapprochables du fait de l’éruption du volcan..Qu’importe on va voir un groupe de tisserands qui possède les soit disant merveilles…

Au premier coup d’oeil je suis moyennement emballée …car en plus sous cette bâche bleue, les textiles ne sont pas vraiment à leur avantage et cela n’aide pas mon petit Sony à faire des photos correctes …

La construction des motifs me rappelle ceux d’Alor : disposition en rayures…

Je me risque à demander un prix : 18 millions de roupies …pas d’affolement !!! Mais quand même … Bon d’accord ils utilisent du coton filé à la main et des couleurs naturelles mais cela fait presque 1200 euros pour un textile …ils les gardent …

Ils ont également des selimuts de Lamalera le village où on pratique encore la chasse à la baleine artisanale traditionnelle …

Nous avons prévu de visiter ce village une prochaine fois car il est loin de Lewoleba et plus facile à atteindre en bateau, à partir de l’ile de Pantar …

Là les tissages ressemblent à ceux de Ternate …mais c’est vrai que cela n’est pas si loin …à approfondir lors de notre prochain passage !!!

Enfin une pièce vraiment intéressante !!!

J’ai vraiment envie d’en savoir plus sur ce motif… mais personne ne peut me renseigner. En tout cas le voyage vers Atadei peut être organisé à la suite de celui à Lamalera …donc pas de problème …j’irai sur place !!!

Enfin des sarongs anciens beaucoup plus simples…avec des rayures !!! Comme à Adonara qui est une ile juste à coté…

J’ai vraiment envie d’en savoir plus mais toute la région d’Ile Ape est dominée par le volcan qui crache en grondant régulièrement un panache de fumée…

On décide de s’approcher dans une partie de la région plus facilement accessible …ce qui nous permet de faire la connaissance d’une charmante dame qui nous montre ses sarongs dont les prix sont inabordables également …

On continue notre route jusqu’à un soit disant fossile de baleine …

Dans la région il parait que les baleines trop âgées viennent s’échouer sur la plage pour mourir …ce squelette appartient peut être à l’une d’entre elles…En tout cas vu la forme de la mâchoire …c’est bien une baleine et pas un cachalot même si je n’y connais pas grand chose !!!

On continue à avancer et on arrive à un barrage de l’armée qui nous laisse passer sans sourciller …

Marlon qui traine derrière comme d’habitude …est obligé de s’enregistrer …mais on le laisse passer !!!

Au pied du volcan il y a un petit village où on trouve quelques habitants. Je leur demande si ils n’ont pas peur et on me répond qu’ils ont l’habitude !!!

Je trouve cela un peu trop relax car j’avais compris que l’on avait évacué TOUT le monde par sécurité …mais on nous a bien laissé passer !!!

L’avant dernière photo est la plante indigo que les tisserandes utilisent pour teindre leur textiles !!!

On arrive enfin à un village traditionnel magnifique mais complètement désert …car là tout le monde a été évacué.

Il s’agit du fameux village où les tisserands réalisent des sarongs à plus de 1000 euros …cela me donne envie de revenir pour avoir le fin mot de l’histoire …

En attendant j’admire les maisons : il y a des maisons mâles qui sont celles qui ont les décorations de faîtes de toit les plus compliquées …

Les maisons qui les décorations les plus simples : une coupe renversée et un baton …sont les maisons femelles.

Le volcan s’énervant à un rythme accéléré …on juge plus prudent de rentrer à Lewoleba. Et au barrage où on ne nous a absolument rien dit à l’aller on se fait carrément allumer au retour en nous disant que c’était trop dangereux.

Je me retiens de leur demander pourquoi ils nous ont laissés passer à l’aller …car le Bupati (régent) est présent et il parait qu’il est vraiment impossible.

En tout cas j’ai vu ce que je voulais voir donc tout est bien qui finit bien.

Si on veut être dans les temps pour retourner à Larentuka il est temps de reprendre le bateau dans le petit port de Lewoleba.

Pour faire toujours dans la simplicité il faut escalader plusieurs bateaux avec une petite échelle assez instable ..ce qui n’est pas facile pour les porteurs !!!

Au moins à Lembata il faisait presque beau …retour dès que possible à Maumere et sa grisaille !!!

Publié le 29 janvier 2021, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :