Indonésie 2020 : Derniers moments à Flores

C’est notre dernier jour à Flores …car Marlon prend le bateau en couchant sur le pont pendant 3 jours …de mon coté je suis risque tout sauf avec le coronavirus …pas de cabines = pas de bateau !!!

Je prends l’avion …nettement plus cher mais nettement plus rapide et surtout moins dangereux question virus …car même si avec Wings on est entassés comme dans une bétaillère …cela ne dure que 3 heures !!!

Avant cela gros cafouillage avant de trouver le bon port d’embarquement mais finalement on est bons pour retourner à Ende …

Avant de quitter la région Sikka on retourne à Ennak Nele pour saluer et remercier à nouveaux nos amies tisserandes qui ont été une aide précieuse pour retrouver les noms des motifs des magnifiques textiles du peuple Sikka.

Un superbe Ikat nous attends : la teinture très complexe du motif est terminée …Il ne reste plus qu’à le tisser ce qui prendra quand même plusieurs semaines …

Petit arrêt dans la jungle pour admirer la végétation locale …pas étonnant que les Portugais en découvrant cette superbe ile l’ai appelée Flores !!!

Comme à Ende il nous reste pas mal de temps à tuer avant que Marlon embarque pour son voyage style « Exodus » Donc on décide d’aller visiter la maison de Soekarno qui a vécu à Ende pendant longtemps …

Soekarno ou Sukarno, né Koesno Sosrodihardjo, est le premier président de la République d’Indonésie dont il a proclamé l’indépendance le 17 août 1945 avec Hatta, le premier vice-président. Son père, Raden Soekemi Sosrodihardjo, était maître d’école à Surabaya. Sa mère, Ida Ayu Nyoman Rai, était originaire de Buleleng. 

Il est appelé familièrement et affectueusement Bung Karno en Indonésie — frère, camarade Karno — par les Indonésiens. Les Occidentaux lui attribuent parfois le prénom Ahmad. En réalité, comme beaucoup de Javanais, Soekarno n’utilisait qu’un nom.

Fils d’un instituteur issu de la petite noblesse javanaise et d’une mère de l’aristocratie balinaise, la position sociale de ses parents lui permet d’entrer à l’école primaire — Europeesche Lagere School — et au lycée — Hoogere Burgerschool — pour Européens. Il entre à l’école d’ingénieur de Bandung dont il sort diplômé en 1926.

À Surabaya, Soekarno fait la connaissance de dirigeants politiques indigènes, dont H.O.S. Tjokroaminoto, dirigeant de l’organisation Sarekat Islam et aussi de Henk Sneevliet, un Néerlandais qui fondera le Parti social-démocrate des Indes, futur Parti communiste indonésien (PKI). Avec d’autres étudiants ingénieurs, il fonde le Partai Nasional Indonesia, « Parti national indonésien » (PNI).

Il est arrêté en 1929 puis libéré en 1931. Il est de nouveau arrêté en 1933 puis exilé à Bengkulu dans le sud de Sumatra.

Le 10 janvier 1942, les Japonais débarquent aux Indes néerlandaises.

Les troupes néerlandaises se rendent le 8 mars 1942.

Libéré par les Japonais, Soekarno décide de faire le jeu du nouvel occupant, persuadé de pouvoir en tirer parti. Il participe ainsi à la création du « Centre du pouvoir populaire » — Pusat Tenaga Rakyat — dont l’acronyme PUTERA signifie « fils, enfant » en 1943. En 1943, il épouse Fatmawati, mère de sa fille Megawati Sukarnoputri, présidente de la République de 2001 à 2004 après avoir été vice-présidente de 1999 à 2001.

Soekarno à son procès en 1930
En mars 1945 alors que les Américains reprennent progressivement le contrôle du Pacifique, les Japonais encouragent la création d’un « comité d’enquête pour le travail préparatoire à l’indépendance de l’Indonésie ». Au sein de ce comité, Soekarno insiste sur la nécessité d’un État religieusement neutre.

En juin, il prononce un discours dans lequel il expose sa doctrine sur les bases d’une Indonésie indépendante : « les cinq piliers » – Pancasila.

Le Japon signe la capitulation le 15 août.

La nuit suivante, de jeunes nationalistes enlèvent Soekarno et Hatta, un autre dirigeant nationaliste, et les emmènent dans une maison à Rengasdengklok, à l’est de Jakarta.

Le 17 août 1945 au matin, Soekarno lit la proclamation de l’indépendance de l’Indonésie, dont il est nommé le premier président.

Suit une période de quatre années de conflit armé et diplomatique contre les Néerlandais que les Indonésiens appellent Revolusi – « révolution indonésienne ».

Elle prend fin avec la reconnaissance officielle de l’indépendance par l’ONU en 1949 suivie par le transfert formel de la souveraineté sur le territoire des Indes néerlandaises du Royaume des Pays-Bas à la République d’Indonésie le 27 décembre 1949.

Après l’indépendance du pays, il refuse d’y faire instaurer la loi islamique.

En 1955, Soekarno accueille en Indonésie la conférence de Bandung, dont il prononce le discours d’ouverture, qui fait de lui un des leaders du Tiers-Monde.

Sa politique jugée trop pro-communiste — l’URSS le soutenant fortement militairement — fut un temps combattue par les États-Unis, soutenant notamment une guérilla par des bombardements et ravitaillements en arme aériens en 1958.

Après l’indépendance (1949), les tensions arrivent très vite avec l’ancienne puissance coloniale après la proclamation d’une République des Moluques du Sud (1950) qui est rapidement écrasée (des milliers de Moluquois se réfugient aux Pays-Bas).

En 1962, l’armée indonésienne envahit la Nouvelle-Guinée néerlandaise (seul territoire que les Néerlandais avaient pu maintenir des Indes néerlandaises). Si la marine néerlandaise remporta la bataille de la mer d’Arafura, le soutien soviétique contraignit La Haye à signer le 31 juillet 1962, l’accord de New York et à accepter de transférer l’administration de la région à l’autorité exécutive temporaire des Nations unies, qui la remet définitivement à l’Indonésie le 1er mai 1963.

Le 1er octobre 1965 au matin, un officier alors inconnu, le lieutenant-colonel Oentoeng, commandant d’un bataillon de la garde présidentielle, annonce à la radio être à la tête d’un « conseil révolutionnaire », dénommé Mouvement du 30 septembre – Gerakan September Tigapuluh ou G30S, qui a déjoué un complot contre le président Soekarno et arrêté six généraux. Un autre général, Soeharto, prend la tête de la répression et arrête les rebelles en moins de quarante-huit heures. Le Parti communiste indonésien est ensuite anéanti au cours d’une féroce répression, tandis que Soekarno est marginalisé par l’armée.

En mars 1966, alors qu’il est encore officiellement président, Soekarno est contraint de signer la Supersemar (acronyme de Surat Perintah Sebelas Maret, « ordonnance du 11 mars »), par laquelle il transfère la réalité du pouvoir à Soeharto. Ce dernier est ensuite élu président de la République le 12 mars 1967 par le Majelis Permusyawaratan Rakyat Sementara – MPRS – « Assemblée délibérative temporaire du peuple ». Soekarno est mis en résidence surveillée.

Soekarno meurt en 1970. Il est enterré non loin de Blitar, dans la province de Java oriental, à 113 km au sud-ouest de Surabaya, la capitale de la province.

Après cet intermède historique …nous faisons un bref passage au marché de Ende où l’on découvre des trésors : des sarongs anciens Lio. Là il faut que je me gendarme : embarquement le lendemain matin très tôt avec un poids limité …

Ce n’est pas le moment de se charger …dommage il faudra que je revienne !!!

Publié le 2 février 2021, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :