Indonésie 2020 : exploration textile à Bali

Me revoilà à Bali …j’attends Marlon qui a peur de prendre l’avion donc arrive dans un bateau bondé …bonjour les risques de contamination Corona.

Mon premier acte arrivée à Bali est d’aller récupérer mon appareil photo …le pauvre qui a subit un bain de mer et qu’un membre d’une tribu d’Alor a essayé vainement de réparer : double peine …

J’espère avoir trouvé la bonne personne à Bali qui va tenter une ultime opération avant que j’aille essayer la bête sur la plage déserte …il y a toujours aussi peu de touristes à Sanur …

Comme Marlon vient d’arriver du bateau, de mauvaise humeur comme d’habitude …j’essaie de positiver car on va pouvoir reprendre quelques explorations textiles histoire de continuer mon projet !!!

Je suis désolée pour ceux qui sont saturés par mes histoires de tissus.

Le problème à Bali en cette période est que pratiquement tous les ateliers et les magasins sont fermés !!!

On en trouve quand même un d’ouvert à Tohpathi à l’est de Denpasar. Mon premier intérêt va naturellement vers les ikats : rien à voir avec les splendeurs découvertes à Flores. Ici les couleurs sont très vives certainement pas obtenues à partir de plantes et les motifs sont plutôt simples …je deviens blasée !!!

Par contre je découvre avec stupeur des foulards colorés aux motifs géométriques : ces tissages utilisent une technique proche des tissages de type Naisa dans la région de Molo à Timor … Ces tissages sont traditionnels et viennent de l’ile de Nusa Penida située à l’est de Bali . Il faut absolument qu’on la visite !!!

D’autres tissages sont également très intéressants : il s’agit des songkets qui sont réservés aux cérémonies pour les personnes de haut statut social …compte tenu du prix cela est tout à fait plausible …

Malheureusement sur les exemples les plus modernes …lors du tissage on se contente de laisser les fils tirés derrière ce qui n’est vraiment pas terrible …rien à voir avec les chefs d’oeuvres découverts à Timor !!!

Les talents de Bali sont multiples car l’ile réalise pas mal de batiks dont les dessins à la cire sont appliqués à la main …pour certains moins chers, les dessins sont appliqués au tampon …ou encore moins cher …ils sont carrément imprimés…

L’exemple ci dessous est un dessin traditionnel réalisé à la main par un artiste local sur un sarong. Le deuxième sarong est réalisé par le même auteur dans le même esprit !!!

Dans un style très différent les magnifiques bouquets sont également complètement réalisés à la main …

Encore un tissage « naisa’ de l’ile de Nusa Penida…

Puis un sarong avec un motif bouquet réalisé à la main …très dans l’esprit des batiks de Pekalongan au nord de Java….je le sais parce que j’y suis allée fin décembre 2020…

Ensuite ce magnifique sarong bleu ciel est imprimé …donc rien n’est réalisé à la main …mais il est superbe quand même !!!

Avant de repartir , on va voir des ouvrières réaliser des motifs de batik…

Le batik (mot javanais) est une technique d’impression des étoffes pratiquée dans des pays tels que le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Togo, la Chine, la Malaisie, l’Indonésie, l’Inde, Maurice, Madagascar, le Sri Lanka, etc. « Le Batik indonésien », à l’origine essentiellement produit sur l’île de Java, a été inscrit en 2009 par l’UNESCO sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Le principe du batik consiste :

1 à dessiner sur le tissu le motif final à reproduire (cette opération n’est pas indispensable) ;
2 à tremper le tissu dans un bain de cire chaude – et à laisser refroidir ;
3 à enlever la cire avec un stylet aux parties du dessin (réel ou supposé) destiné à recevoir une première couleur ;
4 à appliquer cette couleur par trempage dans un bain de teinture ou en appliquant celle-ci au pinceau ;
5 à recommencer les opérations 2 à 4 successivement pour chacune des autres couleurs (de préférence en allant des couleurs claires aux plus foncées) ;
6 à la fin : à ôter la cire, soit avec un fer à repasser, soit par trempage dans l’eau bouillante.
Le procédé est aussi appelé « en réserve de cire », ou « coloration par épargne ».

Des procédés complémentaires peuvent être utilisés : emploi d’un fer chaud (au motif parfois complexe : dragon par exemple) pour ôter la cire aux emplacements d’une coloration (souvent pour faciliter le copiage de motifs répétitifs), simple brisure de la cire pour obtenir de fines lignes, grattage partiel pour obtenir des dégradés, etc.

Finalement on obtient un tissu où se mêlent différents tons ou contrastes juxtaposés ou superposés, formant toutes sortes de motifs.

Nous partons dans une autre entreprise à Batu Bulan qui nous présente à peu près le même type de textiles…

Un superbe sarong avec un motif très traditionnel de Bali représentant des rochers et des nuages qui est appelé Mega Mendung…

Un autre motif de bouquet un peu similaire à ce que l’on a vu dans la première boutique …

Puis on arrive aux tissages avec une collection d’ikats colorés mais dont les motifs sont un peu plus élaborés que ceux découverts dans la première boutique …

Puis on arrive aux songkets qui sont nettement plus intéressants …seul problème ils sont vraiment exposés dans le noir …donc très difficile de faire des photos correctes lorsque l’on n’a pas de flash !!!

Je remarque surtout celui des dernières photos dont le motif est remarquable et qui est le plus onéreux …j’apprendrai par la suite qu’il s’agit d’un tissage traditionnel de l’ile de Lombok …pas de problème …j’irai à Lombok !!!

La galerie expose également un genre de patchwork qui représente les différents motifs traditionnels batik de l’ile de Java où on se rend prochainement : un gros travail nous attend !!!

Nous rendons ensuite dans un atelier de tissage à Klungkung qui n’a rien à voir avec ce que j’ai vu précédemment en Indonésie : ils utilisent des métiers à tisser à pédales …il est clair que cela va nettement plus vite …et il est possible de tisser des largeurs beaucoup plus grandes !!!

Je suis presque déçue …

Portant les ikats tissés par ces dames sont très colorés et plutôt réussis !!!

Dernier atelier à visiter : un tout petit atelier qui ne fonctionne que sur commande … Ils réalisent des ikats sur différents types de textiles …même sur de la rayonne : les clients américains trouvent cela plus doux !!! Mon poil se hérisse mais il faut vivre avec son temps !!!

Le propriétaire de l’entreprise très sympa nous montre même des tissages qu’il a réalisé avec des monogrammes pour certains de ses clients…

Je me demande si je n’aurai pas du commencer par Bali et terminer par mes iles de Nusa Tengara Timur pour être moins déçue …

Publié le 5 février 2021, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :