Indonésie : découverte de Bori Sulawesi

On commence par aller visiter un petit musée à coté de Rantepao tenu par une vieille dame charmante mais un peu parano mais qui me prête un chapeau traditionnel pour jouer les élégantes…

Pour prendre des photos dans le musée…je suis rationnée donc je me concentre sur les textiles pour savoir à quoi ressemblent les mystérieux Mawa et Sarita

Mawa ou Ma’a

Les textiles sacrés ma’a des Toraja comprennent des tissus importés et fabriqués localement. Bien que les tissus commerciaux indiens aient été acquis pendant des siècles avant l’ère coloniale néerlandaise et constituent la majorité des ma’a, certains textiles ont été importés de Java.

Apparemment ils ont été créés spécialement pour le marché Toraja, ce design se concentre sur le buffle.

Le buffle … bête sacrificielle et symbole de la fertilité apparaît comme des têtes cornues parées avec des propriétaires qui mènent le troupeau de buffles à cheval. Les décors triangulaires aux extrémités reproduisent le design des textiles indiens.

Sarita

Un tissu sarita est utilisé par les gens de Karataun Sulawesi central comme une décoration cérémonielle accrochée maisons.

le Sarita peut être accroché sur le mur de la pièce où le défunt est gardé. Il peut aussi être utilisé comme un linceul.

Sekomandi

Le textile sekomandi peut être fabriqué sous forme de deux panneaux ikat cousus ensemble sous forme d’un seul textile large ou d’un seul panneau large. 

Il peut y avoir des panneaux latéraux supplémentaires cousus sur les côtés pour augmenter la largeur et améliorer l’esthétique du textile. Ces panneaux latéraux sont appelés lete.

Les textiles Sekomandi sont utilisés pour décorer les maisons traditionnelles pendant les cérémonies comme un signe que tout le cycle rituel avait été effectué exemple pour les mariages. 

Avant la conversion au christianisme au début des années 1900, il était utilisé pour envelopper le corps d’une personne décédée et était appelé Tokape. Après la conversion, les gens ont changé leur usage pour ne l’utiliser que comme décoration de maison. 

Traditionnellement, il n’était utilisé que par les personnes d’une caste supérieure.

Bon maintenant les choses sont claires pour les textiles …

Pour les armures de guerriers …celle avec des pièces claires est réalisée en os de buffle …celle avec des pièces circulaires foncées est réalisée avec des graines …

A la fin elle me montre un livre intéressant qui répertorie les différents motifs de décoration Toraja …mais je n’ai le droit de photographier que 2 pages …pourquoi ??? Secret défense ???

Je me venge en allant dans un magasin local acheter un costume traditionnel Toraja. Rassurez vous je n’ai pas craqué sur la coiffe …trop kitsch et trop difficile à ramener !!!

Le premier chapeau ou bandeau que je porte est destinée aux danseuses (que je ne suis pas…)

Avant il était constitué de graines de fruits et le chapeau que je porte sur les dernières photos est la version actuelle de ce chapeau …

Ce chapeau est porté pendant les rituels heureux ou la danse par exemple une cérémonie pour une nouvelle maison , un marriage ou les festivals nationaux …

On repart vers Bolu et on retraverse le marché aux bestiaux ….dont je ne me lasse pas

Visite du marché de Bolu toujours aussi coloré et sympathique !!!

On y trouve des escargots qui font également les délices des Torajas…

Les paquets d’écorces sont appelées buli …elles viennent d’un arbre spécial et sont utilisées par les Torajas pour mettre dans le vin de palme pour activer la fermentation et obtenir un gout différent plus amer, acide ou un mélange des deux…

Et toujours des hommes en train de bichonner leurs coqs de combat …

En se dirigeant vers Bori on voit un premier emplacement avec des pierres mégalithiques qui sont les symboles des personnes décédées…

Avant d’arriver à destination on s’arrête dans un superbe village dont les toits des Tongkonans sont malheureusement un peu modernes …et les piliers des Alangs …en béton peint…aie !!!

On arrive enfin à Bori qui est un endroit extraordinaire !!!

Juste pour être clair : appeler Bori le Stonehenge indonésien est un grand euphémisme. A Bori, vous trouverez beaucoup plus qu’à peine un cercle de pierre. Bori est Torajaland en un mot !

Qu’est-ce que Bori

Bori, ou plutôt le village de Kalimbuang Bori, est l’un des dix sites traditionnels Tana Toraja inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le site de Bori est une combinaison de terrains cérémoniels et de sépultures, encore utilisés pour les cérémonies traditionnelles, y compris les rituels pour les morts et l’action de grâce.

Sur le terrain cérémonial, près de l’entrée, il y a plus de 100 menhirs, chacun représentant un festin funèbre effectué dans le passé. Les menhirs diffèrent en taille et en âge et constituent le plus grand groupe de menhirs de Tana Toraja.

La taille du menhir indique le statut social de la personne décédée.

Après avoir gravi un sentier extrêmement glissant dans la jungle on découvre un spectacle également étonnant : de gros rochers transformés en tombes …

Les tombes les plus hautes sont également réservées aux castes supérieures !!!

Les constructions qui ressemblent à des Tongkonans en réductions sont les chariots qui ont servi à transporter les cercueils jusqu’aux tombes …

Publié le 24 juillet 2021, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :