Indonésie 2021 : les splendeurs de Rende Sumba.

Nous arrivons à Rende et Hugo semble s’être réveillé…Bonne nouvelle

Par le passé Rende ville royale était connue au sujet de l’esclavage, Maintenant le sujet est presque tabou : Être un esclave ou un roi est une question de naissance, quelque chose décidé par le Marapu bien avant que vous ne naissiez.

Dans les temps modernes, cela semble plus proche de la classe ou de la caste – les rois et leurs familles sont mieux éduqués, et occupent des postes de pouvoir et sont plus riches, alors que les esclaves vivent encore une vie de subsistance, en cultivant la terre des rois. Cependant, comme le rituel et le sacrifice sont encore extrêmement importants, avec un coût élevé du bétail nécessaire pour faire les cérémonies appropriées, beaucoup de rois peuvent être royaux en titre, mais appauvri par les circonstances.

L’un des facteurs contributifs est l’érection de tombes de pierre massives et coûteuses, notamment de la pièce maîtresse de ce village royal. Ici, les grandes tombes en pierre et en ciment sont surmontées de sculptures détaillées de totems d’animaux empilés,  

Les maisons, bien que la plupart avec des toits en tôle ondulée modernes, sont plus grandes que celles que avons vu dans d’autres villages. Elles sont réparties en deux rangées de chaque côté des tombes, avec un grand bâtiment à deux étages dans un état de délabrement avancé.

Une de ces maisons possède des murs en cuir de buffle…

Le village est quasiment désert et je me demande qui on va bien pouvoir solliciter pour voir de beaux textiles …

Mais Hugo prend une initiative heureuse… il va voir le sculpteur du village qui est en train de travailler et lui explique notre démarche. La famille est une famille de tisserands réputée. Ils acceptent de nous faire admirer les hinggis anciens qui appartiennent à la famille et ne sont pas destinés à la vente !!!

En attendant que tout le monde soit prêts je profite de l’occasion pour aller faire un tour au milieu des tombes et admirer les totems sculptés.

Les Hinggis sont magnifiques et il est clair qu’il est est difficile maintenant de trouver ce niveau de qualité.

Le premier comporte de nombreux arbres à cranes sybole de puissance et au milieu une bande avec des motifs patola kamba.

Le second est inspiré par les blasons des nobles colonisateurs hollandais avec des motifs que j’imagine être des lions…comme bien sur il n’y a pas de lions à Sumba …tout est sujet à interprétation…

Le 3ème est particulier car il possède une zone blanche en son centre qui se trouvera dans le dos du guerrier lorsqu’il l’aura noué autour de sa taille. Sur les bords des motifs de cerfs symboles de leadership et de sagesse. A l’extreme bord des insectes aquatiques …

Ensuite un beau sarong féminin d’inspiration « chrétienne » …Un deuxième sarong décoré de motifs patola kamba du même style que ceux originaires de Janggamangu…

Un autre Hinggi avec un décor proche du premier :nombreux arbres à cranes …quelques cacatoes symbole de l’amitié

Un foulard inspiré des décors indiens avec des éléphants ..

Un autre très beau avec une partie bleue au centre avec des motifs habak en dessous des cerfs (si ce sont des cerfs …j’ai demandé aux tisserands) symboles de leadership et de sagesse …

Enfin pour terminer un Hinggi avec décor de crevettes que l’on veut absolument me vendre …mais que je refuse catégoriquement …pas assez travaillé comptenu des splendeurs que j’ai admiré juste avant !!!

Enfin un wauti kau avec un motif classique …Ces sarongs de grande valeur sont uniquement tissés sur la cote est de Sumba …il est tissé à plusieurs endroits de cette cote donc il n’y a rien d’étonnant à ce que l’on retrouve ce type de textile dans plusieurs villages …

Notre ami le sculpteur réalise des statues destinées à orner les tombes …

bbbb

Je reste sans voix devant la taille et le poids des pierres tombales …

Les croyances Marapu sont ici les plus marquées et les traditions respectées.

Bien que la durée de la vie sur Terre soit limitée, elle est éternelle dans l’Au-Delà. Ainsi, l’esprit des vivants et des ancêtres restent en contact par le biais de nombreuses cérémonies et rites sacrées. Les offrandes aux esprits des ancêtres peuvent aller de la donation de « sirih pinang » (feuilles et noix de betel, mélangés à de la poudre de calcaire) au sacrifice de buffle de plusieurs tonnes ! Les tombeaux mégalithiques finement travaillés parsèment ces villages où traditions et coutumes sont encore très respectées.

Publié le 29 octobre 2021, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :