Indonésie 2021 : la fabrication des Lau Wuti Kau à Prailiu

Nous voilà repartis à Prailiu car le vieux monsieur que nous avons rencontré sur place est encore un des rares qui sache réaliser les Lau Wuti Kau…

C’est un gros travail outre les nettoyer il faut poncer et percer les coquillages …ils sont ensuite cousus sur le sarong en effectuant le travail à main levée…

Les coquillages sont complétés éventuellement par des perles pour la mise en couleurs…

C’était une coutume dans les familles nobles d’East Sumba que lorsqu’ une fille était sur le point de se marier,
sa mère lui offrirait un lau wuti kau. Cela deviendrait une partie de la mbola ngandi et après le mariage resterait la propriété de la mariée. Dans la durée, la mariée pouvait donner le même lau wuti kau à sa propre fille. C’est pourquoi on peut dire que de telles jupes n’étaient pas portées, mais faisaient partie de la dot. Cependant

Les Lau wuti kau étaient parfois portés par des nobles lors des funérailles d’un autre noble ou la femme et aussi par les préposés aux rituels féminins spécialement costumés, connus sous le nom de Papanggang, qui sont affectés à la personne décédée et sont des esclaves de la famille.

Ils ont également été utilisés pour habiller le cadavre d’une dame noble, pour couvrir le cercueil ou pendre près du cercueil, tels comme de symboliser son passage à la mort après la vie. Il est dans la pratique d’enterrer lau wuti kau avec leurs propriétaires ce peut expliquer pourquoi ces sarongs sont relativement rares

Par contre vu la présence de ce vieux monsieur qui fait cela depuis 50 ans …ils ne sont pas rares à Prailiu…

Petit rappel …Le motif représente la loyauté d »un mari envers sa femme…Si il se passe de son autorisation pour prendre une deuxième femme …voilà ce qui risque de lui arriver : perdre sa virilité !!!

Cette technique peut être déclinée pour réaliser des sarongs beaucoup plus simples comme celui ci dessous.

Encore un teint avec de la boue et décoré sur les 2 faces…

D’autres variantes existent mais qui ne respecte pas le modèle traditionnel : une maison traditionnelle ou des crevettes symboles d’éternité.

Un foulard moitié ikat moitié broderies type Lau Wuti Kau.

Une photo à nouveau de mon Hinggi préféré avec les mamulis…et un autre dont la fabrication est complexe pour obtenir cette bordure bleue

Des informations supplémentaires concernant le mamuli…

Le mamuli peut être uni ( lobu ) ou décoré ( karagat ).

lobu mamuli de base ont la forme d’un diamant avec un centre concave. Il y a un trou rond et une fente au milieu qui représente les organes génitaux féminins, symbole de la sexualité et du pouvoir reproducteur de la femme.

Le karagat mamuli décoré (également connu sous le nom de ma pawisi(« ceux avec des pieds ») ont des embouts supplémentaires au bas du centre en forme de losange qui lui donne la forme de la lettre oméga. Des figures supplémentaires sont ajoutées, flanquant les organes génitaux féminins en forme de losange.

Ces figures supplémentaires peuvent être des coqs, des cacatoès, des cavaliers, des buffles, des chèvres, des crânes de chasseurs de têtes ou des guerriers ; tous les symboles de la grandeur masculine. Ainsi, les karagat mamuli les plus décorés sont considérés comme des hommes, tandis que les simples lobu mamuli non décorés sont considérés comme des femmes. Pendant la période coloniale, des versions baroques de mamuli ont été sculptées, qui comprenaient des scènes de bataille complexes et des pièces mobiles.

Les mamulis sont toujours des objets de valeur en métal précieux, généralement en or ou en argent. Dans la mythologie sumbanaise, les métaux précieux seraient d’origine céleste : l’or se dépose sur terre au coucher du soleil, tandis que l’argent provient du coucher de la lune ou des étoiles.

Les mamulis sont essentiellement des ornements d’oreilles portés sur les lobes d’oreilles allongés des femmes et parfois des hommes. Un très grand mamuli est généralement porté autour du cou en pendentif ou accroché à la coiffe. Un mamuli peut également être porté en broche sur une veste.  En tant que broche, un mamuli est porté avec d’autres ornements en métal sumbanais, par exemple le maraga plat torsadé , le tabelu en forme de croissant et le wula circulaire ; mais le mamuli a toujours la meilleure qualité de tous. 

Mamuli joue un rôle essentiel dans les échanges de cadeaux cérémoniels élaborés pratiqués par le peuple Sumba de l’ouest.

Le don d’une femme en mariage par un groupe à un autre est considéré comme l’expression la plus intime du don de la vie. Le groupe dont elle est issue est considéré comme le groupe « qui donne la vie » à celui qu’elle épouse. En raison de ce concept, la relation conjugale est considérée comme la clé de l’organisation de la société sumbanaise.

Ainsi, la société est divisée en donneuses et preneuses d’épouses. Les mamulis sont donnés par le groupe de prise d’épouses à leurs épouses dans le cadre d’un mariage. Ils deviennent l’héritage de la famille qui est échangée de famille en famille et de génération en génération. L’échange de mamuli peut également se produire dans un ménage et non par mariage. Par exemple, le cochon est considéré comme l’animal le plus précieux reconnu comme la propriété d’une femme.Un homme qui souhaite utiliser un cochon doit obtenir l’autorisation de la femme qui l’a élevé et la dédommager par l’échange des mamulus pour « refroidir l’auge ».

Comme il nous reste un peu de temps, on décide de jeter un coup d’oeil aux Pahikung de cette galerie … pour commencer 2 magnifiques Pahikung blanc sur fond bleu…

Celui là est vraiment beau…le seul point qui me chiffonne est que toutes les petites touches de couleurs sont faites au pinceau …technique Ndata … je demande à réfléchir et revenir le lendemain matin …mais je ne sais pas encore qu’une décision vient d’être prise par le gouvernement indonésien …compte tenu de l’aggravation de l’épidémie…dans une journée max …tous les vols vers Bali devront faire l’objet d’un PCR …Ici c’est hyper cher donc je décide dans l’urgence d’avancer mon vol à demain matin…

Ce beau Pahikung sera pour l’année prochaine si il est encore là.!!! A moins que je ne choisisse celui sur la dernière photo qui est très beau également …

Quelques beaux sarongs supplémentaires mais qui ne valent pas ceux vus précédemment !!!

En dernier une pièce intéressante mélangeant ikat et pahikung

Celui ci est intéressant également avec les 2 techniques pahikung et ikat mélangés

Après cette journée bien remplie on va se détendre près de la plage …

Je ne sais pas encore que de seront mes dernières heures passées à Sumba !!!

Publié le 10 novembre 2021, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :