Italie 2022 : Florence…nos dernières heures !!!

On passe nos dernières heures à Florence …

Pour changer des images religieuses …je dois avouer que même que si c’est magnifique, je frise l’overdose d’images religieuses !!!

Donc on décide d’aller voir l’Officina Profumo Farmaceutica qui est un musée ou plutôt une boutique dédiée aux parfums …

L’Officina profumo-farmaceutica di Santa Maria Novella, également nommée Antica Spezieria di Santa Maria Novella, est une ancienne officine d’apothicaire italienne devenue une maison de parfum et de soins corporels située à Florence, dans l’ensemble conventuel de la basilique Santa Maria Novella. Ouverte en 1612 par des moines dominicains1, cette pharmacie-parfumerie est la plus ancienne du monde occidental encore en activité.

Lorsque des moines s’installent à Florence et construisent la basilique Santa Maria Novella, avec son couvent, au xiiie siècle, ils se mettent également à cultiver des plantes médicales dans un jardin mitoyen pour produire quelques onguents, destinés à leur propre usage. Puis leur apothicairerie s’ouvre au public extérieur2.

Les archives de la ville montrent qu’en 1381, ces dominicains de Santa Maria Novella vendent déjà de l’eau de rose comme antiseptique en période d’épidémie, notamment de peste1. Cette eau florale est d’ailleurs toujours proposée même si elle est utilisée désormais comme une lotion tonique pour la peau du visage2. Les moines disposent d’une connaissance des plantes médicinales, cultivées dans le jardin des simples attenant : herbes et fleurs distillées servent ensuite à préparer essences, élixirs, pommades et baumes. Il s’agit donc, dans un premier temps, d’une officine d’apothicaire (spezieria en italien) comme il en existe dans la plupart des grandes villes européennes.

La parfumerie actuelle remonte à 1612, et son activité s’ajoute à celle de la pharmacie. Réputée dans toute l’Europe, elle reçoit la visite du grand-duc Ferdinand II de Médicis qui en fait son fournisseur agréé en 1659. Catherine de Médicis s’y fournit en Eau de la reine (devenue l’Eau de Santa Maria Novella), parfum conçu pour elle à base de bergamote, et qu’elle emporte en France en 15331,2. Cet autre produit a pu inspirer Jean Marie Farina lorsqu’il crée l’eau de Cologne, un siècle plus tard2.. Au xviiie siècle, les moines fondent un véritable commerce, ils exportent leurs produits en Inde et en Chine.

Malgré la disparition de l’activité monastique au milieu du xixe siècle, l’activité commerciale, elle, reste florissante, sous Damiano Beni qui, en 1866, revend à la ville les locaux historiques. Son neveu, Cesare Augusto Stefani, hérite de la maison de parfums et ce sont ses descendants qui gèrent encore de nos jours l’entreprise. Les portraits des membres de la famille sont exposés dans la sala verde, ou « salle verte », pièce rococo, carrelée de marbre noir, ornée d’un papier peint vert d’eau et de dorures1.

L’écrivain Giacomo Leopardi, le poète Byron ou encore Pouchkine (ce dernier pour la fragrance Peau d’Espagne) comptent parmi les clients au XIXe siècle. Au cinéma Eva Green utilise un produit de la boutique dans le film Casino Royale et Tom Hanks son après-rasage dans Da Vinci Code. Santa Maria Novella est également citée dans la série télévisée Gossip Girl1.

Elle reste depuis quatre siècles un lieu de vente de produits de parfumerie et de soins corporels originaux : eaux de Cologne, savons, talcs, pommades, ainsi que de sucreries ; cependant il ne s’agit pas aujourd’hui d’une pharmacie au sens moderne : les produits restent tous artisanaux et protégés par un label DOP (origine contrôlée).

Puisque c’est juste à coté et que l’on a encore le temps on file visiter l’église Santa Novella !!!

Construite à partir de 1246 par les frères Sisto et Ristoro, dominicains, l’église Santa Maria Novella remplace l’oratoire Santa Maria delle Vigne, édifié sur le même emplacement au ixe siècle (d’où son qualificatif de Novella).

Au début du xive siècle, le couvent Santa Maria Novella est1 :

« l’un des centres de la vie florentine. Foyer de vie intellectuelle, le couvent est une vraie université, déclarée depuis peu studium generale… Le couvent est aussi un centre de prédication fameux… À l’intérieur du couvent ce sont des échanges permanents entre les Frères théologiens, juristes, philosophes, artistes, prédicateurs, anciens missionnaires, tous bénéficient des compétences et des informations de leurs confrères »

— J.-M. Mérigoux

La pensée de Rémi de Florence diffusée à l’intérieur du couvent rayonnait aussi sans doute sur la ville. Dante Alighieri, ami du couvent de Santa Maria Novella, a bénéficié de la culture théologique qui s’y diffusait, et on admet qu’il aurait suivi certains cours de Rémi.

Rémi fut enseveli à Santa Maria Novella et son portrait se trouve peint à fresque dans le grand cloître.

Les Dominicains occupent d’abord une modeste église du XIème siècle et devant le succès de leurs prédictions, elle fut une première fois agrandie. En 1470 l’architecte Léon Battista Alberti fut chargé par la famille Rucellai d’agrandir la façade, mais en gardant la partie inférieure, déjà incrustée de marbre et surtout en sauvegardant les 6 tombeaux de Florentins célèbres en enfeu (c’est à dire encastré dans l’épaisseur d’un mur). Une large bande ornée d’incrustations carrées et 2 volutes en marqueterie de marbre relient ainsi la partie supérieure à l’étage inférieur.

C’est surtout pour ses fresques que l’église attire autant de visiteurs. Sur le mur de gauche la fresque de la Trinité de Massacio fut une des premières œuvres de la Renaissance où les notions de mathématiques furent utilisées pour créer un effet tridimensionnel. Le sarcophage révélant un squelette sous les portraits des donateurs est un trompe l’œil.

Dans l’abside la chapelle Tornabuoni, les fresques de scènes de la vie de la Vierge et de Saint Jean-Baptiste sont de Domenico Ghirlandaio. Il y intègre des vues de Florence et des personnages contemporains. Ce sont certainement les plus belles et vivantes de l’église.

Un des endroits de cette basilique qui m’a le plus séduit est la chapelle des Espagnols très richement décorée …sur les photos ci dessous …

La Chapelle des Espagnols (ou Cappellone degli Spagnoli) l’ancienne salle capitulaire du monastère. Elle tient son nom des Espagnols de la suite d’Éléonore de Tolède, épouse de Cosme Ier de Toscane qui la fréquentèrent au xvie siècle. Elle est située du côté nord du Chiostro Verde. Sa construction, par Talenti, débuta vers 1343 et fut finie en 1345. Elle a été décorée de 1365 à 1367 par Andrea di Bonaiuto, dit Andrea de Florence, et ses aides. Le sujet en aurait été donné par le prieur Jacopo Passavanti. La grande fresque sur le mur droit met en scène l’allégorie de l’Église Triomphante et de l’ordre dominicain (domine cane, les chiens du seigneur surveillant le troupeau de brebis).

Arrivée au cloitre j’ai encore perdu ma copine mais ce n’est pas plus mal…je visite à mon rythme …

Notre séjour est terminé et c’était un régal !!!

Super cet intermède culturel !!!

Au moment où cet article paraitra je serais en Thaïlande ..oui j’ai abandonné l’Inde trop risqué because Covid et surtout difficile de conserver mon permis spécial pour l’Arunachal Pradesh …

Bientôt vers de nouvelles aventures …

Publié le 27 février 2022, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :