Thaïlande : Karen Blanc à Mae Hong Son

Aujourd’hui nous avons rendez vous avec une femme qui appartient à la minorité des Karen blancs. Seul problème le village est infecté par le covid et il nous est interdit d’y pénétrer …

Pas de soucis, on prend rendez vous avec une charmante dame qui en plus est spécialiste du tissage …

Les Karen sont également une ethnie qui a vécu une histoire tourmentée …

Originaires de Mongolie, les tribu Karens arrivent en Birmanie après une lent migration de deux mille ans, ils arrivent en 730 avant J.-C au Nord de la Birmanie avec ses beaux paysages, ses grands fleuves aux contreforts de la chaîne himalayenne. Ce sont alors les premiers habitants des ces vastes plaines où ils s’installent et vivent en paix deux siècles jusqu’à l’arrivée des Birmans qui envahissent leurs terres, les Karens vont donc se réfugier dans les montagnes bordant la frontière thaïlandaise puis en Thaïlande.

Pendant la Seconde Guerre mondiale pendant que les Birmans collaborent avec les Japonais, les Karens restent fidèles à la Grande Bretagne mais en 1947 l’Angleterre part de la Birmanie sans accorder l’indépendance aux Karens. Le premier responsable politique de la Birmanie indépendante est le général Aung San établi qu’après une période de 10 ans, chacun des groupes ethniques aura son indépendance.Il est assassiné la même année et le régime dirigé par l’armée pose le pays dans la violence et le chaos, les manifestations sont réprimées de façon sanglante. Les Karens se réfugient pour certains en Thaïlande, d’autre continuent le combat au Myanmar. Les ethnies Karen sont une des « tribus montagnardes » les plus anciennes en Thaïlande De nombreux Karen vivent encore en Birmanie et combattent avec la junte militaire qui ne veut veut pas leur donner un territoire indépendant qu’ils revendique. Ils furent chassés par les combats qui opposaient les Birmans et les Thaïs et commencèrent dès lors traverser la rivière Salween au 18e siècle et se fondirent parmi les ethnies Lawa et Yuan les Thaïs du Nord qui leur ressemblaient. Le nom karen utilisé par les Anglais est la transposition du terme Birman Kayin qui n’a pas d’équivalent strict dans les langues Karens. C’est le missionnaire baptiste Francis Mason qui est à l’origine de cette transposition en 1866. Les femme girafe font parti de la tribu Karen, on les appel aussi les Padaung, et également les Kayaw ou Kayan que ne portent pas le collier mais de gros écarteur dans les oreilles. Le sujet politique des kare, padaung ou kayaw est un sujet complexe.

Les villages Karen se situent le plus souvent dans des vallées ou montagnes dont l’altitude n’excède pas 500 mètres. Leur isolement leur confinement et leur mode de vie ancestral ont été propices au développement de leur culture et d’un savoir faire. Le peuple Karen s’organise en différents villages. Chaque village est composé d’une trentaine de familles qui se nourrissent sur les récoltes des rizières. La chasse, la cueillette, un petit élevage mais aussi la culture du riz .

Après les victoires britanniques dans les trois guerres anglo-birmanes , le Myanmar a été annexé en tant que province de l’Inde britannique en 1886. Les missionnaires baptistes ont introduit le christianisme au Myanmar à partir de 1830, et ils ont réussi à convertir de nombreux Karen. Les Karens chrétiens ont été favorisés par les autorités coloniales britanniques et ont reçu des faveurs non disponibles pour la majorité ethnique birmane, y compris les possibilités de recrutement militaire et des sièges au parlement. Certains Karens chrétiens ont commencé à affirmer une identité distincte de leurs homologues non chrétiens, et beaucoup sont devenus des dirigeants d’organisations ethno-nationalistes karens, y compris l’ Union nationale Karen .

La langue Karen est parlée par environ quatre millions de personnes principalement au Myanmar mais aussi en Thaïlande. Elle est une branche de la famille Tibéto-Birmane, c’est donc une langue sino tibétaines.LesKarens sont très fiers de leurs langue mais aussi de leur culture et de leur valeurs qui sont les pilier de leur identité. Leur dialecte parlé par les Karen est riche de sens et très poétique. Le chant accompagne chaque moment de leur vie communautaire que ce soit lors mariage, décès ou pendant la période des récoltes.

Le société Karen une société matrilinéaire,La famille matrilinéaire est un système de filiation dans lequel chacun relève du lignage de sa mère. Cela signifie que la transmission, par héritage, de la propriété, des noms de famille et titres passe par le lignage féminin. Le mariage lui-même est considérée comme un élément important de la vie d’une femme, tant et si bien, en effet, que si une femme meurt avant le mariage, elle est néanmoins inhumé dans les vêtements de les femmes mariées afin de faire partir les mauvais esprits. Les Karen sont surtout animistes et croient en l’existence du Seigneur de la Terre et de l’eau soit la Terre, l’eau, les rochers, les arbres, etc? Néanmoins, beaucoup Karen ont été convertis au Christianisme durant le 20e siècle par des missionnaires occidentaux.Les tuniques Karen sont ornées de motifs qui sont enjolivés avec des graines..

La première tunique est enjolivée avec un motif dit « araignée » qui signifie le rassemblement de la communauté La 2ème tunique présente un motif dit « dents de chien » dont les graines ressemblent à une gueule chien vue de face.

Enfin la 3ème tunique figure des insectes …chenilles ????

Tous ces motifs sont traditionnels et sont reproduits générations après générations ….

Les Karens en Birmanie subissent l’oppression de la part du régime en place. La réinstallation forcée et le travail, l’emprisonnement, le refus de la représentation politique et les droits de la citoyenneté de l’Etat, entre autres violations des droits de l’homme ont conduit à des milliers de Karen pour entrer en Thaïlande. Alors que beaucoup affirment qu’ils ont une meilleure vie là-bas, leur situation est toujours bien arrimé. Beaucoup d’entre eux sont en Thaïlande en tant que réfugiés. Les Karen cultivent surtout le riz et la culture des fruits et légumes. L’élevage est pratiqué de manière variée incluant cochons, poulets, buffles d’eau et même éléphants. Ils sont aussi confrontée à la modernité et à de nouveaux modes de vie ainsi qu’à l’attrait des grandes villes et pour les réfugiés, l’intégration à la société thaïe reste un des défis majeurs des années à venir qui sera au détriment de leur culture et de leur mode de vie. Les ethnies réfugiés en Thaïlande bénéficient en effet d’un accès à l’éducation thaïlandais ainsi que des formations professionnelles.Néanmoins étant donné que cette pratique engendre du tourisme et amène ainsi de l’argent directement à la tribu, cette pratique ne perd pas complètement sa vitalité. L’avenir des Karen est un sujet difficile et complexe pour ce peuple sans terre à la culture millénaire.Découvrez dans cet article des informations au sujet des tribu Karen, ethnies de Birmanie et de Thaïlande, pour connaître leur mode de vie et leur habitat.

Les petites graines qui servent à décorer les tuniques sont collectées dans le jardin de cette dame, ce sont les plantes qui ressemblent un peu à des herbes qui permettent de les collecter.

Cette dame utilise également des teintures naturelles pour réaliser ces magnifiques tuniques …comme l’indigo dont les feuilles sont similaires à celui utilisé au Vietnam. Le rouge est obtenu avec une écorce d’arbre qui est une technique similaire à ce que j’ai observé en Indonésie.

Voilà …et malgré mes bonnes résolutions, j’ai quand même craqué et acheté un superbe tunique (la bleue) et le foulard de tête à cette charmante dame !!!

Publié le 4 avril 2022, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :