Assam 2022 : belle découverte avec la tribu des Nocte

Nos amis Tai Pakhe ont un ami dans un village pas trop éloigné qui est le chef d’un village Nocte. En principe les Nocte ne sont pas en Assam mais au Nagaland qui n’est pas très loin. Il faut un permis spécial pour aller dans cette partie du territoire …mais grace à nos amis nous n’en aurons pas besoin.

Les Nocte sont une tribu ethnique Naga vivant principalement à Arunachal. Ils sont au nombre d’environ 111 679 (recensement de 2011), principalement trouvés dans les collines de Patkai du district de Tirap dans l’Arunachal Pradesh , en Inde. Ethniquement apparentés aux Konyak Naga , leurs origines remontent à la vallée du Hukong au Myanmar , d’où ils ont migré entre 1670 et 1700.

Je suis la première occidentale à visiter ce village donc il faut y mettre les formes ..nous nous rendons dans la maison du chef (qui a un physique totalement Naga) et qui est considéré comme un roi dans son village pour obtenir sa permission et trouver des modèles qui seront d’accord pour s »habiller en costume traditionnel !!!

Leurs chefs qui étaient à l’origine connus sous le nom d’Ang exercent un contrôle sur le village avec son conseil le « Ngoang-Wang » (cabinet conseil), et comme ils n’avaient pas d’armée sous leur contrôle, ils consultaient une famille de confiance (lowang-tang) sur les affaires importantes. Le chef consulte également les anciens du village et les prêtres sur toutes les cérémonies socio-religieuses importantes.

Après négociations menées tambour battant par notre ami Tai Pakhe, deux membre de la famille du chef vont s’habiller avec les costumes traditionnels qui ressemblent beaucoup à ce que j ai admiré au Nagaland.

Ces costumes ont cependant évolué par rapport aux costumes ultra traditionnels de la tribu.

Le terme Nocte a été inventé dans les années 1950. Il est dérivé de deux mots : Nok, qui signifie village, et Tey, qui signifie peuple. À l’époque médiévale et coloniale, la tribu Nocte s’appelait Noga ou Naga, en raison de la relation ethnique étroite de la tribu avec les tribus Naga du Nagaland. Selon l’emplacement du village, les Ahoms appelaient les Noctes Namsangya ou Namsangia, Borduaria ou Bor Duris et Paniduaria. [1] [2]

Par le passé les hommes ont tendance à se raser les cheveux dans la partie frontale de la tête, et la touffe de cheveux arrière est attachée en chignon juste au-dessus de la nuque. Les femmes garderont leurs longues tresses auburn attachées en un chignon maintenu à l’arrière du cou, bien que les veuves se coupent les cheveux courts à condition qu’elles ne se remarient pas. Comme les Wancho , ils se tatouent le visage et le corps. Ce qui n’était plus le cas pour les gens que nous avons rencontré …mais ce sont des migrants par rapport à leur localisation initiale et les traditions se sont peut être edulcorées.

En raison du climat humide, les hommes porteront devant eux un pagne avec des ceintures de canne, qui fait office de ceinture. Des slips en bambou et des brassards en ivoire sont également portés sur les quatre membres. Les femmes ont tendance à porter une jupe courte en coton qui mesure de la taille aux genoux, et un chemisier est porté pour couvrir le haut du corps. Les cornes des chèvres agissent comme des lobes d’oreille, bien que les ornements incluent des bracelets en métal et des boucles d’oreilles sont portées. Le costume actuel est beaucoup plus classique !!!

En 1839, le premier livre sur la tribu Nocte est écrit et publié. Intitulé « Un livre d’orthographe et de vocabulaire en anglais, assamais, singpho et naga », le livre a été écrit par Miles Bronson, le missionnaire baptiste américain qui a vécu avec la tribu Nocte de janvier 1839 à octobre 1840. Un livre de 66 pages, il se composent de plus de 730 mots de vocabulaires et 47 leçons de lecture chacune en langues Nocte (Naga), Singpho, Assamais et Anglais. Selon les archives, 500 exemplaires du livre ont été imprimés à l’American Baptist Mission Press, Jeypore, Assam.

Les Nocte sont des agriculteurs et ont une bonne planification dans leur alimentation quotidienne. Les principales cultures telles que le riz et le maïs sont plantées, car leur aliment de base est le riz, qui est souvent complété par des légumes à feuilles , du poisson et de la viande . Une liqueur locale brassée à partir de riz, de tapioca et de millet s’est avérée populaire parmi les Nocte bien que ces derniers temps, le thé soit également consommé.

Bien sur on fait également des photos de groupe et les Nocte sont très heureux de poser avec une première occidentale de passage dans leur village

L’habitat a également évolué…Les Nocte construisaient des maisons en limon, bien que les maisons du chef soient construites avec des blocs massifs sculptés et des piliers en bois.

Des dortoirs étaient prévus pour les célibataires et les femmes célibataires séparément. Selon leur tradition, c’est un endroit où les anciens enseignent aux enfants la mythologie traditionnelle, le folklore et la religion. Dans le cas des familles chrétiennes, les enseignements chrétiens sont également mélangés aux enseignements traditionnels, ce qui est évident chez les convertis catholiques. Les chefs sont désignés par l’un ou l’autre des deux titres : Namsang et Borduria.

Le dortoir d’un célibataire est connu sous le nom de « Poh », tandis que celui des célibataires est connu sous le nom de « Yanpo ». Cependant, les femmes ne sont pas autorisées à entrer dans le dortoir des garçons, bien que l’inverse soit autorisé. Les dortoirs sont construits sur des pilotis surélevés en bois, mesurant généralement quatre pieds au-dessus du sol. Les dortoirs des célibataires sont décorés de crânes humains capturés lors de chasses aux têtes, qui servent à contenir de grands tambours en rondins taillés dans des rondins de bois. Le tambour, connu sous le nom de ‘thum’ ou ‘log-drum’. Cependant, avec la progression de l’éducation occidentale, on a constaté que ces pratiques sont en déclin. La chasse aux têtes, qui s’est avérée autrefois populaire parmi les Nocte, a été interdite en 1940, bien que la dernière chasse aux têtes ait été notée en 1991 chez les Wancho.

Dernier regard sur des maisons traditionnelles Nocte dans cette région de l’Assam…Je me dis que je dois absolument aller voir les authentiques dans la région de Wangcho.

En ce qui concerne les défunts, les Nocte suivaient une tradition séculaire consistant à garder les corps des parents décédés à l’air libre, soit près d’une rivière, soit juste à l’extérieur de leurs maisons. Les chrétiens Nocte, comme la plupart des Nocte, garderaient également leur corps exposés pendant trois jours, bien qu’ils soient gardés dans la maison.

Inévitablement, les corps décomposés attiraient des bactéries, des insectes et des germes à l’air libre qui produisaient une terrible puanteur. C’était la cause des fréquentes épidémies de maladies menaçant la santé. Grâce à l’éducation à la santé publique par les réformateurs, l’inhumation des défunts dans de véritables cercueils a complètement supplanté ce rite traditionnel depuis 2004. Le village Kheti, qui n’est pas très éloigné de Khonsa, a été le dernier village à abandonner cette pratique .

Cela me rappelle les traditions des Toraja qui conservent les corps des défunts mais embaumés …pendant plusieurs mois voire années afin de pouvoir rassembler suffisamment d’argent pour organiser la grande fête et les sacrifices des funérailles …

Publié le 8 juillet 2022, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :