Inde 2022 : Fantastique festival à Nyamo

Je quitte Leh avec mon fidèle chauffeur pour aller dans une région désertique à 250 kilomètre de Leh.

Autant à Leh on pouvait se croire dans une oasis au milieu du désert …ici à plus de 4200 mètres d’altitude on se trouve dans un vrai désert de cailloux traversé par l’Indus …

Quelques oiseaux qui n’ont pas encore entrepris leur migration comme les grues profitent des derniers instant de repos, les pieds dans l’eau…

Notre destination est un tout petit village Nyoma….

Nyoma est un village principal du sud du Ladakh en Inde, siège d’une subdivision éponyme , d’un tehsil et d’ un bloc de développement communautaire dans le district de Leh . Il est situé sur la rive du fleuve Indus , après son virage à 90 degrés près de Dungti et avant que la vallée ne se rétrécisse vers une gorge près de Mahé. Un monastère bouddhiste (« gompa ») est situé sur la colline à l’arrière du village.

Ce village compte environ 1000 habitants …

Compte tenu de la fin de la saison touristique il n’y a pas de homestay ouvert ni de restaurant ….

Nous logeons chez une famille locale dans un village encore plus petit qui s’appelle Muth…

Il existe de nombreux festivals monastiques au Tibet, au Népal, au Ladakh et au Bhoutan, pendant lesquels les moines tibétains exécutent des danses sacrées tels les mystères de nos églises d’antan.

Les spectateurs viennent parfois de loin pour assister aux festivals, avec une profonde dévotion car, quel qu’en soit le thème, les danses appelées « Cham » sont une projection des méditations effectuées plusieurs jours auparavant et elles sont censées apporter la « libération par la vue ».

La danse cham associée à différentes écoles du bouddhisme tibétain est une danse animée où les danseurs portent des masques et des costumes particuliers. La danse est accompagnée de musique jouée par des moines employant des instruments tibétains traditionnels. Ces danses comprennent souvent des instructions morales et apportent un mérite à ceux qui les observent.

Les masques qu’ils portent à cette occasion représentent des personnages historiques du Tibet (les Roi Songsten Gampo et Trisong Detsen), les grands maîtres bouddhistes Mila Repa et Guru Rinpoche) mais aussi des qualités que l’on doit développer (Avalokitesvara représente la compassion, Vajrapani  l’énergie et Manjushiri la connaissance) ou des défauts lors du jugement des morts (ignorance, désir, avidité, haine).

Chaque monastère possède des danses spécifiques et ses propres masques en bois ou en papier mâché élaborés par de grands artistes. Certains sont vieux de plusieurs centaines d’années, d’autres sont très récents. Ils représentent un patrimoine culturel, artistique et religieux qui est utilisé depuis le 8ème siècle.

Les danses monastiques ou Cham sont donc l’expression d’offrandes aux divinités paisibles et courroucées pour qu’elles dissipent les obstacles à la libération. De nombreux personnages, outre les divinités, interviennent. Certains symbolisent par exemple l’attachement à l’ego ou l’« impermanence » de la vie terrestre. Les moines danseurs revêtent des masques, parfois terrifiants. D’autres moines utilisent des tambourins et des timbales pour chasser les mauvais esprits. Du fait de leur codification très précise, les danses exigent une grande concentration dynamique. Les mouvements, enchaînements et expressions des danseurs sont décrits dans des textes mais la transmission orale demeure fondamentale.

Nous arrivons en contrebas du monastère …je souffre un peu dans la montée …n’étant pas acclimatée encore à l’altitude !!!

Nous sommes accueillis par 2 jeunes moines très sympas portant des masques traditionnels …La fête vient juste de commencer …

Les danses Cham sont  des danses rituelles bouddhistes, qui se transmettent des moines les uns aux autres depuis plus de 1200 ans. Son objectif est d’apporter des bénédictions à toute la communauté, mais son apprentissage est loin d’être simple : il faut des années aux moines pour apprendre ses pas. Mais elles sont aussi utilisées comme moyen de méditation, aussi bien par les moines que par les badauds, transportés dans le monde des dieux par la danse et ses masques.

Au début du festival des moines récitants psalmodies des prières destinées à chasser les mauvais esprits …

Une immense Thanka qui représente des images bénéfiques est accrochée au mur du monastère.

Les masques tibétains utilisés lors de ce rite représentent en effet des dieux et des démons , ainsi que des animaux, dont les vertus sont évoquées, des fées et des goules. En ce qui concerne les animaux , les principaux sont le chien, le cheval, le cerf, le lapin, l’éléphant, le faucon, le lion, le léopard, le loup, le singe, le serpent, le tigre, le renard et le yak.

Ces masques ont souvent un air enragé ou menaçant, afin de semer la terreur chez les mauvais esprits et de les chasser, mais ils ne symbolisent pas des démons. Les masques déchaînés appartiennent aux divinités et, plus ils sont terrifiants, mieux ils tiendront les esprits méchants à distance et laisseront le moine se concentrer sur la méditation.

De plus, certains de ces masques partagent une couronne de cinq petits crânes : ils représentent cinq sentiments humains négatifs, que les dieux transforment en sentiments positifs. La rage, l’ignorance, la jalousie, l’attachement et l’orgueil deviennent ainsi leurs contraires.

Puisqu’il s’agit de masques sacrés, leur production est également solennelle et surtout caractérisée par un strict respect des mesures et des caractéristiques. Leur taille est, de toute façon, généralement plus grande qu’une tête humaine, environ trois fois.

Tout le village ou presque est là …certains sont venus avec leur chapelet ou leur moulin à prières…

Ce n’est pas seulement la forme des masques qui a un sens caché et qui est associée au bon et au vrai, au beau et au laid, car leurs couleurs ont des significations distinctes.

Par exemple, le jaune indique une sagesse profonde, ainsi que la compassion, la bonne fortune et toutes les vertus : c’est en effet la couleur que le premier Bouddha a choisie comme symbole d’humilité et de refus du matérialisme, autrefois utilisé par les criminels. D’autre part, le rouge est la couleur des rituels les plus puissants et, de manière significative, de la robe des moines et de nombreux édifices sacrés. Enfin, le noir est utilisé sur les masques des démons, puisqu’il est le symbole de la haine et des ténèbres.

Mais ce ne sont là que trois des diverses couleurs employées sur les masques d’une culture, tibétaine et bouddhique, qui a beaucoup de nuances.

Les premiers masques arrivent et entrent dans la danse…pendant que les officiants continuent leurs prières…

Ces moines appartiennent à l’ordre des bonnets rouges …Un puissant lama qui appartient à un autre monastère est venu pour l’occasion et participe aux chants rituels.

On voit que ce moine tient dans ses mains un dorje et un ghanta (cloche)…

Le vajra ou dorjé, signifiant « foudre » ou « diamant », est un symbole important dans l’hindouisme et surtout dans le courant vajrayana du bouddhisme, à qui il a donné son nom : « voie du vajra ». Il y désigne entre autres un instrument rituel. Il est appelé dorje ( pierre noble ) en tibétain Le vajra, arme sans pareille, représente l’upaya, moyen efficace qui détruit l’ignorance.
Le symbole formé de deux vajras croisés se nomme visvavajra (vajra de l’univers), en tibétain dorje gyatram ou « double vajra. » Le double vajra symbolise le parfait éveil de la nature du Bouddha au moyen de la Connaissance (verticale) et de l’amour (horizontal) embrasant l’être entier et toutes les créatures.
Vajra est un objet utilisé dans les rituels; le vajra est souvent employé avec la cloche ghanta. Il symbolisent alors respectivement le masculin et le féminin, l’action efficace (ou la compassion) et la sagesse.

De nombreux masques participent maintenant à la danse dont 2 fantômes habillés en blanc dont le squelette est figuré en rouge …

Les moines effectuent une ronde en tourbillonnant sur eux mêmes …l’effet est superbe !!!

Quelques vidéos pour donner une idée de l’ambiance incroyable qui règne dans le monastère…

En fait si vous avez le courage de visionner cette vidéo, vous verrez les moines danser sous le déguisement de ce qui apparait comme un petit mouton …pas du tout c’est un vilain démon …comme quoi dans différentes cultures les représentations peuvent avoir des significations complètement différentes !!!

Publié le 16 janvier 2023, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :