Népal 2021 : Traversée dangereuse avant Melanchigaon …

Nous ne sommes pas particulièrement haut et le village de Melanchigaon est juste en face à la même hauteur que notre village de Tarkeghyang mais comme toujours au Népal où rien n’est plat …il faut descendre complètement au fond de la vallée …franchir la rivière et remonter tout le dénivelé pour atteindre notre destination !!!

La fête des boeufs a eu lieu la semaine précédente ce qui explique la couleur flamboyante des cornes de ce Dzokiaw (croisement de yack et de vache).

Arrive un moment intense de notre parcours…Pour atteindre Melanchigaon nous devons traverser la rivière …mais le pont a été emporté lors de la dernière mousson et bien sur n’a pas été reconstruit …Nous avons donc le choix entre un petit pont bien branlant avec une descente extrêmement dangereuse …ou la tyrolienne à la Népalaise c’est à dire niveau de sécurité zéro…

Moi je vote en faveur du petit pont d’ailleurs les 2 Népalais avant nous ont choisi cette voie… Mais mes 2 camarades votent pour la tyrolienne …c’est une première pour nous 3

Après un moment de panique …c’est une franche rigolade jusqu’à ce que l’on découvre comment les cordages de l’engin sont maintenus …un vague fil de fer même pas arrimé…on jure solennellement de ne jamais utiliser à nouveau ce mode de transport au Népal !!!

Après une belle grimpette …on arrive enfin à Melanchigaon où la propriétaire de l’hôtel nous oblige à nous déchausser avant de rentrer dans le restaurant …c’est tout juste si il ne faut pas utiliser des patins …On aura tout vu pendant ce voyage !!!

Népal 2021 : Retour en Helambu sous les décombres !!!

On croyait avoir fait le bon choix mais c’était sans compter avec la mousson extrêmement forte qui avait complètement ravagé la région de Melamchigaon : ponts arrachés, hotels ravagés, de nombreux disparus …

Bref on commence notre trajet dans un décor de fin du monde ….il n ‘y a pas de touristes …rien d’étonnant !!!

Bref vu les circonstances, on ne s’attarde pas dans la vallée et on remonte en Jeep jusqu’à Sermathang village complètement détruit par le tremblement de terre et pratiquement pas reconstruit depuis …

Je suis venue dans ce village sherpa qui était prospère en 2008 !!! Et je ne reconnait plus rien … Il n’y a plus aucun hotel debout …et heureusement on est recueillis par une famille de sherpas dont les enfants sont partis faire la fête avec leurs amis …on peut donc profiter de leur chambre !!!

La petite Gompa qui était si jolie …est fissurée de partout et n’a absolument pas été restaurée …on dirait qu’il y a eu la guerre dans ce petit village …Dès que les maisons sont reconstruites, elles abandonne le style traditionnel pour être moderne …afin de mieux résister aux tremblement de terre !!!

Les pierres des maisons traditionnelles ne sont pas liées par du ciment …

L’intérieur de la maison de nos amis sherpas …qu’ils viennent juste de finir de reconstruire …Soirée au coin du feu qui est bienvenue compte tenu de la température !!!

Le matin à l’aube nous partons par un beau ciel bleu …

Nous continuons notre périple en direction de Changkiul où on s’arrête pour se restaurer … magnifique !!!

Comme nous sommes les seuls sur les sentiers de trek ..on a le plaisir de rencontrer à nouveau des singes Langur qui nous laissent approcher relativement près…

Nous arrivons enfin à Tarkeghyang pour passer la nuit …le village a également été détruit par le tremblement de terre de 2015 et n’a été que partiellement reconstruit …On a la chance que notre hôtel fasse partie de ces derniers : la dernière photo…

Par contre la nourriture est toujours aussi infecte …

Un groupe de trekkeurs particulièrement pas sympa préparent une expédition camping vers un col voisin pour rejoindre le Lamtang …nous leur souhaitons bon vent !!!

Belle rencontre avec un superbe oiseau sur la pelouse de l’hôtel …question rencontres animlales, nous n’avons pas à nous plaindre !!!

Népal 2021 : La fin du trek Tamang …un peu décevant

En fait ce n’est pas vrai car la fin du trek a plutôt été mieux que l’étape précédente …

Mais impossible d’aller au Lamtang …peu d’hotels ouverts du fait de la pandémie et beaucoup de touristes népalais …car maintenant il y a une route qui monte jusqu’à Bambou où on est presque arrivés sur le plateau …donc trop facile !!!

Je me jure en premier d’éviter la période des festivals au Népal où tout le monde est sur les routes …les chantiers de construction des routes et peut être le Népal carrément qui a trop changé et dont l’esprit n’est plus cohérent avec mes aspirations …

En attendant après une nuit à Shyabru Besi on repart pour escalader la montagne de l’autre coté …La pente est raide mais le paysage est chouette et surtout il n’y a aucun touriste …

En dessous de Khamjing on trouve une ravissante maison de thé avec 2 vieilles dames souriantes …cela fait du bien …je pose avec le chapeau de la région qui n’a rien à voir avec celui du village de Gatlan …Ces 2 vieilles dames sont tout sourire …cela me réconcilie un peu avec le Népal !!!

On continue notre montée jusqu’au village de Khamjing …pas un touriste ce qui est rassurant …les hotels ne sont pas fermés mais comme il n’y a personne la famille occupe toutes les chambres …donc on est obligés de les déménager pour pouvoir s’installer …

Les gens sont sympas …mais c’est un peu délivrance …En tout cas les maisons ont été moins touchées par le tremblement de terre ou elles ont été reconstruites dans le style traditionnel !!!

Le lendemain matin on part faire une excursion vers le village de de Sherpagaon …pour admirer les montagnes eneigées du coté du Laltang

Dans la foulée on redescend et on continue jusqu’au village de Briddim …là il n’y a qu’une seule guest house d’ouverte …mais comme il n’ya a pas de touristes …on est tout seuls et super choyés.

Il y a une superbe cuisine traditionnelle sherpa et je découvre de nouveaux légumes dont le gout ressemble un peu à celui de la christophine …

Et comme on est tout seuls sur le chemin, on a la possibilité d’admirer des animaux sauvages : ici des singes Langur avec un visage noir étonnant !!!

Il me reste un 3ème trek à faire et entre les hôtels fermés à cause de la pandémie …les touristes Népalais hyper bruyants et les chantiers de construction des routes …je me demande bien où on va pouvoir aller !!!

Népal 2021 : Départ de Gatlan vers la vallée

Le lendemain matin on se décide à partir de Gatlan pour redescendre dans la vallée pour remonter ensuite vers Tatopani (sources d’eaux chaudes) . Je l’ai déjà fait une fois et je sais que cette journée va être épuisante…

Pour commencer, on traverse le village et j’essaie de repérer les maisons traditionnelles qui ont survécu au sinistre …elles ne sont pas légion !!! Les survivantes ont une façade en bois sculpté et parfois ont conservé leur toit en bois …

Gatlang (en népalais : गत्लाङ) est un comité de développement villageois du Népal situé dans le district de Rasuwa. Au recensement de 2011, il comptait 1 805 habitants1.

Il reste des maisons traditionnelles mais rien à voir avec l’aspect du village avant le tremblement de terre qui était un des plus beaux villages de la région !!

Après cette petite visite on prend un chemin plutôt boueux et bordé de chortens qui ont été reconstruits après le sinistre…

On arrive en bas de la vallée et on apprends que Tatopani va poser un problème : il y a un énorme chantier pour la construction de la route …ce chantier est réalisé par les Chinois et ils ont réquisitionné toutes les guest houses pour loger les ouvriers …

On pense avoir une bonne idée : s’arrêter sur le flanc de la montagne juste avant Tatopani et en partant de bonne heure le matin pousser jusqu’à l’étape suivante : Nagthali

Dans cette optique on attaque immédiatement la montée avec un nouveau dénivelé de plus de 1000 mètres.

Mais arrivés à une charmante guest house …on apprends une autre mauvaise nouvelle …comme la route actuelle monte jusqu’à Tatopani, plusieurs jeeps sont montées avec beaucoup de jeunes touristes Népalais qui ont réservé tous les hotels de Nagthali (il n’y en a que 2 …). Il est donc inutile de monter plus loin car nous ne trouverons rien pour nous loger !!!

J’avoue que le Népal commence sérieusement à m’énerver mais autant utiliser d’une manière positive , le temps passé ici …donc on redescend vers Shyabru Beshi …en espérant poiuvoir remonter du coté du Lamtang …

A Shyabru Beshi on nous dissuade d’aller du coté du Lamtang …on décide donc de se replier vers les villages de Briddhim et Khangjim…beaucoup moins touristiques…

Népal 2021 : De Shyabru Besi à Gatlan en pays Tamang …

Après nos aventures et mésaventures au Mustang …on s’accorde quelques jours de repos à Kathmandu !!! J’ai quand même quelque chose à trouver à KTM, une couverture Tamang car celle que j’avais (plutôt ancienne a été dévorée par les mites durant mon long séjour en Indonésie.

Avec Nara, on décide d’aller à Bodnath …haut lieu de la culture tibétaine …donc fréquenté par les Tamang afin d’écourter nos recherches ..

Les Tamangs (tibétain : རྟ་དམག, Wylie : rta dmag) forment l’un des nombreux groupes ethniques du Népal. Ils vivent surtout au nord et à l’est de Katmandou principalement dans le Ganesh Himal. Leur culture est très proche des cultures tibétaine et sherpa.

La plupart parlent le tamang, un ensemble de langues tibéto-birmanes : sur un total de 1 539 830 personnes dénombrées dans le pays lors du recensement de 2011, 1 353 311 déclaraient parler le Tamang.

Bodnath (également appelé Bouddhanath) est l’un des principaux sanctuaires bouddhistes de la région de Katmandou au Népal.

Son stoupa du xive siècle qui domine l’horizon est l’un des plus grands au monde. Il a pris la place d’un stoupa plus ancien attesté à l’époque licchavi. La base du stoupa se compose de trois terrasses, représentant un mandala géant que les fidèles peuvent parcourir. On peut y voir 108 niches contenant chacune une statue de bouddha. Cette base représentent la terre, la coupole l’eau, la tour surmontant la coupole le feu, la couronne l’air et le pinnacle l’éther. La base de la tour, carrée, constitue une harmika qui porte les yeux du Bouddha ; la partie supérieure en forme de pyramide allongée se compose de 13 degrés qui représentent le chemin vers l’éveil.

L’afflux de nombreux réfugiés tibétains du Tibet (en Chine) à Bodnath (plus de 10 000 Tibétains ont rejoint cette région depuis la fuite du 14e Dalaï lama en 1959) a entraîné la construction d’une cinquantaine de gompas (monastères). Ils témoignent de l’importance religieuse de ce site, étroitement lié à la fondation de Lhassa car il se trouve sur l’ancienne route commerciale reliant cette ville à la vallée de Katmandou.

Bodnath est l’un des 10 emplacements au Népal inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Il est l’un des sites touristiques les plus populaires de la ville de Katmandou.

Le 13 février 2013, un Tibétain s’est immolé à l’intérieur de Bodnath. Selon le gouvernement tibétain en exil, il s’agit du 100e cas d’auto-immolation de Tibétains depuis 20092.

À la suite du tremblement de terre du 25 avril 2015 le harmika (sommet du stoupa) a été démantelé afin d’être rénové. L’inauguration du nouveau stoupa a eu lieu le 29 octobre 2016 avec un nouvel harmika resplendissant.

Mais à Bodnath …nous trouvons seulement des vêtements tibétains et rien concernant les Tamang… Qu’à cela ne tienne…nous décidons d’aller trekker dans un haut lieu de la culture Tamang mais durement touché par le tremblement de terre de 2015.

Je n’y suis pas retournée depuis et c’est une bonne occasion de voir comment cette région a pu se relever de ce désastre …

Notre première étape est de rejoindre Shyabru Besi …en jeep car la route est complètement défoncée …on a un peu l’habitude avec notre dernière ballade au Mustang et au moins aujourd’hui le ciel est bleu …

Dès le lendemain matin on part de bonne heure … on doit grimper plus de 1000mètres de dénivelé pour atteindre le sommet de la montagne visible sur la première photo… La nuit a été un peu agitée car ma chambre donnait sur la route et les camions ont roulé toute la nuit pour rejoindre la frontière chinoise ..c’est donc un peu dans le cirage que j’aborde cette montée extrêmement raide … Mais nous sommes récompensés de nos efforts car nous pouvons admirer les superbes montagnes du Lamtang.

Arrivés en haut …notre périple n’est pas terminé car il nous reste 3 à 4 heures de marche pour arriver à Gatlan. On s’arrête quand même dans une sympathique épicerie où on se pose un peu pour boire un thé.

La tenancière de l’épicerie bistrot est habillée avec le costume traditionnel…c’est justement le textile que je recherche bien qu’il soit un peu neuf…je l’achète quand même car je ne sais pas ce que je pourrais trouver par la suite !!!

Nous continuons la route jusqu’à Gatlan les paysages des monts du Lamltang sont magnifiques mais on n’ose pas quitter nos pieds des yeux …on marche sur une chaussée pavée de pierres inégales et branlantes … Bishnu ne sent plus ses pieds et moi j’ai mal à la cheville …et on n’est que le premier jour de trek !!!

On décide de s’arrêter pour se restaurer …dans un petit restaurant près de la piste …ce qui permettra également de reposer nos pieds…et oh surprise je reconnais la vieille dame qui nous avait reçus il y a dix ans …mais je n’étais pas avec le même guide !!!

Je suis quand même très contente de la retrouver en bonne forme même si son dos semble douloureux…

Je fais connaissance de sa petite fille extrêmement sympathique et on fait le projet de se retrouver à Kathmandu avant que je rentre en France …on discute de la spécificité des chapeaux de la région par rapport aux autres chapeaux Tamang …du coup j’en rajoute un sur ma liste de courses !!!

On repart douloureusement sur notre piste caillouteuse en se tordant les pieds …heureusement Gatlan n’est plus trop loin …là aussi c’est un peu triste car ce magnifique village traditionnel a été durement touché par le tremblement de terre de 2015…tous les toits en bois de ces belles maisons ont été remplacés par des toits de tôle de couleur …Mais les gens sont souriants et accueillants ce qui nous change positivement du Mustang !!!

Après une bonne nuit calme …nous sommes prêts à repartir et escalader l’autre coté de la montagne …

Népal 2021 : Sous une pluie torrentielle et dans la boue jusqu’à Pokhara …

Quelques photos du Mustang sous un ciel bleu !!!

Le lendemain au départ de Tamagaon nous avions prévu de prendre une piste pour atteindre les grottes de Chungsi mais au matin …catastrophe grosses pluie et brouillard à couper !!!

En 2012, j’avais déjà visité ces grottes aussi compte tenu de la météo …j’y renonce sans trop de regrets ce qui entraine l’annulation d’un jour de trek …sans regrets !!!

Nous partons de très bonne heure car l’idée est de rejoindre Kagbeni avant la nuit …mais notre route est jalonnée de nombreux glissements de terrain qui provoque l’enlisement de nombreux véhicules qui ne sont pas 4X4 pour la plupart… Bref notre route alterne entre rivières qui traversent la route …immensité de boue, nombreux bouchons !!!

A un moment donné …le pont a été emporté et un bus qui essayait de traverser a été bloqué…heureusement notre véhicule est tout terrain …donc nous avons pu rouler dans le torrent et dépasser l’embouteillage…un peu plus loin un brouillard à couper au couteau pour rendre la descente encore plus difficile…

Heureusement Bouddha nous protège et est bien emmitouflé : il ne risque pas de prendre froid !!! Plus loin la même chanson : glissements de terrain = boue + embouteillages …

Plus on descend, plus les conditions de circulation deviennent impossibles, notamment à cause des nombreux motards Népalais qui profitent des jours de congés pour rejoindre la frontière chinoise via Lo Manthang ..

Nous arrivons finalement à Kagbeni où tous les hôtels sont complets du fait de l’affluence des pèlerins pour Muktinath et des motards bloqués par le mauvais temps. Je quitte le Mustang plutôt déçue car l’esprit de cette région a complètement évoluer pour être très business …même si les paysages sont toujours aussi beaux

Népal 2021 : De Marang à Tamagaon

Départ à l’aube de notre sympathique homestay pour continuer la descente vers Kagbeni …malheureusement pas le choix …nous sommes obligés de marcher sur la route dans la poussière et les gaz d’échappement …Ah il est loin l’air pur des montagnes !!!

Histoire de reprendre haleine ..;nous arrêtons à nouveau à Zaité dans le sympathique restaurant que nous avions découvert à l’aller et là mes vieux démons me reprennent …

La propriétaire du restaurant porte une couverture tibétaine autour des reins spécifique au Mustang …très colorée et que je n’ai pas encore en ma possession … Après quelques négociations …c’est chose faite …il ne me reste plus qu’à la transporter …

Nous repartons toujours sur la route …et dans la poussière !!!

Un magnifique stupa décoré sur notre route et des paysages à couper le souffle …

Notre parcours vers le sud se poursuit par Dakmar 3 820 mètres au cœur de peupliers dorés et
dominés par d’exceptionnelles falaises roses aux nombreuses habitations troglodytes
désormais désertées puis, Ghami 3 520 mètres et son incroyable mur de manis (environ 200
mètres de long)

C’est à Ghami, que nous trouvons une guest house ouverte et très confortable …Cela fait du bien de temps en temps !!!!

Nous arrivons suffisamment tôt pour avoir le temps de visiter le village de Ghami où nous ne sommes pas forcément bien accueillis …ici aussi ils sont persuadés que le coronavirus vient d’Europe …

Heureusement il y a une très intéressante gompa …complètement déserte …donc on peut se promener partout !!!

Ghami (aussi appelé Ghemi) est un grand village, le troisième du Mustang, aux maisons blanchies à la chaux et entouré de nombreux champs. Il est construit au pied de falaises ayant la forme et la couleur de gigantesques dunes de sable, certaines étant recouvertes de rochers jaunes et gris ciselés en cheminées de fée. Un ancien fort en ruines et un monastère datant du xiiie siècle, « Shedrup Darkeling Gompa », sont les principales attractions touristiques du village.

Le lendemain matin il est temps de quitter ce très beau village …

Pas le choix ….On prend la route…la plupart des guest houses sont complètement réservées par des motards Népalais extrêmement bruyants …on finit par atterrir dans un homestay particulièrement sale : Nara dort avec des rats qui courent sur sa couverture …De mon coté je récupère un maximum de puces voire pire …

On a tous hâte de rentrer à Kathmandu !!!

Népal 2021 : Passage du col de Chogo La à 4340mètres d’altitude

Il est maintenant temps de redescendre et tant qu’à faire …on emprunte une des rares pistes de trek non détruite par les travaux de construction de la route !!!

Cette piste passe par un col de 4300 mètres qui n’était pas compatible avec la construction de la route …heureusement !!!

On arrive à un premier plateau …assez caillouteux …mais ce n’est pas encore le fameux col / on se prend quelques biscuits secs car la journée devrait être très longue surtout si la gompa Ghar ne pezut pas nous héberger …

Le col est en vue … c’est le léger creux que l’on aperçoit au milieu du plateau…la piste est longue mais ne comporte aucune difficulté…on arrive donc assez vite !!!

On immortalise le moment et on repart car la route est longue même très longue jusqu’à Ghar Gompa ..

Ghar Gompa, est le plus ancien monastère du Népal, de l’école Nyingmapa, Il a été construit au VII ème siècle par l’un des très grands maître du Bouddhisme sinon le plus grand, Guru Rimpoché (également connu sous le nom de padmashambava). Cet exceptionnel Gompa, situé au milieu de nulle part, est aujourd’hui occupé par un seul moine qui y réside depuis 27 ans, accompagné d’un homme à tout faire qui l’aide dans la culture du petit potager et qui fait la cuisine pour les pèlerins et touristes de passage.

Le gompa est un grand bâtiment singulier, avec en face une cour entourée des quartiers d’habitation des moines. La légende dit qu’au 8ème siècle au Tibet les villageois n’arrivaient pas à construire le temple de Samya, car chaque nuit un démon détruisait le travail effectué dans la journée. Padmasambhava appelé à l’aide les informa que le Gompa de Samya ne pourrait être construit que après qu’un Gompa soit érigé à l’emplacement actuel de Lo Ghyekar Gompa au Mustang. Padmasambhava a tué le démon (l’ogresse Balmo) à l’emplacement même de Lo Ghyekar Gompa. Le coeur du démon est à Lo Ghyekar tandis que ses intestins sont à l’emplacement de l’actuel mur à prières (Mani) de Ghemi, et le sang sur les falaises rouges de Dhakmar.

Les tentures couvrant l’entrée du Gompa sont fanées et déchirés, mais il y a la beauté et la puissance de l’âge et de l’isolement de l’endroit. Dans la cour, de nombreux pèlerins tibétains déambulent.

Une première pièce très vaste, est ornées de nombreuse pierres, peintes en couleur et encadrées de bois. ce sont des dieux Nyingma-pa. Au fond, une seconde pièce plus petite et plus sombre a les murs recouverts de peintures de créatures redoutables avec des crocs et la peau bleue. Les Tibétains les appelaient divinités protectrices. Au bas du mur, sur la gauche, une statue petite de Bouddha semble avoir été taillée dans la roche, mais la légende locale veut que cette statue soit apparue miraculeusement. Au Mustang il y a partout des légendes, des esprits, des mythes … Sur le mur du fond il y a deux bronzes de Padmasambhava avec ses deux épouses et d’autres dieux en terre cuite. Le tout est éclairé par des lampes à beurre.

Nous espérions pouvoir dormir sur place mais c’est impossible … Heureusement on nous offre quand même la possibilité de manger une petite soupe nouilles agrémentée de quelques légumes du jardin. Les pèlerins tibétains présents nous offrent des fruits : oranges et bananes … Bishnu a la très mauvaise idée de mettre les bananes dans le sac où est mon duvet …bien sûr elles s’écrasent en une pâte informe …j’utiliserai un duvet à la banane jusqu’à la fin de ce trek …

Pas le choix …malgré la fatigue, nous devons continuer notre route jusqu’à Marang où nous trouverons un logement très simple mais super sympa chez l’habitant.

Bishnu qui marche avec des chaussures trop grandes a très mal au pieds …En ce qui me concerne, je ne sens plus mes jambes !!!

Notre petit homestay est tenu par des femmes dont une est plutôt rigolote …

Personne ne parle le Népalais …on communique par signes …cela me rappelle certaines aventures au Vietnam …mais tout se passe dans la bonne humeur !!!

Népal 2021 : Ballades autour de Lo Manthang

Puisque j’ai la chance d’être arrivée à Lo Manthang …il est possible de refaire la ballade vers la gompa de Choser ..j’en profiterai pour retrouver si possible ce vieux monsieur qui vivait dans les grottes !!!

Malheureusement pour se rendre sur place , nous n’avons pas trop le choix : il faut suivre la route et donc renoncer à l’air pur des montagnes …pourtant nous ne sommes pas loin de 4000 mètres d’altitude !!

Quelques troupeaux de chèvres sur notre route qui n’ont pas grand chose à manger …Un passage de pont problématique …mais c’est cela ou se déchausser pour traverser l’eau glacée …le choix est vite fait !!!

La grotte de Jhong à Chhoser est l’une des grottes les plus étonnantes du Népal. Les secrets des grottes du ciel au Népal attirent l’attention des archéologues du monde entier. Ils sont très curieux d’en savoir plus sur ces grottes .Le Mustang supérieur est l’un des meilleurs exemples de la civilisation de caverne. Il y a de nombreuses grottes faites par l’homme dans les collines de Upper Mustang.

La caverne de Jhong au Mustang supérieur est une caverne exceptionnelle avec 5 étages de haut construit dans une falaise. Il y a plus de 40 chambres différentes à l’intérieur de la grotte. Pour entrer dans cette grotte on doit monter des escaliers très raides. À l’intérieur de la grotte il y a beaucoup d’échelles pour aller d’un étage à l’autre. De la fenêtre de la grotte de Jhong, vous pouvez voir le paysage magnifique de la vallée de Chhoser.

Shija Jhongcave de Chhoser est situé près de la frontière de la Chine (Tibet). Ce site est célèbre pour son histoire passée. Comme les habitants de Chhoser et des villages voisins étaient toujours menacés, ils se sont réfugiés dans la grotte de Shija Jhong pour leur sécurité.

Même après des décennies de recherche, personne n’a pu découvrir qui a construit ces grottes dans quel but elles ont été construites. Les temps anciens jusqu’à maintenant il y a différentes utilisations de ces grottes comme des chambres funéraires (tombeau du ciel Népal), des endroits cachés pour échapper aux ennemis. Quand les gens étaient installés dans les villages traditionnels, les grottes sont devenues des lieux de méditation et certaines de ces grottes ont été converties en monastères.

Des sommets spectaculaires, des paysages magnifiques, des villages reculés et des milliers de complexes de grottes donnent un aspect mystique à cet endroit. La grotte de Jhong est à deux heures de marche de Lo Manthang Népal.

Je commence par m’esquinter un genou en grimpant dans la première grotte …vu la précarité des échelles pour monter …je me contenterais de visiter le premier étages de cavernes …

La gompa de Garphu n’a absolument pas changé depuis 9 ans …toujours aussi impressionnante avec cette citadelle de pierre qui la surmonte …

A l’intérieur …également …rien n’a changé !!! je reprends les mêmes photos que celles que j’avais prises il y a 9 ans.

Par contre une très mauvaise nouvelle …le vieux monsieur que je voulais revoir …est décédé. Compte tenu de ses conditions de vie …cela n’a rien d’étonnant !!

Sur le chemin du retour, je suis reprise par mes vieux démons : à l’occasion du festival Teiji, j’avais trouvé chez un antiquaire local, la coiffure traditionnelle des femmes du Mustang …que je n’avais jamais vue portée …même à l’occasion du festival. Je profite de l’occasion dans le restaurant où on s’est arrêtés : il y a des photos de femmes en costumes de cérémonie : je demande à voir comment cette coiffe est arrimée …

La jeune femme du restaurant très sympa va chercher sa propre coiffe pour me faire une démonstration : mission accomplie !!!

Retour toujours dans la poussière mais avec des paysages d’automne magnifiques !!!

Demain nous quittons Lo Manthang pour commencer notre descente vers Kagbeni !!!

Népal 2021 : l’escalade pour atteindre Lo Manthang

Pour commencer quelques images supplémentaires de notre retour à Dhee La veille … et l’intérieur très rustique de notre sympathique guest house …

Nara est inquiet me concernant …compte tenu de mon grand âge …il a des doutes concernant ma capacité à grimper cette falaise et envisage déjà de louer un cheval pour moi : pas question !!!

Premièrement parce que j’aurai honte et deuxièmement …je n’ai pas confiance dans la capacité du cheval à grimper cette falaise !!!

A Dhee la guest house est simple mais l’ambiance est sympa …par contre il n’y a absolument pas de réseau : Nara et Bishnu essaient de céder quelques unités téléphoniques à cette jeune fille mais pas question …ce qui signifie également qu’en cas de problème …on ne peut prévenir personne !!!

Dès le lendemain matin …on attaque la montée …j’ai quand même un petit regret d’avoir annulé le cheval …On arrive à un premier plateau mais pas de chance …il y a une deuxième série de falaises derrière !!!

On arrive en haut mais ce n’est qu’un début …on a encore 5 heures de marche pour atteindre Lo Manthang !!!

Mais maintenant c’est nettement moins dur car on suit globalement une ligne de crêtes …le sentier n’a pas été emprunté depuis un bon moment certains passages sont éboulés …bonjour l’aventure !!! Sujets au vertige …s’abstenir !!!

On arrive en vue de Lo Manthang et là malheureusement pas le choix …on doit prendre la poussière et avaler la poussière qui y est associée …On aura marché 7 heures avec 1000 mètres de dénivelé positif !!!!

Lo Mantang est une petite ville du Népal, située dans le district de Mustang, de la province de Gandaki. Ancienne capitale du royaume du Mustang (ou royaume de Lo), elle se trouve à cinq heures de marche de la frontière du Népal, à 3 840 mètres d’altitude. Entourée de murs, elle renferme environ cent-vingt maisons, trois monastères et un palais royal. Au recensement de 2011, elle compte 569 habitants1. Ils parlent principalement le tibétain et pratiquent le commerce avec le Tibet au nord et le reste du Népal au sud.

Lo Manthang voit fleurir un nombre impressionnant d’hôtels et de lodges dont la plupart sont fermés du fait de l’épidémie …mais compte tenu de l’affluence des motards Népalais cela devient un vrai problème de se loger …on change plusieurs fois et heureusement on finit par trouver un endroit sympa où les Népalais sont moins bruyants et indisciplinés qu’ailleurs …

A part cela la ville n’a pas trop changé depuis 2012 ..ce qui est plutôt rassurant !!!