Indonésie 2020 : les chefs d’oeuvre de Bokong

Bokong est une région à la frontière entre Amanatun et Malaka ..soit pour être plus clair …une région au nord est de Timor ouest à la frontière avec Timor Leste.

Les tisserands de cette région utilisent principalement le « buna » pour décorer leurs textiles : les motifs sont réalisés avec des fils individuels qui sont imbriqués dans le tissage classique.

Les tisserands dans la région d’Amanatun au Timor utilise la technique de buna supplémentaire, typique du centre de Timor pour un effet extraordinairement beau. Le buna, tel qu’il est utilisé dans le motif du bas, implique l’enroulement de fils de trame colorés individuels autour des fils de chaîne lisses dans le sens de la longueur tout en restant sur le métier à tisser. Le travail est très long et la section de buna d’un textile peut prendre jusqu’à 18 mois à réaliser.

Sur l’exemple des photos ci dessous où il s’agit d’un quasi chef d’oeuvre …le travail a pris plus d’un an.

La tisserande qui a réalisé ce textile habite le village de Fatumetan.

Le peuple Dawan exprime des images ancestrales dans ses textiles sous diverses formes. Les atoni (figure humaine) et beso (grenouille) sont représentés avec les bras et les jambes tendus. La mante atalaepraying a des bras étendus qui peuvent tenir sa proie et aussi une tête qui se déplace d’une manière presque humaine comme il regarde autour. Toutes ces images rappellent au peuple la voie des ancêtres, et parlent à la fois du maintien des coutumes ancestrales et de la vénération des ancêtres. Pour une tisserande, c’est particulièrement important, car en tissant les motifs de son clan, elle continue de « faire descendre » les connaissances des gens de la génération actuelle, ce qui permet de transmettre les histoires, les valeurs et l’éthique qui guident leur mode de vie.

Dans les tissages ci dessous qui sont extraordinaires , les tisserandes habitent le village de Tua Taum dans le district de Bokong …

J’ai rarement vu des textiles aussi beaux …Mais les prix sont stratosphériques !!!!

On se dirige vers la ville de Betun …chemin faisant on traverse le village de Weoe avec des maisons traditionnelles typiques de la région de Malaka.

On est malheureusement obligés de revenir sur Kupang car mon appareil photo ou plutôt mon zoom est tombé en panne …

Cela me laisse le temps de réfléchir …et du coup dès que l’on peut on remonte plein nord pour retourner sur place ….

Et là c’est à nouveau l’émerveillement devant l’énorme yravail que représente la réalisation de ces chefs d’oeuvres !!!

Et à nouveau se pose le problème du choix …car a priori je n’ai pas les moyens d’acheter toutes ces merveilles !!!

A grand peine …je me décide pour un sarong avec un décor représentant l’atalae qui correspond au lézard volant …au dessus des lézards normaux et juste en dessous des humains qui indiquent le rang social le plus élevé …

Indonésie 2020 : Fête de village à Nasi Ayotupas

Belle rencontre sur la route vers Nasi : un homme avec un homme très chic qui porte un selimut avec des motifs buna spécifiques à la région d’Amanuban …

Nous arrivons à Nasi : déjà une première rencontre avec une femme qui nous montre de très belles choses avec les motifs caractéristiques d’Ayotupas …

Les textiles qui présentent des figures humaines sont portées par des personnes de statut social supérieur …

J’aurai bien acheté le beau selimut bleu et rouge mais la propriétaire a cassé le deal d’une manière peu élégante …donc j’espère trouver mieux dans un autre village …

Mais Lazarus que j’avais rencontré il y a 3 ans et qui m’avait vendu des choses magnifiques nous intercepte en mobylette …nous le suivons jusqu’à son atelier de tissage !!!

Nous repartons sur la route pour traverser Nasi et rencontrons un groupe de femmes vêtues de leurs plus beaux atours …

Les sarongs typiques de la région d’Ayotupas sont absolument magnifiques …

Nous arrivons chez Lazarus qui effectivement des splendeurs à nous montrer dans le style caractéristique de la région d’Ayotupas …

Je finis par craquer pour le selimut … »ème textile sur les photos car trop beau même si il est un peu cher …

On repart un peu plus chargé et

En arrivant sur la place de Nasi, on entend de la musique et on découvre un groupe de danseurs traditionnels …Je trouve que la musique et les danses ressemblent étrangement à ce que j’ai vu chez les Adang à Alor.

Mais Marlon qui est Adang qui est Adang me certifie que cela n’a rien à voir …

Pendant que je photographie les danseurs …des femmes et des hommes magnifiquement vêtus se rassemblent …c’est un régal pour les yeux …

Un monsieur s’approche également et nous propose de venir chez lui car il a des textiles à nous montrer …pourquoi pas ??? On va dire que c’est la journée shopping et cette partie de Timor possèdent parmi les plus beaux des tissages …

On commence par nous présenter un magnifique selimut qui correspond à ce que je voulais acheter dans le village précédent …super !!! Puis de magnifiques sarongs et enfin encore des selimut de folie …vraiment cette région est le paradis des textiles !!!

Pour célébrer nos achats on offre du café et des gateaux …et plus particulièrement en ce qui me concerne on m’offre une magnifique écharpe …

Pour remercier cette dame charmante …on se fait la bise à la mode papou c’est à dire en se frottant le nez réciproquement …Heureusement que le virus corona est absent de cette magnifique région !!!

nnnnn

On repart chargés comme des mules mais avec plein de nouveaux amis !!!

Indonésie 2020 : superbes textiles de Oe Ekam

Me voilà repartie pour explorer l’ile de Timor, chose que j’avais fait très superficiellement les années précédentes …mais compte tenu de l’impossibilité de revenir en France et peut être de revenir en Indonésie l’année prochaine, je dois profiter de ce temps qui m’est accordé pour parfaire ma connaissance de ce territoire !!!

Nous partons dans le village d’Ovu où nous attend notre ancien chauffeur …sa famille est censée nous accueillir pour la nuit mais un problème se pose : il n’y a pas d’électricité dans le village ce qui interdira de se servir des portables, de l’ordinateur …

On décide de retourner dormir à Soe ce qui n’a rien d’enthousiasmant …

On change également de chauffeur avec un nouveau très sympa et très souriant : Iang !!!

Avant d’aller plus loin la famille qui habite Ovu, nous montre ses trésors familiaux qui ne sont pas à vendre …ils viennent de la région de Oe Ekam et certains sont très anciens !!

Nous sommes dans la région d’Amanuban sud !!!

Ces textiles sont réalisés avec des couleurs naturelles …

Ensuite viennent les foulards ….et de nouveaux selimuts…

Ensuite viennent quelques selimut et surtout un sarong de folie avec motif Buna. Mais il n’est pas à vendre !!!

Quelques foulards et surtout 3 beaux selimuts portés par des mecs charmants et souriants…

Mais la journée n’est pas finie …on rencontre un homme sur la route avec un beau seliut qui nous conseille d’aller voir un groupe de tisserands dans un village qui s’appelle Benteng None..

Là c’est carrément un régal au niveau des techniques, des couleurs de la qualité du travail…

C’est surtout le dernier sarong qui à mon avis est le plus beau !!! Moitié motifs buna (les losanges ) et moitié motif Kaif réalisé en ikat …superbe !!!

A l’extérieur de la maison de nos nouveaux amis , nous rencontrons une autre famille qui nous laisse également admirer ses trésors !!

Ils nous présentent même un selimut qui a des allures du style de Lelogama et qui devait faire l’objet d’une dot.

Par contre on peut admirer un selimut et un sarong motif buna absolument magnifiques.

Comme nous avons un certain nombre de textiles sur notre livre que nous n’arrivons pas à trouver …on décide d’aller voir la famille royale de Niki Niki pour essayer d’avoir des renseignements …

La succession n’est pas claire pour la famille royale …Marlon a pour ami un des princes mais qui est le fils de la troisième femme …de mon coté je connais ceux de la première femme …

En arrivant la reine me reconnait tout de suite …par contre le roi cherche, a priori à justifier sa nouvelle position et on passe l’après midi à l’écouter ce qui n’a rien de passionnant pour moi car je ne comprends rien …

Photos avec la reine pour terminer cette journée en beauté !!!

Je renoue avec mes relations à la Stéphane Bern….

Indonésie 2020 : derniers jours au paradis …

Mon séjour à Rote touche à sa fin …

Nous partons visiter une nouvelle mangrove située à Maubesi …celle ci est aménagée mais malheureusement les détritus sont présents partout même à coté des poubelles …

Au fond de la lagune on voit un gros oiseau ..;il s’agit d’un genre de cigogne grise …que j’ai déjà vue au lac Inlay au Myanmar …

A la sortie je fais la leçon au gardien concernant les détritus mais le pauvre ne peut pas faire grand chose

Finalement avec les vidéos de Ibee on obtient un succès d’audience non négligeable …

Non loin de Ba’a on passe devant la plage du rocher Hermano où on peut admirer de nombreux rochers sur la plage …

On dépasse le rocher pour tomber dans un petit village où existe des tisserands … Les motifs des tissages sont un peu différents de ce que j’ai vu à Ba’a …entre autre autres les bandes écarlates sont nettement plus prononcées.

On part ensuite visiter la piscine naturelle d’Oemau dont l’eau parait très fraiche mais malheureusement je n’ai pas emporté mon maillot de bain …bien que tout le monde ici se baigne habillé …

Enfin pour terminer la journée nous rendons sur une plage non loin de Ba’a qui s’appele Tiang Bendera qui comporte un rocher où on hisse le drapeau indonésien afin de symboliser la résistance aux envahisseurs …les Hollandais par exemple !!!

Je termine la soirée chez un médecin après m’être fait ausculter par un médecin local afin de trouver un remède contre les piqures de petites mouches solaires qui m’ont piquée et déclenché une super allergie…

Heureusement un coucher de soleil de rêve me permet de quitter cette ile sur une super impression …

Indonésie 2020 : De belles rencontres dans l’ile de Rote

Aujourd’hui exploration du sud de Rote … Arrêt sur une petite colline qui permet d’avoir une vue absolument magnifique sur le village de Mdadokai et ses rochers marins aux formes caractéristiques …

On s’arrête chez le coiffeur où Ibee retrouve une joyeuse équipe : les jeunes présents au marriage dont il a organisé la cérémonie la semaine dernière !!!

Le rocher en question est appelé le rocher parapluie du fait de sa forme obtenue par l’érosion de la mer …

Pour se remettre de nos émotions un des jeunes grimpe sur un cocotier grace aux encoches qui sont portées sur le tronc …

Ensuite on passe un temps fou à se reposer ce qui me rend un peu nerveuse car je ne suis pas venue à Rote pour cela !!!

On part ensuite , toujours dans le même village pour visiter une belle maison traditionnelle, très bien entretenue …

On s’arrête au village de Fuafuni pour admirer la mangrove qui comporte beaucoup d’arbres morts qui ont pris des formes de sculptures …

Ensuite on fait une petite réunion brainstorming avec le chef du village pour trouver des idées pour promouvoir la mangrove …

On part ensuite en direction d’une colline où l’on peut monter au prix d’une grimpette sous un soleil de plomb et de 300 marches …avant on s’arrête pour visiter une maison qui appartenait au Raja local et qui a été construite par les hollandais.

On fait la connaissance d’un des descendants du Raja …un homme charmant qui habite encore cette maison.

En fait la grimpette de 300 marches a été pénible surtout pour Ibee …mais cela valait le coup de souffrir car le point de vue est vraiment magnifique !!!

Et pour terminer la journée …on renconte un monsieur qui porte un Tii Langa

Le Ti’i langga est un type de chapeau à larges bords que l’on trouve dans les îles Rote , dans l’ est de l’ Indonésie . L’île de Rote est l’île habitée la plus méridionale d’Indonésie, située dans la province de Nusa Tenggara Est (NTT), non loin du Timor . La particularité de ce chapeau est la présence d’ une étrange corne qui ressemble à une licorne de 40 à 60 centimètres de haut ou à un ornement de crête attaché à l’avant. La corne / crête est souvent appelée «antenne» qui comporte neuf niveaux. La partie effilée du chapeau ne se redressera pas avec le temps, mais a tendance à s’incliner et est difficile à soulever. On dit que cela symbolise la vraie nature des gens de Rote qui ont tendance à être durs. Avec Sasando , ti’i langga est l’identité culturelle des îles Rote.

Encore une belle journée passée à Rote !!!

Indonésie 2020 : les magnifiques plages de l’ile de Rote

La première plage où nous rendons est une belle plage de mangrove … J’ai droit à plusieurs épisodes de vidéos Youtube sur lesquelles je suis bien obligée de participer …j’en profite pour faire un grand discours sur l’écologie …surtout la lutte contre les ordures qui jonchent toutes les plages en Indonésie, l’intérêt de panneaux pédagogiques pour informer les adultes et les enfants sur les caractéristiques de la mangrove. Je ne peux pas m’empêcher de rajouter un couplet sur le poisson gobie qui peut à la fois respirer sous l’eau et sur terre …Les Gobies sont dépourvus de vessie natatoire…ils n’ont donc d’autre choix que de passer la majeure partie de leur temps sur le substrat ou à proximité. Ce sont donc de très mauvais nageurs, lorsqu’ils se déplacent d’un endroit à un autre, c’est avec une nage maladroite et désordonnée.

La mangrove est équipée de plusieurs passerelles qui sont utilisées par les enfants comme plongeoirs…

La mangrove est un milieu vraiment spécifique …

La mangrove est un écosystème de marais maritime incluant un groupement de végétaux spécifiques principalement ligneux, ne se développant que dans la zone de balancement des marées, appelée estran, des côtes basses des régions tropicales. (L’Europe est, par conséquent, le seul continent où il n’y a pas de mangrove.) On trouve aussi des marais à mangroves à l’embouchure de certains fleuves. Elle constitue l’un des 14 grands biomes terrestres définis par le WWF.

La mangrove procure des bénéfices aux populations en matière de sécurité alimentaire et de stockage de carbone. Elle contribue également à la réduction des risques de catastrophes naturelles en lien avec les impacts du changement climatique.

Ces milieux particuliers procurent des ressources importantes (forestières et halieutiques) pour les populations vivant sur ces côtes. Les mangroves sont parmi les écosystèmes les plus productifs en biomasse de notre planète. Les espèces ligneuses les plus notables sont les palétuviers avec leurs pneumatophores et leurs racines-échasses.

La dégradation rapide de certaines mangroves, dans le monde entier, est devenue préoccupante parce qu’elles constituent des stabilisateurs efficaces pour certaines zones côtières fragiles qui sont maintenant menacées, et parce qu’elles contribuent à la résilience écologique des écosystèmes après les cyclones tropicaux et tsunamis et face à la montée des océans entre autres effets du dérèglement climatique.

Les forêts de mangroves ont été réduites à moins de 25 % de leur étendue naturelle, selon un rapport de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques paru en 2019.

Dejeuner improvisé dans la famille de Ibee …on est censé manger une omelette et des légumes …mais visiblement les garçons n’ont pas l’habitude de faire la cuisine …Au moment de faire cuire l’omelette ils mettent tellement d’huile que je ne peux pas m’empêcher d’intervenir …Ils en sont quitte pour reverser l’huile dans le bidon…

Nous rendons ensuite dans le village de Landeoe pour voir la fabrication du sucre rouge à base de sève de lontar. Mais problème, la personne qui doit apporter le bidon de sève de lontar est en retard…donc on commence à faire bouillir le jus tard dans l’après midi , presque à la tombée de la nuit…Lorsque le jus commence à bouillir une écume se forme qui englobe les impuretés…Il faut donc écumer le jus et cette écume est consommée par les volailles.

Pour s’occuper on s’amuse à monter sur le cheval de la famille qui est suffisamment sympa pour supporter nos singeries …

Fin de cette journée très animée et très réussie …

Indonésie 2020 : escapade à Rote

Je suis toujours en Indonésie et pas prête à en partir ….les vols internationaux sont supprimés jusqu’à la fin de l’année …la bûche de Noel à Kupang …cela n’est pas très sexy !!!

Quelques photos de mon magnifique hotel La Hasienda à Kupang avant de partir !!!

Je saute dans le bateau rapide qui va à Rote et j’arrive en début d’après midi !!!

Mon copain Dandro m’attends à l’embarcadère et on se précipite à ma maison d’hôtes préférée à Ba’a !!!

Mon nouveau guide Ibee est originaire de l’ile de Ndao juste en face de Rote …c’est un fan de youtube et il se prend en vidéo toutes les 5 minutes …j’espère ne pas craquer !!!

Dans l’ile de Ndao il y a une majorité de tisserands …certains sont installés à Ba’a …Comme Ibee a de la famille sur place on s’y rend pour admirer les tenuns.

La première boutique où on s’arrête est tenue par sa tante …je réalise que je la connais très bien …c’est où j’ai l’habitude de faire mes achats lorsque je viens à Rote …

Elle me reconnait aussi et on en profite pour prendre des photos de toute la famille …

On y retourne le lendemain pour rencontrer le tonton qui fabrique des ornements traditionnels en alliages de cuivre et argent.

J’en profite pour m’habiller en costume traditionnel avec les ornements traditionnels fabriqués par l’oncle !!!

Une super partie de rigolade …

On part ensuite pour Oebafok, visiter la maison du roi qui est en très piètre état…Le roi est vieux et paralysé donc cela explique en partie qu’aucun travail de réparation n’est été envisagé surtout en ce qui concerne le toit ..Son fils n’est absolument pas intéressé ….Mais cela est bien dommage car cette maison devait être superbe du temps de sa splendeur

Nous partons en suite à Inngguinnak où on fabrique du sopi (alcool local) à base du jus de Lontar.

Les habitants de l’île de Rote, dans le sud-est de l’archipel indonésien, surnomment le palmier lontar ( Borassus Flabelifer ) comme «l’arbre de vie» en raison de la polyvalence de la plante. Les grands arbres résistants à la sécheresse sont originaires de l’île et ils sont ancrés dans le mode de vie, l’économie et la culture rotenaise depuis de nombreux siècles. Leurs troncs robustes et leurs feuilles en éventail sont transformés en matériaux de construction, divers outils et articles ménagers, chapeaux et même instruments de musique. Cependant, le plus grand cadeau du palmier lontar pourrait être sa prodigieuse sève, qui a servi de source de nourriture importante pour de nombreuses générations de Rotenese.

Reconnu comme l’une des plantes sucrières les plus efficaces, un lontar mature peut produire des centaines de litres de sève par an et est productif pendant environ trois décennies. Le «jus» peut être consommé frais, ou bouilli en sirop ou durci en galettes de sucre. Il peut également être fermenté en une boisson alcoolisée.

La sève de lontar est mise à fermenter puis est distillée dans un alambic des plus traditionnel : une marmite dont les vapeurs sont réfrigérées en passant dans un bidon d’essence rempli d’eau …Je dois dire que le résultat est surprenant et pas mauvais du tout !!!

Pour vérifier que le produit est bien chargé en alcool …on en met à bruler dans des bols et il n’y a pas de doutes …il s’agit bien d’un produit alcoolisé !!!

Prochaine étape, on s’arrête dans la famille de Ibee où on nous invite à déguster des noix de coco.

Prochaine étape une maison traditionnelle à Hululai…celle ci en très bon état . Il s’agit de la maison du leader de la tribu…qui est décédé récemment …cette maison a été construite il y a 20 ans. Sa femme habite toujours cette superbe maison et elle doit se débrouiller avec une pension des plus épisodique …

Indonésie 2020 : Le festival Al Quran à Alor

La fête Al Quran est une fête religieuse musulmane mais où se retrouvent également les autres confessions de l’ile… Cette fête célèbre un coran ancien qui date du 16ème siècle . Cette fête se célèbre dans la cour de la mosquée d’Alor Besar (soit Alor le grand) qui jouxte le palais du roi d’Alor…

Mais pour commencer les jeunes hommes de la tribu Alor se rassemblent dans le village d’Alor Kecil soit Alor le petit !!!et embarquent sur des bateaux décorés pour se rendre à Alor Besar..

Ils sont habillés avec leurs plus beaux vêtements …Il portent des sarongs qui sont un signe de paix et non des selimuts qui signifient : « je suis prêt à faire la guerre « 

Les motifs des sarongs sont originaires d’Alor Kecil car chaque village a des motifs spécifiques …

Certains portent des sarongs avec des najas qui sont spécifiques aux personnes appartenant à un très haut niveau social …au dessus de ce qui est habituellement considéré comme niveau social supérieur …

Les jeunes gens se préparent pour monter sur les bateaux…on en profite pour s’échapper et guetter leur arrivée à Alor Besar…

A Alor Besar le festival bat son plein …toutes ces dames ont elles aussi revêtu leur plus beau sarong. Certaines en profitent pour vendre leur production de tissages notamment celles qui sont originaires de Uma Pura à Ternate …

Nous faisons la connaissance de 2 femmes avec des sarongs exceptionnels comportant des Najas.

Je suis obligée porter une veste because nous sommes dans l’espace de la mosquée et avec la chaleur et le masque …c’est vraiment un épreuve physique …

Heureusement on est super accueillis dans les cuisines et on nous offre un délicieux repas que nous avons la chance de déguster assis.