Archives d’Auteur: martineencoreenvoyage

Indonésie 2020 : Les tissages Lio de Jopu à Ende Flores

Aujourd’hui l’objectif est de retourner à Jopu rencontrer Mama Maria dont j’avais fait la connaissance l’année dernière en voyageant avec Rafael …Mama est le leader d’un groupe de tisserandes dont la qualité de tissage m’avait vraiment éblouie lors de mon précédent passage …

Le village en question s’appelle Rangasse et la maison de mama Maria est une superbe maison traditionnelle …En attendant son arrivée, nous visitons plusieurs ateliers de tisserandes dont certaines que j’avais prises en photo l’année dernières …elles nous montrent de superbes tissages mais je préfère attendre l’arrivée de la cheffe…

En tout cas ce qui est incroyable est de voir le temps nécessaire pour effectuer tous les noeuds qui permettront de teindre les fils de chaine d’un tissage ikat …

En fonction du nombre de couleurs du tissage final il y aura lieu de faire plusieurs séries de noeuds qui seront faits ou défaits en fonction du bain de teinture … C’est le travail le plus important et le plus long …le tissage n’est ensuite que l’affaire de quelques semaines …

Mama Maria possède une maison traditionnelle absolument magnifique ….Sur un coté de la porte une paire de seins est sculptée …c’est une maison féminine !!!

Mama Maria arrive et nous emmène dans la maison de son frère pour nous présenter des ikats anciens absolument magnifiques …je dois avouer que je me laisse faire d’autant plus qu’elle est très sympa et du fait de l’absence des touristes du à l’épidémie …elle a vraiment besoin d’argent !!!

Pour changer un peu de type de motifs nous décidons de pousser jusqu’à Ende où habitent plusieurs communautés de tisserands Lio

Sur la route un magnifique sarong en train de sécher…

Nous arrivons dans le village de Wolo Are …déjà sur la route une bande de femmes s’avance et chacune d’entre elles porte un sarong traditionnel ce qui est de bonne augure !!!

Ensuite c’est la bousculade chacune veut absolument me montrer ses sarongs et insiste pour que j’achète quelque chose …ce qui aboutit au résultat inverse …je suis abrutie par le bruit et les sollicitations et du coup je n’achète rien !!!

On leur demande cependant si elles connaissent le motif d’un sarong admiré à Maumere : elles sont formelles ce type de tissage de haute qualité vient de Nggela qui est la Mecque du tissage Lio. On n’avait renoncé à aller là bas du fait du mauvais état de la route mais compte tenu de ces nouvelles informations …il est impossible de faire l’impasse et le lendemain on remonte à Moni dans notre super homestay.

Pour faire le tour de la question on visite un autre atelier de tissage à Wolo Are …mais notre décision de visiter Nggela est prise…

Comme il nous reste un peu de temps on décide d’aller faire un tour au marché…où on fait la connaissance d’un vendeur sympa qui a des merveilles à des prix abordables …je ne vous fait pas de dessins …je craque évidemment !!!

Vraiment les communautés de tisserands Sikka et Lio même si elles sont moins connues que celles de Sumba ou Timor et même Lembata sont des tisserandes extrêmement douées et créatives !!!

Indonésie 2020 : Découverte du peuple Lio à Moni

Cette fois ci je pars pour longtemps !!! En effet je suis « sponsorisée » et j’ai pu obtenir un visa social qui me permet de voyager sans retourner systématiquement à l’office d’immigration de Kupang …

Je vais donc pouvoir explorer tranquillement l’Indonésie et ses textiles !!! Deux problèmes cependant …la saison des pluies qui bloque pas mal de destinations : ici les pluies équatoriales n’ont rien à voir avec nos pluies européennes …elles provoquent des glissements de terrain et des inondations qui bloquent les routes, provoquent de grosses vagues …donc pas de bateaux …et des orages …donc pas d’avions!!!

Il faut donc rester flexible et changer son itinéraire à la dernière minute …

Je voyage toujours avec Marlon le coupeur de têtes d’Alor …il me sert d’interprète (mon bahasa n’est pas suffisant pour des demandes particulières …) et de garde du corps quoique sur ce dernier point j’ai des doutes compte tenu de sa santé déclinante …

Bref la coexistence n’est pas toujours simple …mais je me gendarme quotidiennement car j’ai une chance inouïe de pouvoir profiter de ma liberté.

Pour ce deuxième voyage nous retournons en premier lieu à Maumere à Flores.

Nous retrouvons notre chauffeur Bram (pour Abraham) …il a toujours ses poulaines pour conduire (?!) mais il a compris que j’appréciais qu’il aille un peu plus vite : donc nous passons de 30km/h à 40km/h ce qui estdéjà mieux !!!

Dès le premier jour c’est la catastrophe …mon appareil photo canon tombe en panne …le bain d’eau de mer lui a été fatal et la réparation par un copain d’une tribu d’Alor n’a pas été suffisamment efficace pour le ressuciter mais je suis têtue (mon origine bretonne sans doute ) et l’expédie avec le Chronopost local à Bali où j’avais rencontré un réparateur un peu plus compétent …on verra bien !!! En attendant je continue avec mon petit compact Sony pas cher …d’où la moindre qualité des photos !!!

Pour commencer nous retournons voir nos amis Sikka de Nelle car il me manque pas mal de noms de motifs et notre amie tisserande est une experte !!!

Je refais en vitesse une photo d’un sarong motif Wenda qui est un de mes préférés.

Il est temps de descendre vers Ende c’est à dire en territoire Lio. Nous effectuons un arrêt dans la maison de famille de Bram où on nous offre du café. La famille et les voisins accourent pour nous montrer leur tissages au cas où je serais tentée d’acheter …

Ils sont splendides mais je résiste vaillamment car le nec plus ultra m’attend pour les prochains jours…

Nous effectuons une première halte à Moni qui est un petit village à proximité du célèbre volcan Kelimutu dont la visite est impossible pour l’instant du fait des glissements de terrain.

Nous nous installons dans un homestay charmant et où en plus la nourriture est très bonne comparée à ce que l’on trouve habituellement en Indonésie…Le seul problème est que vu l’absence de touristes, je ne passe pas inaperçue …donc dès le matin nous avons à peine fini notre petit déjeuner …que les femmes du village arrivent avec des sacs pleins de tissages…tous plus beaux les uns que les autres …mais je résiste encore !!!

Ces tissages sont très différents de ceux que nous avons pu admirer à Maumere qui appartenaient au peuple Sikka. Ceux ci aussi beaux mais avec une structure de motifs plus compliquée sont tissés par le peuple Lio.

Après cette belle démonstration, il est tant de partir…d’autant plus que depuis le balcon du homestay j’ai repéré les toits d’un village traditionnel…

Florès est peuplée par des Austronésiens.

Partis de Chine méridionale il y a 5 000 ans, ils vont coloniser un immense territoire allant de Madagascar à l’île de Pâques. Les différents peuples (Lio, N’gada,…) qui la peuplent sont les derniers peuples mégalithiques.
Ils pratiquent le culte des « Marapu » , culte voué aux ancêtres, aux esprits de la terre et aux divinités.

Sur la place centrale du village, ce poteau en bois est un autel destiné à recevoir les offrandes pour les divinités.

Une tombe décorée d’un visage humain avec des yeux réalistes interpelle…

Nous demandons bien sûr l’autorisation de visiter le village et une charmante dame nous invite à l’intérieur de sa maison.

La maison dans le fond du village qui possède un toit plus foncé est destinée à abriter les cérémonies de marriage.

Les pierres présentes dans ce champ en fonction de leur hauteur indiquent le statut social des villageois qui se tiennent à coté pour prendre la parole dans les réunions communautaires.

Demain nous partons visiter d’autres ateliers de tissage Lio.

Indonésie 2020 : le temple Goa Gajah…et la mort de mon objectif Canon !!!

Voilà une journée qui s’annonçait plutôt bien et qui se termine de manière dramatique …

Mais commençons par le commencement …c’est mon dernier jour à Bali et je décide d’aller visiter en mobylette le temple de Goa Gajah près d’Ubud…

Le temple de Goa Gajah, Cave de l’éléphant ou Grotte de l’éléphant, est un temple d’Indonésie situé sur l’île de Bali, à Bedulu, près d’Ubud. Construit au ixe siècle, il a peut-être d’abord été consacré au culte bouddhiste1, avant d’être transformé en sanctuaire hindouiste.

La façade de la grotte est une sculpture de diverses créatures et de démons menaçants. La gueule d’un monstre sert d’entrée à la grotte. Le couloir de 13 m de longueur mène à un carrefour en T. D’un côté on observe une statue (1 m de haut) de Ganesh, dieu de la sagesse, de l’intelligence, de l’éducation et de la prudence, le patron des écoles et des travailleurs du savoir ; de l’autre côté, trois statuettes représentent des lingams de Shiva.


À proximité, des bains rectangulaires sont restés enfouis jusque dans les années 19503. Ils sont divisés en deux parties, chacune décorée de trois statues de femmes portant un vase au niveau du ventre, d’où sort l’eau qui les alimente. Ces bains dateraient du xie siècle.

Le site est mentionné dans le Nagarakertagama, poème épique javanais écrit en 1365.

En descendant une volée de marches on peut découvrir un temple bouddhiste complètement détruit par le dernier tremblement de terre …Sur place un prêtre sympa se positionne comme mon guide et m’entraine sur un parcours acrobatique sur des pierres particulièrement glissantes …

Mais attention pour une fois je ne tombe pas !!!

Mais d’une manière totalement inexplicable mon zoom Canon se bloque complètement…Je rentre à Sanur ventre à terre et trouve sur Internet un réparateur. On fonce à nouveau …en mobylette …sous une averse tropicale impressionnante … un vrai film d’action …chez le réparateur qui promet de faire un maximum …Mais le lendemain le verdict tombe …le passage en eau de mer lors du reportage sur le Dugong lui a été fatal !!!

Impossible de le réparer sans changer une partie de l’engin ce qui reviendrait plus cher que d’en acheter un autre .. Je suis un peu triste et surtout inquiète sur la fin de mon périple !!!