Archives d’Auteur: martineencoreenvoyage

Indonésie 2020 : Premiers jours à Larentuka Flores

La première idée était d’aller à Lembata en passant par Alor, mais après l’épisode du Dugong où je me suis cassée le poignet au fond du bateau …je me suis sentie un peu handicapée pour voyager de nuit sur un ferry avec mon barda …

Plus simple : prendre un avion jusqu’à Larentuka petite bourgade de l’est de Flores et de là trouver un ou plusieurs bateaux qui nous permettent d’arriver jusqu’à Lewoleba …

Mais ici rien est simple…en se renseignant il s’avère qu’à Lembata, pour l’instant juste les locaux proches sont welcome…Ceux de Larentuka …Les gens comme moi qui n’ont pas le look physique local sont mis en quarantaine !!!

Pas question d’expérimenter les locaux de quarantaine de Lembata …on décide de changer nos plans et d’aller au centre de Flores en pays Sikka près de Maumere !!!

En attendant petit regard sur le port de Larentuka avant de visiter les environs!!!

La ville de Larentuka est dominée par une immense montagne qui est en fait un volcan endormi …rappelons que je me balade sur la ceinture de feu équatoriale …

Nous nous rendons à Waibalun qui se trouve dans la banlieue de Larentuka et où on peut trouver des tisserands.

Le village de Waibalun est un vrai petit paradis …des manguiers partout , des cocotiers, des palmiers …Les églises sont immenses…ici lorsque l’on est chrétien on ne fait pas les choses à moitié …

Les tissages sont très colorés et sont composés de bandes un peu comme ceux d’Alor …ceux avec les fleurs roses s’adressent à des gens de statut social moyen …ceux avec les fleurs jaunes concernent des gens de statut social supérieur.

Juste les sarongs féminins comportent des décors floraux…Les vêtements masculins ne comportent que des rayures sans fleurs …

Pour finir notre journée à Larentuka on décide d’aller faire un petit tour au marché où on ne trouve rien de très intéressant au niveau des textiles..

Cependant on se fait accoster par un type qui nous propose de venir visiter sa maison (derrière le tas d’ordures…) car il possède des textiles antiques …

Je me méfie un peu de cette appellation depuis qu’un type à Alor a essayer de me vendre sans succès des sarongs plein de taches et de trous mais …antiques !!!

Mais bonne surprise …les textiles sont plutôt intéressants…certains ont des trous mais artistiquement réparés.

Ils ont été tissés par une tribu Lamoholot qui habitaient de l’autre coté du volcan mais qui ont disparu depuis …

Comme il nous a annoncé que ce type de tissage était rare donc cher …j’évite soigneusement de lui demander un prix : il ne s’agit pas de dépenser mon budget dès le premier jour …

On passe la soirée avec un copain d’enfance de Marlon qu’il n’a pas revu depuis 30 ans très sympa !!!

Il nous conseille quelques expéditions dans la région. Mais pour l’instant on en reste à notre plan initial c’est à dire de rejoindre Maumere pour rencontrer le peuple Sikka. Bien sur on va absolument visiter ses propositions sur le chemin du retour…

Voilà une aventure qui commencent bien !!!

Indonésie 2020 : Retour à Bipolo Timor

une journée à occuper à Timor avant le départ pour Flores …Mon objectif est de tester mon objectif …pas celui qui est tombé dans l’eau de mer !!!

L’autre …le Tamron qui ne supporte pas l’usage intensif que j’en fait et tombe régulièrement en panne !!! Je ne suis pas loin d’abandonner mais juste pour sécuriser mon voyage à Flores je lui donne une dernière chance !!!

De toute manière je n’ai pas le choix …l’objectif qui est tombé dans l’eau de mer est pour l’instant complètement hors d’usage …

L’idée est d’aller sur la plage de Batololong. mais nous sommes samedi : la plage est blindée de monde et il n’y a pas un seul arbre pour se mettre à l’ombre …Au vu de la température, on abandonne vite l’idée !!!

Autre idée : se rendre sur la plage de la Siena nettement plus ombragée !!!

Bon d’accord elle est envahie par les crocodiles et n’est vraiment pas top au niveau de la propreté mais nettement plus confortable que la précédente …

Mais la plage n’a jamais été ma tasse de thé surtout lorsqu’il faut se baigner toute habillée …pays musulman oblige …sans parler des crocodiles …

Donc on décide de bouger encore et d’aller à Bipolo où les textiles sont chouettes et variés et où nous sommes merveilleusement bien accueillis…

Note hôtesse est responsable d’un stand JNE c’est à dire le Chronopost local mais en plus performant …on en profitera pour faire quelques photos afin de lui faire de la publicité !!!

On commence par admirer un petit sac réalisé avec la technique de tissage Naisa …technique très longue et donc de moins en moins pratiquée !!!

Je suis contente de la retrouver dans cette localité !!!

Puis on enchaine avec des tissages plus classiques qui ressemblent beaucoup aux tissages de Lelogama district qui se situe juste à coté et qui utilise une combinaison de techniques lotis et buna : tissage du motif avec le fil de chaine et tissage du motif avec un fil supplémentaire …

Et puis notre amie nous montre des merveilles …je suis étonnée de la variété des types de tissages réalisés dans la région …

Les couleurs éclatantes sont en générales naturelles en ce qui concerne les jaunes, rouges et orangés… moins pour les bleus et les verts !!!

Un autre style qui utilise la technique ikat avec le motif Kaimnutu …c’est exactement le type de tissages que l’on trouve à Kolbano qui est situé assez loin de là….

Un autre type de tissage ikat avec des motifs fleuris qui sont relativement anciens …la variété des motifs à Bipolo est vraiment incroyable et je comprends qu’ils organisent un festival des textiles au mois de février !!!

Encore d’autres textiles avec ce magnifique selimut très coloré destiné aux hommes !!!

Et ce n’est pas fini !!!

Après cette magnifique présentation …on endosse le costume traditionnel local pour faire des photos !!!

Les femmes portent des coiffes qui ressemblent un peu à celles portées par les femmes de l’ile de Rote.

Et encore d’autres car c’est plutôt rigolo avec pour finir les photos de l’agence JNE pour faire de la publicité …

Indonésie 2020 : Accident stupide au paradis …. à Alor

Toujours coincée en Indonésie Je décide d’aller à Lembata …une ile célèbre pour ses tissages que je n’ai pas encore exploré.

Avant toute chose il me faut rejoindre Alor à partir de Kupang …en bateau …. Ce qui me prend pratiquement la journée mais vu le contexte mondial …j’ai le temps ..

Le ferry pour Lembata ne part que le lendemain donc nous avons une journée à tuer…

Comme la mer est particulièrement calme, on décide d’aller revoir notre copain le dugong !!!

Malgré une corpulence impressionnante, le dugong est un animal discret à la nage gracieuse. Herbivore, il passe une grande partie de son temps à brouter les herbiers marins. Il est ainsi souvent qualifié de vache marine. Cette caractéristique en fait un animal exclusivement côtier.

Le dugong est un mammifère exclusivement marin appartenant à l’ordre des siréniens. C’est un proche parent des lamantins mais contrairement à eux, il n’évolue jamais en eaux douces. Il s’en distingue aussi par sa nageoire caudale qui est triangulaire tandis que celle des lamantins est en forme de palette arrondie. Le dugong possède également deux incisives caractéristiques apparentées à des défenses (jusqu’à 18 cm de long).

Son aire de répartition s’étend de l’Afrique de l’Est jusqu’au Vanuatu (Pacifique Ouest).

Presque exclusivement herbivore, sa préférence se porte sur les plantes à fleur des herbiers marins, il absorbe en moyenne 30 à 40 Kg de nourriture par jour. Du fait de ce régime alimentaire, l’espèce se cantonne aux zones côtières et elle est donc particulièrement vulnérable aux pressions humaines.

Fréquemment blessée par les hélices des embarcations à moteur et parfois chassée pour sa viande, ses habitats côtiers sont en réduction, en particulier du fait du tourisme, de la pollution et de l’urbanisation des côtes.

Aujourd’hui, l’espèce est menacée.

On repart sur le même petit bateau et le dugong qui ne reçoit pas trop de visites du fait du corona accourt et donne des coups de tête dans le bateau …Je suis vraiment contente de le revoir !!

Et cette fois ci …une nouveauté il s’accroche à un des balanciers de notre pirogue pour se faire trainer et en profite pour se gratter le nez …

Heureusement notre bateau est petit mais super stable !!! Et cette grosse bête le fait à peine giter…

En tout cas il est super content de nous revoir …surtout le bateau !!

Et alors là le drame arrive !!! En voulant reculer pour avoir un meilleur angle de prise de vue, j’oublie complètement que juste derrière moi il y a une fosse avec le moteur du bateau…

Je pars les quatre fers en l’air dans le trou où il 10cm d’eau de mer …j’essaie désespéremment de protéger mon appareil photo en atterrissant sur mon poignet gauche … Malheureusement vu la violence du choc …le Canon plonge dans l’eau de mer au fond du bateau. Mon poignet et mon épaule me font super mal ..l’appareil photo est HS …j’ai vraiment gagné ma journée …

Heureusement je garde un super souvenir de cette rencontre sympathique !!!

Dès le lendemain je rentre à Kupang pour aller faire des radios à l’hôpital : mon poignet est cassé mais heureusement les os ne sont pas déplacés …cela devrait se remettre tout seul …

Je confie mon appareil photo à Matias qui m’annonce quelques jours plus tard qu’il va pouvoir le réparer …donc finalement j’ai vraiment de la chance !!!

Une petite vidéo pour profiter de ma rencontre avec ce sympathique dugong !!!

Indonésie 2020 : Rizières et temples dans la brume à Sidemen et Besakih

Ce n’est pas par hasard que j’ai choisi la région de Sideman qui est célèbre pour ses tissages Songket enrichis de fils d’or !!!

Le Songket est un tissu qui appartient à la famille des textiles de brocart du monde malais (aujourd’hui, Indonésie , Malaisie , Brunei , Singapour et le sud de la Thaïlande ). Il est tissé à la main en soie ou en coton et finement décoré de fils d’ or ou d’ argent . Les fils métalliques se détachent du tissu de fond pour créer un effet chatoyant. Dans le processus de tissage, les fils métalliques sont insérés entre la trame de soie ou de coton fils (latitudinaux) dans une technique appelée technique de tissage de trame supplémentaire .

Le Songket est traditionnellement considéré comme un tissu traditionnel luxueux et prestigieux, porté uniquement pour des occasions spéciales, des fêtes religieuses et des fonctions sociales traditionnelles. C’est devenu un vêtement indispensable pour les mariés pour leurs mariages, comme dans les costumes de mariage traditionnels de Palembang, Minangkabau et Bali .

Aujourd’hui, le songket est principalement porté dans des contextes traditionnels comme costumes traditionnels pour les mariages ou les cérémonies traditionnelles. Plusieurs efforts ont été menés pour promouvoir le songket en tant que tissu populaire pour la mode, tant au niveau local qu’à l’étranger. Pendant l’ère coloniale hollandaise, des songket de l’ouest de Sumatra ont été exposés aux Pays-Bas.

Mais la région est absolument magnifique et propice aux promenades pour admirer les paysages de rizières en terrasses …

A l’entrée des rizières de nombreux fétiches destinés à éloigner les mauvais esprits et favoriser les bonnes récoltes !!!

Un de mes objectifs était de visiter le temple de Besakih que je n’avais pas revu depuis 40 ans …je dois avouer que mes souvenirs étaient des plus flous à ce sujet …

Malheureusement le soleil n’était pas de la partie …

Besakih est connu pour être le  » temple mère  » de Bali, il est donc le plus important de l`hindouisme balinais et se situe à 1 000 mètres de haut, pas loin du Mont Agung.

 Besakih est un temple qui se mérite car énormément de marches à grimper mais la vue arrivée au sommet en vaut la peine.

Le temple de Besakih possède donc 86 temples dont le plus important le temple Pura Penataran Agung ainsi que 18 autres. Pour les Balinais visiter ce temple est essentiel car il fait partie d`un pèlerinage. De nombreuses marches mènent au temple principal qui conduisent sur le chemin a des temples qui varient selon leur statuts, fonctions etc.

Le temple de Besakih est associé à 3 temples dédiés à la trinité Hindou. Le temple Penataran Agung au centre a des bannières blanches pour Shiva le destructeur, le temple Kiduling Kreteg sur la droite a des bannières rouges pour Brahma le créateur tandis que sur la gauche le temple Batu Madeg avec ses bannières noires represente Vishnu le protecteur. Vous pouvez visiter d`autres temples du site mais ils sont en général fermés au public car ouverts qu`aux pèlerins.

Le temple Batu Madeg cité plus haut contient un rocher central indiquant que la région du temple de Besakih était déjà réservée pour être un lieu sacré depuis un temps ancien.

Ses origines restent incertaines, il remonte probablement à la période préhistorique. Les bases de pierre du Pura Penataran Agung et de plusieurs autres temples ressemblent aux pyramides à degrés du mégalithique qui datent d`au moins 2 000 ans. Ce fut probablement un lieu de culte hindou à partir de 1 284 quand les premiers conquérants Javanais s`installèrent à Bali. Au XVe siècle Bekasih était un temple d`Etat de la dynastie Gegel.

La légende du temple de Besakih …

Dans un temps lointain Besakih était une foret il n`y avait alors aucun détroit entre Bali & Java. Bali etait alors appelé « ile Dawa ». A cette époque il y avait une sorte d` hermite qui s`appelait Resi Markandeya et qui vivait au mont Rawang (mont raung maintenant ) à Java. Il venait d`Inde il méditait dans les montagnes jusqu`au jour ou il reçu des ordres de Hyang Widhi Wasa de procéder a la déforestation de l`ile Dawa (Bali) puis de diviser l`ile en plusieurs parts entre ses fervents. Il se rendit alors à Bali avec ses 8 000 étudiants qui se mirent alors à abattre les arbres. Durant ce travail de déforestation ils tombèrent malades ou moururent car ils n`avaient pas procéder à une cérémonie speciale. Les travaux furent interrompus temporairement et Resi Markandeya  retourna au mont Rawang. Puis un jour considéré comme  » bon  » il poursuivit ce travail mais cette fois ci invita 4 000 moines avec qui il se mit alors à méditer, tout se déroula bien et il pu alors diviser la terre pour ses étudiants, terre qui servi pour l`agriculture et les habitations.

A l`endroit ou ils ont procédé à la déforestation Resi Markandeya avait installé des cruches d`eau et Pancadatu  (objets métalliques tel que or, argent, cuivre, fer, bronze et bijou Mirah Adi ) il fit aussi une cérémonie et béni la terre qui fut alors nomme Basuki en référence au dragon  » Naga Besukian  » qu`on croit qu`il habite le Mont Agung.

Depuis cela chaque nouvel arrivant sur cette terre n`a pas à expérimenter la malchance de son prédécesseur.

Le nombre des toits des temples de Bali est toujours impair … Le nombre 9 et 11 est le nombre de toits le plus élevé qui signifie l’entrée du paradis …

Pour rappel en voyant les ombrelles : Le jaune et le blanc sont dédiés à Shiva le destructeur …le rouge à Brahma le créateur et enfin le noir à Vishnou le protecteur !!!

Le temple de Besakih représente un véritable centre culturel pour Bali. En fonction du calendrier local, il accueille chaque année plus de soixante-dix cérémonies religieuses importantes. Les anniversaires liés aux dix-huit sanctuaires sont célébré tous les ans. Ainsi, les habitants des environs viennent célébrer la visite des Dieux lors de la célébration de la pleine lune , purnama kedasa , qui a lieu en mars.

Lors de ces événements, les fidèles et les prêtres hindous de la région participent activement aux rituels et aux cérémonies. Le temple de Besakih se révèle être la seule institution du genre qui permet à toutes les castes de venir y recevoir des bénédictions ou d’y déposer des offrandes. En visitant le site pendant ces fêtes religieuses, vous aurez ainsi le privilège de découvrir les nombreuses pratiques hindoues de Bali.

Indonésie 2020 : Escapade à Bali

Nous sommes en octobre 2020 …voilà 8 mois que je suis coincée en Indonésie !!! L’office d’immigration de Kupang rechigne à me prolonger mon visa car je m’approche de la limite des 6 mois de validité de mon passeport au delà des quels il me sera difficile d’obtenir un visa quel qu’il soit !!!

Donc je n’ai pas trop le choix …je fonce à Jakarta pour rejoindre l’Ambassade et remplir ma demande pour avoir un nouveau passeport … Pas simple car l’Ambassade est fermée au public et ne reçoit que sur rendez vous… Je passe sur les détails 80 % des vols annulés au retour dont le mien d’où un voyage dans une bétaillère de Wings où la distanciation sociale était une théorie non appliquée.

Pas question de renouveler l’expérience, …je demande à aller chercher mon nouveau passeport au consulat à Bali en espérant en profiter pour prendre un peu de bon temps surtout question restaurants…

Ma première étape est Sanur ….les villas même en se contentant des porches sont toujours aussi magnifiques …par contre il n’y a absolument personne !!! because Corona !!!

Les grands hotels sont fermés ce qui ne me gêne pas trop car ce n’est pas là que j’avais l’intention d’aller …mais les restaurants…aussi !!!

Les plages sont désertes …tout a l’air abandonné comme si il y avait la guerre !! Même lorsque l’on n’aime pas trop la proximité des touristes …c’est agréable d’avoir un peu d’animation !!!

Pas d’embouteillages sur les plages …il n’y a personne pour proposer des activités …le personnel de certains hotels encore ouverts est réduit au minimum…

Les seuls endroits où il subsiste un peu d’animation et encore …sont les temples car nous sommes à la veille d’une fête hindoue qui va durer 3 jours … D’où le défilé dans la rue …que je suis la seule à admirer !!!

Mes problèmes sont loin d’être terminés car j’ai un gros problème avec mon objectif photo…heureusement je suis à Denpasar et réussit à trouver un dépanneur qui me propose de faire le travail malgré ses journées de congés dus à la fête hindoue …croisons les doigts !!!

J’en profite pour aller faire un tour à Ubud…

Mais Ubud même combat …tout est fermé et si on ne veut pas manger des burgers …c’est super galère !!!

Même Monkey Forest est fermée …les singes s’aventurent à l’extérieur pour grappiller de la nourriture comme ils peuvent !!! Dès que l’on passe devant une boutique ou les étals du marché …les vendeuses se précipitent en criant pour essayer de m’arrêter …Rien à voir avec ce que l’on vit à Timor qui est un monde presque normal comparé à celui ci !!!

J’ai l’impression de réaliser enfin ce que signifie cette épidémie pour l’économie : un cauchemar …dont j’avais jusqu’ici été préservée en me baladant dans les archipels de Timor et Alor qui comparativement sont nettement moins touchés par la pandémie.

A priori les gens qui ont perdu leur emploi dans le tourisme sont repartis dans les villges. Je décide donc d’aller à la campagne pour retrouver un environnement plus vivant !!!

Je suis dans un superbe hotel où je suis la seule cliente …de ce fait à par la chambre il n’y a aucun autre service …L’opération repas va tenir lieu de la mission survie !!!

Heureusement il y a un superbe jardin avec des fleurs à faire rêver n’importe quel jardinier !!!

N’est ce pas Hélène ???

Et heureusement que j’ai mon petit Sony…je peux quand même faire quelques photos !!!

Indonésie 2020 : Retour dans la région de Besikama !!!

Nous voilà au centre d’une région où les tissages n’ont rien à voir avec le reste de la province de Malaka.

D’après notre livre le centre de ce type de tissage se trouve à Besikama mais lors d’un précédent voyage, nous n’avions pas trouvé grand chose … mais on récidive en pensant que nous avions peut être raté quelque chose …

Mais ce que l’on trouve à Besikama est plutôt décevant, on décide d’aller à nouveau à Sukabilulik retrouver notre groupe de tisserandes particulièrement expertes !!!

Sur la route on arrête une jeune fille qui porte un sarong sur le bras car aujourd’hui est le jour de la semaine où les fonctionnaires doivent s’habiller en costume traditionnel.

C’est un joli sarong mais assez simple compte tenu de ce que j’ai l’habitude de voir dans la région !!!

On retourne dans l’atelier de tissage super pro de Oanmane où c’est un vrai régal !!!

Un premier sarong rouge très décoré avec des motifs traditionnels…

Un selimut rouge avec des motifs similaire …Les tisserands de cette région utilisent principalement les couleurs rouge, noir et jaune pour réaliser leurs textiles…

Nous avons ensuite droit au chef d’oeuvre de l’atelier : ce superbe selimut noir très richement décoré …

Puis une série de sarongs de couleur rouge avec des décors plus ou moins modernes …

Un selimut jaune dans un style de décor un peu différent !!! Et pour finir un très beau sarong décoré de motifs traditionnels …

Nous abandonnons cette région pour nous rendre dans la région de Boking que nous n’avons pas encore explorée.

Premier arrêt : Oemol Fatumanufui où on trouve des tissages assez classiques réalisés avec la technique Lotis

Très belle maison traditionnelle avec des volets décorés …

On rencontre un vieux monsieur sur la route avec un selimut assez coloré (mais avec des fils dorés !!!) qui ne veut pas qu’on le prenne en photo immédiatement …il nous entraine dans sa maison où sa famille constitue un groupe de tisserands : les tissages sont très colorés surtout ce deuxième selimut avec des motifs buna caractéristiques de la région d’Amanatun …Malheureusement il est tissé avec des fils dorés…sinon je crois bien que j’aurai craqué.

Les couleurs utilisées sont très vives et probablement issues de l’industrie chimiques …Mais l’effet décoratif est très réussi surtout pour le premier selimut réalisé avec la technique Ikat…

On a enfin le droit de prendre en photo le fameux selimut repéré sur la route …le motif ikat est très sympa …un peu kitsch avec le fil doré !!!

Le monsieur pose quand même avec un autre selimut beaucoup plus sobre et plus à mon gout …

Enfin pour terminer la présentation de 2 très beaux sarongs dans deux styles très différents…le premier en technique Buna et le second en technique lotis …mais les 2 absolument magnifiques …

Notre prochaine étape est Peke Skinu …le village de Skinu est très étendu et comporte de nombreux hameaux avec des styles de tissage assez différents …On a deoit à tous les styles : Buna, Lotis et même un selimut ancien avec un motif ikat très réussi !!

La maison suivante nous présente un très beau sarong vraiment caractéristique de la région de Boking …avec de beaux motifs buna sur la partie noire !!!

L’habitat de la région est très bien organisé …il fait un soleil de plomb avec une chaleur caniculaire aussi les villageois se construisent des aires protégées par des toits qui de loin ressemblent un peu à des champignons …mais en dessous avec les toits en chaume, il fait bon presque frais car l’air y circule …

Nous visitons un autre village Poku où on trouve un beau selimut et un sarong avec les motifs de lézards rouges traditionnels qui aurait été parfait si il n’avait pas été rafistolé de partout pour l’élargir !!!!

Autre maison de tisserands avec un selimut poisson et fil doré ….

Nous partons dans les collines à Oeekam où les textiles sont différents : motifs crocodiles réalisés avec la technique Buna.. Là aussi les ombrelles champignons sortent de terre de partout !!!

Mais une excellente surprise à Oeekam …ce magnifique sarong avec des motifs Buna colorés et en très bonne conditions …difficile de résister !!!

Dans le village de Tualeu même type de sarong mais avec des poissons !!! Ou des motifs abstraits ou des lézards !!!

Dans le village de Oeloo on retrouve les mêmes motifs de lézards sur plusieurs sarongs …Il s’agit visiblement d’un classique de la région

On trouve également 2 beaux selimuts malheureusement pollués avec l’intégration de fils dorés …définitivement je n’apprécie absolument pas cette nouvelle mode qui n’a rien à voir avec les tissages traditionnels …

A nouveau des sarongs avec des poissons et des lézards …

Même chose àTualeu !!!

Il est temps de rentrer à Kupang, pour se faire nous devons traverser la province de l’Insana que nous devons visiter pour retrouver le village d’origine d’un de mes sarongs acheté dans une boutique où j’ai eu une mauvaise information !!!

On rencontre toutes ces femmes sympathiques sur la route …une intuition , je leur montre une photo de mon textiles et comble de chance elle m’assurent qu’il vient bien de leur village …juste il est très ancien et plus personne ne tisse ce genre de sarong actuellement !!!

Ce n’est pas la première fois que cela m’arrive …les choses changent trop vite partout dans le monde y compris en Indonésie !!!

Indonésie 2020 : retrouvailles avec Ayotupas et Bokong !!!

Nous voilà en Amanatun …un de mes endroits préférés à Timor et pas seulement parce que j’ai l’impression de retrouver ma famille à chaque fois que je me rends là bas …

Leurs textiles sont parmi les plus beaux de Timor.

Actuellement ils travaillent surtout en motifs buna avec des décors fantastiques très codifiés…mais auparavant ils utilisaient la technique ikat. Mon amie m’a demandé de passer pour me montrer le magnifique tissage qu’elle est en train de réaliser … Ce motif qui ressemble un peu à un poisson représente en fait le roi entouré de son peuple !!

Elle a par ailleurs récupéré de très vieux tissages en ikat : le premier représente une sorte de légumes qui a priori, n’existent pas chez nous … Le second reprend le même motif que celui qu’est en train de réaliser mon amie : le roi et son peuple …Le troisième est encore plus ancien : il est malheureusement abimé ce qui est très dommage … mais il n’est pas dit que je ne résiste pas la prochaine fois…

Une photo avec ma copine pour finir …sans masque bien sur …on est à Timor !!!

On repart à Tautaum dans la région de Toianas plus connue sous le nom de Bokong… je suis toujours émerveillée par la technique employée par ces femmes …Chaque motif est constitué de différents fils enroulés sur le fil de trame …c’est un travail extrêmement minutieux qui est très consommateur de temps.

En continuant sur la route, on emmène une vieille dame dans notre voiture qui a un sarong vraiment magnifique avec des motifs de poissons.

Nous voilà à Tuataum et j’espère pouvoir réaliser un rêve …la première fois que je suis venue dans ce village j’ai découvert un sarong extraordinaire que je n’ai jamais revu par la suite …

Comme j’ai gardé la photo …j’espère pouvoir l’acheter cette fois ci : plus d’un an de travail et un motif qui représente un genre de Dytique …soit un insecte qui se déplace à la surface de l’eau !!!

J’ai de la chance une femme reconnait le textile et son auteur et part le chercher dans une autre maison du village : je suis un peu émue de le revoir car je croyais vraiment qu’il avait été vendu …

On repart et on retourne sur la piste infernale qui conduit à Manulea … Encore un endroit où nous sommes déjà passés mais que j’aime particulièrement !!!

Premier arrêt dans le village de Lubadeo où on admire de très beaux motifs ikats …des lézards, des motifs atoni qui représentent des humains qui ont un petit air de martiens …

A Arama, on tombe sur un sarong noir avec des motifs très colorés qui tranche avec ce que nous avions l’habitude de voir !!! Mais dans la maison voisine on en prend plein les yeux …surtout avec le sarong comportant de magnifiques motifs de crocodiles !!!

Les selimuts sont magnifiques également avec des motifs très fins qui représentent beaucoup de travail de la part des tisserands !!!

Quand aux prix de ces merveilles …on peut juste rêver car ils sont carrément inabordables …mais heureusement on a les photos !!

On arrive ensuite à Loleon où habite une famille sympa que l’on connait lors d’un précédent voyage et qui produit des tissages de grande qualité.

Je repère séchant sur un fil, un magnifique selimut qui semble m’attendre …il appartient à un vieux monsieur sympa qui me le vend à un prix très raisonnable …

Un apparté : une femme passe sur la route avec un sarong beaucoup plus simple qui ressemble un peu à ceux que l’on a vu à Alor … ce n’est pas la première fois que l’on constate une évolution de ce type vers des tissages plus simples à réaliser !!

Prochain village : Uabau Bisesmus où on voit surtout des foulards utilisant la technique Lotis …soit quelque chose d’assez différent de ce que nous avons vu dans les villages précédents …

Il y a un long sarong dont la partie supérieure se rabat …malheureusement les motifs bunas qui décorent le bas du sarong ne sont vraiment pas terribles …dommage !!

A Klatun un beau sarong avec de beaux motifs buna et un très bel ikat …un grand classique pour la région.

Passage à Fatubena où on nous permet d’admirer de très belles choses surtout le sarong avec motif atoni …mais rien n’est à vendre, juste pour le plaisir des yeux et c’est très bien comme cela.

Dans une autre maison du même village, on nous présente pour commencer des sarongs à rayures assez simples…Puis 2 magnifiques sarongs surtout celui rouge brique …très long avec une multitude de motifs buna en bas du sarong qui se trouvent en haut car il est présenté à l’envers. Il comporte un trou ce qui n’empêche pas que son prix soit stratosphérique … ce n’est pas grave …nous avons les photos !!

En revenant sur la même piste défoncée on repasse à Loleon où nous attend une exposition de selimut tous plus beaux les uns que les autres …cette couleur rouge brique caractéristique de la région est vraiment magnifique…

On quitte Loleon pour arriver à Harekain qui est un des derniers villages de la piste ..;on fait la connaissance de 2 tisserandes expertes qui nous montrent de très belles choses et nous expliquent pas mal de choses concernant l’évolution des tissages . J’apprends ainsi que le selimut que je possède depuis longtemps et que j’avais acheté chez un antiquaire en Thailande est un modèle très ancien qui vient de ce village mais que plus personne ne sait tisser actuellement .

Elles nous présentent un selimut magnifique avec un motif central représentant des crocodiles qui est le seul de ce type que nous avons vu dans la région.