Archives d’Auteur: martineencoreenvoyage

Indonésie 2020 : dernière ballade en pays Mollo

Après notre passage à Fatumnasi, on prend une piste des plus poussiéreuse pour rejoindre le village d’Oelakani

En arrivant dans le village, on repère assez vite un selimut en train de sécher sous l’auvent d’une maison. En insistant un peu la famille nous montre 2 sarongs réalisés avec la technique de tissage Lotis …malheureusement tissés avec du fil doré ce qui est malheureusement le cas de plus en plus dans la région : cela fait plus luxueux d’après eux !!!

On part un peu plus loin au village de Nefokoko où on rencontre des membres de la famille royale du Mollo très sympa : on nous montre des selimuts très classiques avec des rayures rouges et blanches. Les sarongs sont presque exclusivement réalisés avec des rayures en technique Lotis.

En revenant sur nos pas pour rentrer à Soe on remarque un groupe de femmes qui nous attendent au bord de la route …Elles nous entrainent à pied dans leur village et nous montrent des textiles plutôt plus chouettes que ce que nous avons vu précédemment…. bien que l’on trouve malheureusement toujours du fil doré !!!

En sortant on m’apporte un exemple supplémentaire de tissage Naisa …a priori peu de personnes sont encore capables de réaliser ce genre d’ouvrages …et ce sont surtout des femmes âgées.

On repart mais pas trop loin car on est à nouveau arrêtés au niveau de la maison voisine pour admirer un selimut et un sarong réalisés avec la technique lotis et 2 sarongs anciens très classiques !!!

On arrive à repartir en promettant de revenir le lendemain car les villageois trop contents d’avoir trouvé des clients potentiels ne veulent pas nous laisser repartir : les clients sont rares par ces temps de pandémie.

Indonésie 2020 : découverte de la région de Fatumnasi

Je ne compte plus mes passages dans la région de Mollo mais leurs textiles sont si colorés que je n’hésite pas à y retourner une fois de plus !!!

Sur la route à Oelbubuk à un endroit qui s’appelle kilomètre 12 …on rencontre un charmant monsieur qui porte un selimut très coloré, originaire du centre Mollo.

Une autre rencontre avec une femme qui porte un sarong originaire de la région d’Amarasi plutôt loin de Oelbubuk…

Notre destination s’appelle Fatumnasi où existe un important groupe de tisserandes qui sont capables de faire des tissages de type Naisa qui est une technique de tissage qui me reste à découvrir…

Nous sommes en altitude et le climat est très agréable … On fait la connaissance du chef de groupe des tisserandes qui est un monsieur charmant mais un peu trop mégalomane à mon gout…Mais il a un costume traditionnel très coloré …donc pourquoi bouder son plaisir !!! On part pour une séance photo interminable ….

On a droit également à des photos dans la maison de cérémonie destinée au cultes des déités animistes …très intéressant mais un peu galère lorsque l’on n’a pas de flash…

Sa femme est beaucoup plus sympa …je lui montre le livre que ai apporté sur les tissages de Timor qui est très bien documenté …mais il ne trouve pas sa photo dans le livre ce qui le met de mauvaise humeur. Il nous annonce que nous sommes obligés de lui acheter un tissage …voilà une stratégie commerciale qui ne me convient absolument pas !!!

Effectivement il nous présente une quantité importante de tissage que je regarde rapidement car la technique de vente « obligatoire » ne me plait absolument pas … Dommage car il y avait quelques jolies choses … Je préfère m’éclipser discrètement et aller voir les tisserandes dans la petite boutique d’à coté.

J’ai beaucoup de chance car une femme accepte de me faire une démonstration … La technique Naisa n’utilise pas les instruments de tissage classique !!!

En fait on n’utilise que les fils de trame et on passe le fil de chaine à la main en tissant chaque motif isolément : ce qui prend beaucoup de temps !!!

Derniers paysages de cette région avec ses superbes lopos …

Chaque maison timoraise , doit avoir un Lopo dans sa cour. Lopo est soutenu par quatre poteaux en rondins robustes et un toit conique en feuilles d’alang-alang.

Le Lopo a une double fonction, en tant que lieu de stockage des produits agricoles (riz et maïs) et autres produits de première nécessité, ainsi qu’un lieu d’échange d’idées pour les résidents et leurs familles. Le Lopo est très efficace comme abri du soleil et de la pluie.

Dernier coup d’oeil sur une carrière de marbre qui n’est plus exploitée depuis longtemps !!

Indonésie 2020 : exploration de la région Amanuban ouest

Toujours à Timor car au vu de l’actualité en France concernant le Coronavirus …pas besoin de me précipiter !!!

On commence à se creuser la tête pour trouver des endroits que nous n’avons pas encore visités …mais il en existe un : la région de Lakat !!!

Arrivés sur place il fait une chaleur épouvantable et il est difficile de trouver des tisserandes qui ont le courage de travailler …

On finit par trouver une famille qui nous montre des textiles intéressants, surtout le selimut avec des motifs de lézards…mais lorsque l’on s’avise de demander un prix, le résultat est carrément stratosphérique : Ce n’est pas grave j’ai les photos, cela d’autant plus que vu les difficultés sur Java, je n’ai aucune idée comment rapporter mes trésors en France … on se quitte donc bons amis !!!

On continue notre épopée et on rencontre 2 types sur la route plutôt éméchés mais dont un possède un magnifique selimut (le premier sur les photos !!!) Comme visiblement ils ont encore soif la propriétaire du beau textile est complètement d’accord pour nous le vendre à un prix raisonnable conforme aux prix de marché… Sa femme ne va peut être pas être très contente de le voir rentrer sans son selimut ce soir !!!

Toujours dans la même région, à Naukae on rencontre une vieille dame en train de tisser un magnifique textile avec un beau motif. Elle n’a pas énormément de tissages car elle vend tout assez rapidement et travaille surtout sur commande : on admire quand même un sarong réalisé avec le même motif dans une couleur différente !!!

Un jeune homme qui fait partie des amis de la famille nous propose de nous emmener dans un village non loin de là où existe un centre de tissage tenu par des femmes et a priori très intéressant. Seul problème il est fermé ..on reviendra plusieurs fois …différents jours et différents horaires …sans succès !!!

Mais c’est la saison de collecte des graines de tamarin …ce qui explique certainement leur absence…

Indonésie 2020 : aventures dans l’ile de Lapang

Comme on a raccourci d’une manière drastique notre séjour à Lembata …on a le temps de faire quelque chose de plus à Pantar …

On décide d’aller sur l’ile de Lapang !!! Je pense pendant un moment qu’il s’agit de l’ile en forme de mamelon que l’on voit en passant sur la route qui va à Marica.

Et bien non il n’y a absolument rien sur cette ile …celle qui nous intéresse c’est celle qui est toute plate à coté et que l’on voit à peine à partir de la côte…

C’est une ile de pêcheurs avant tout qui vivent dans des conditions très difficiles … en effet il n’y a pas d’eau douce dans l’ile et les femmes doivent retourner dans l’ile de Pantar tous les jours pour remplir leurs bidons… Et lorsque je découvrirai dans quelles conditions se fait le retour …je serais vraiment admirative : un petit bateau balloté comme un fétu de paille au milieu de vagues de 3 mètres !!! J’ai du me cramponner à deux mains pour ne pas me faire éjecter de l’embarcation !!!

On arrive donc avec notre tout petit bateau et on nous annonce que la marée est en train de baisser et donc qu’il est impossible de quitter l’ile… Avant 6 heures d’attente !!!

Ma première idée est d’aller visiter l’ile mais il n’y a pas un arbre, il fait une chaleur insoutenable et nous n’avons pas assez d’eau !!! Donc pas trop le choix on doit trouver un endroit à l’ombre et prendre notre mal en patience …

Il n’y a pas de jardins dans le village mais des platebandes de coquillages …je ne peux pas résister et ramasse les plus jolis !!!

Il n’y a pas trop de villageois sur place : ils sont en train de pêcher ou de collecter des algues qui sont achetées par les fabricants de produits alimentaires ou de cosmétiques.

Les bouteilles plastiques accrochées aux arbres servent de flotteurs pour les plantations d’algues.

On peut se demander pourquoi les pêcheurs se sont installés dans une ile aussi hostile, mais les eaux qui l’entoure sont très poissonneuses …Les poissons sont séchés sur place avant d’être commercialisés.

Nous sommes sur un plateau corallien et la mer se retire à des kilomètres comme au mont Saint Michel !!!

Il y a par contre un nombre très important d’oiseaux marins qui sont paradoxalement plutôt absent des autres iles …cela m’occupe un moment …

La mer remontant doucement …on essaie désespérément de retrouver notre bateau qui a disparu dès notre arrivée… Les villageois commence à rentrer comme on est complètement déshydratés on nous offre de l’eau plutôt saumâtre qui me rendra bien malade …mais compte tenu de leurs difficultés d’approvisionnement je ne leur en veux pas du tout…

On finit par repartir à la tombée de la nuit avec des vagues énormes …je suis la seule à trouver cela un peu rigolo …

Le lendemain journée calme pour changer on va se balader sur la côte est de Pantar …où on profite d’un panorama exceptionnel …On regarde au loin l’ile de Terewen …Marlon me décourage immédiatement pour y aller : vagues encore plus grosses qu’à Lapang et vortex de courant …on oublie !!!

Indonésie 2020 : escapade au marché de Wairiang dans l’ile de Lembata

J’ai tellement entendu parler de la beauté des tissages de Lembata que j’ai hâte de les découvrir …

Un des problèmes est la difficulté d’accès surtout lorsque l’on a un guide qui a peur en avion … Bref je me laisse faire …on part en premier lieu vers Alor …puis de là on rejoindre l’ile de Pantar à Marica où on devrait trouver un bateau pour Lembata et de là on prendra un bus (8h de route …) pour rejoindre la ville de Lewoleba…

En premier lieu un rapide coup d’oeil dans le port de Kalabahi à Alor qui permet d’être un peu soucieux sur la sécurité des bateaux locaux.

On trouve assez facilement un bateau pour aller à Marica …6 heures de mer …cela me laisse le temps de réfléchir …

Vu la réputation de rapidité des transports locaux …je calcule rapisement qu’il nous faut 3 jours pour aller à Lewoleba et autant pour en revenir …cela laisse moins de 3 jours sur place !!! Car il me faut rentrer en vitesse pour être dans les temps pour renouveler mon visa !!!

Je joue les rabat joie et change le programme !!! Cette fois ci, nous n ‘irons pas à Lewoleba…mais seulement à Wairiang où il y a un marché local le lendemain !!!

Après notre arrivée, petite ballade dans la campagne après les heures les plus chaudes de la journée !!!

Malheureusement je ne porte pas les chaussures adaptées et tombe bêtement sur le chemin …rien de grave mais comme ma trousse de secours n’est pas trop riche …on décide d’aller solliciter le dispensaire local plutôt dédié aux femmes enceintes et aux bébés en bas âge !!!

Accueil très chaleureux de toute l’équipe qui n’a pas l’habitude de soigner des touristes maladroites..;

Le lendemain départ à l’aube car il y a presque 3 heures pour atteindre la montagne et le volcan de Lembata que l’on voit de Marica… Là aussi les bateaux ne paraissent pas en très bonne santé …

On part avec des mobylettes et une barque qui pourra au moins servir de bateau de sauvetage si besoin est !!!

Nous voilà arrivés au marché qui est surpeuplé …

Les textiles ne m’enthousiasment pas …car peu d’kats et des motifs très simples : ce sont les tissages traditionnels de la tribu Kedang. Les couleurs vives sont souvent réalisées avec des teintures chimiques …contrairement à ce que l’on trouve à Alor …

Il est vrai qu’après les splendeurs que j’ai vues à timor …je fais un peu la difficile 888

Par contre les gens sont super sympas …aucun problème pour prendre les photos !!!

Beaucoup de légumes secs, de poissons séchés, de couleurs , d’odeurs …des multitudes de mouches très actives mais également une myriade de sourires lumineux …L’Indonésie dans cette partie du monde est vraiment le pays du sourire !!!

Mais le temps passe vite et il faut retourner au port pour trouver une place sur notre bateau… visiblement tout le monde a fait ses réserves sur les bananes … Il est vrai que Marica est un village tellement isolé et tellement desséché que rien ne peut pousser …

Mais il n’y a pas que les bananes …les gens ont également investit sur les matelas qui sont utilisés comme moyens de transports pour les produits et les gens …

Mais avec la chaleur aucun problème pour faire sécher les matelas vu la chaleur ambiante !!

Je choisis de rejoindre le gros bateau avec une petite barque …car le quai de chargement est très loin d’être terminé…On n’a moins de mobylette au retour mais toujours notre petit bateau…

On a de la chance car on trouve immédiatement 2 mobylettes pour rejoindre la ville principale de l’ile : Baranusa.

Ma pilote une jeune femme voilée car musulmane est super sympa et une pilote de cross d’élite …on fait tout le trajet sur une piste défoncée en riant comme des gosses !!!

Quelle aventure pour ma première exploration de Lembata !!!

Indonésie 2020 : Kolbano et Nunkolo à Timor ouest

Oui je suis toujours à Timor et pas prête à en bouger compte tenu des nouvelles alarmantes sur le plan international …

Mais je ne suis pas à plaindre car je vis dans un cadre paradisiaque où le coronavirus semble un danger bien lointain !!!

Pour continuer notre exploration des textiles, nous partons vers Kolbano, sa plage de galets blancs et ses eaux turquoise …malgré tout pas trop de candidats à la baignade à cause des crocodiles marins parait il très présents et relativement dangereux …

Première halte près de la plage dans une maison où on voit sécher deux selimuts. Un traité avec la technique songket avec des motifs « lotis »…Un autre avec des motifs ikat spécifiques à la région …

On continue notre périple vers le nord avec des plages à faire rêver …sans les crocodiles bien sûr !!!

Toujours dans un cadre idyllique et verdoyant nous montons en voiture jusqu’à Nunkolo qui est le centre de tissage textiles de magnifiques textiles qui utilisent la technique Buna …chaque motif est tissé avec un peloton individualisé !!!

On a une chance folle …la première maison où on s’arrête nous montre un ouvrage splendide …c’est vraiment the masterpiece… En plus des photos de familles accrochées au mur démontre qu’il s’agit d’un ouvrage ancien …au moins 50 ans

Cette trouvaille nous met tous en joie …même le chauffeur Fian qui se prête au jeu…

On termine la séance photo avec Fian habillé avec cette splendeur , la maison de famille très modeste et cette dame si gentille …

Ayant trouvé mon Graal…je suis un peu moins motivée pour continuer …mais je me laisse embarquer par l’équipe et on va jusqu’au village de Koko toujours dans le district de Nunkolo…

Nous arrêtons dans une maison très modeste habitée par une multitude d’enfants .. On demande à voir la production de la famille …

On nous montre pour commencer un beau selimut orange avec des motifs très classiques de cette région .

On admire un sarong avec un motif un peu différent mais respectant les codes classiques de la région. Il possède un foulard assorti. Superbe travail …

On trouve également ce que je recherchait de puis longtemps un foulard rougedans le même style …

Du coup on achète tout !!! Car ce n’est pas trop cher et cela va vraiment rendre service à la famille … Donc tout le monde est absolument ravi !!!

Pour terminer la journée en beauté nous effectuons une halte sur la plage de Kolbano pour profiter de ces magnifiques couleurs …

Pas de problèmes …je reviendrais dans ce magnifique endroit !!!

Indonésie 2020 : exploration de la région de Belu à Timor

Oui je suis toujours en Indonésie …pas moyen de partir car le pays est fermé aux touristes occidentaux jusqu’à la fin de l’année …il en résulte une belle pagaille au niveau des vols internationaux y compris pour ceux qui restent sur place …

Ayant eu un mal fou à me faire rembourser un vol Denpasar Bangkok …je m’abstiens de toute réservation tant que les choses ne se sont pas clarifiées et à mon avis ce n’est pas pour demain.

Dans la série on peut faire pire …mais on n’a besoin de délais…je suis en panne d’appareil photo …enfin presque …il fonctionne une photo sur deux …

J’ai voulu voyager léger et ne transporter qu’un objectif avec moi …cela me servira de leçon !!!

On décide donc de terminer cette dernière journée sur place et ensuite de retourner à Kupang pour essayer de trouver un réparateur …

Nous sommes dans la région d’Atambua non loin de la frontière de Timor Leste soit la partie la plus à l’est de Timor ouest.

On commence par le village de Te’un qui se situe dans la région de Belu. Je suis à la recherche de textiles du même type que le mien afin de connaitre leur localisation …ceux ci s’en rapprocheraient bien qu’étant de couleur différente.

Le selimut en particulier en motif ikat kaimunutu est vraiment magnifique !!!

On s’arrête également dans le village de Naresa mais ce que l’on découvre a un parfum de déjà vu !!!

Un peu plus loin, on tombe sur un groupe de villageois qui se rendent à une cérémonie…c’est une occasion pour prendre de belles photos, à condition d’avoir un appareil photo qui marche !!!

Heureusement ils sont de très bonne composition !!!

A Tobir je tombe en admiration devant un magnifique selimut orange avec des motifs incroyables …trop beau !!!

Ensuite passage à Lamaknen où je retrouve pas mal de grands classiques qui figurent sur mon livre …

On passe à Maligel où on découvre les sarongs vraiment spécifiques à la région avec le motif en zig zag en bas du sarong…j’ai définitivement abandonné l’usage du Canon pour me servir du petit Sony …il est temps que je rentre !!!

Enfin pour terminer la journée et ce premier voyage à Timor nous nous rendons dans le village traditionnel de Kewar qui se situe à la frontière avec Timor Leste.

Sur place on fait la connaissance avec un groupe de tisserandes qui font de jolies choses mais ont tendance à abuser du fil doré ou argenté dans leurs tissages ce qui n’est pas trop à mon gout …

Mais pour finir on a droit à deux beaux selimuts qui ne sont pas tissés avec du fil métallique ..heureusement !!!

Super voyage même si il a été écourté du fait de la défaillance du matériel …mais dès que ce problème sera résolu …je reviendrai avec la même équipe !!!

Indonésie 2020 : découvertes à Fahiluka Malaka Timor

Nous quittons Manulea et repartons vers le centre de Malaka…à Fahiluka…au début on nous montre un foulard très classique avec un motif floral…puis on découvre d’autres très beaux tissages , notamment ce selimut avec un motif de crocodile…

Il faut dire qu’il y a ces crocodiles partout à Malaka, dans les rivières, dans la mer …et ils sont énormes (plus de 5m de long). On peut comprendre le culte dont ils font l’objet notamment parce qu’ils représentent l’esprit des ancêtres …

Un autre textile particulièrement étonnant est le selimut ancien qui représente des avions et des bombes utilisés lors de la seconde guerre mondiale … Je retrouverai ce motif dans plusieurs villages…

Nous nous arrêtons quelque temps dans un village vraiment traditionnel qui se nomme Bolan. Après une rencontre très sympa d’une famille avec photos, nous allons voir une vieille dame qui possède des trésors !!!

Elle nous montre pour commencer un sarong très long qui date du temps de ses parents avec une bande réalisée en ikat. Ensuite elle nous déniche un très vieux sarong avec des motifs de coqs comme je n’en n’ai jamais vu même sur mon livre qui me sert de bible. Le motif de coq est un motif récurrent qui est très lié au prestige masculin.

Ensuite petite ballade sympa sur la plage où il est vraiment déconseillé d’aller se baigner vu la présence d’énormes crocodiles !!!

Toujours à Bolan, on s’arrête dans une autre famille qui nous montre des tissages dont les motifs s’apparente à ce que ce que l’on a vu à Fahiluka bien que les villages ne soient pas particulièrement proches …

On retrouve un selimut avec motifs d’avions et de bombes de la seconde guerre mondiale !!

Toujours dans la même famille, on nous montre un superbe sarong rose avec es motifs Buna réalisés dans le style de Sikka Bilulik…Je suis très tentée mais je n’ai plus une roupie à dépenser !!!

Dernier arrêt à Kamasana avant de rentrer à l’hotel …où une femme est en train de tisser un foulard… et où il y a aussi des crocodiles qui ne se contentent pas d’infester la mer et sont présents également dans les rivières et les champs !!!!

On ne découvre que des sarongs très classiques …mais les enfants sont adorables !!!

Par contre la mauvaise nouvelle est que mon objectif ne fonctionne que d’une manière aléatoire ce qui va me pourrir la vie pour le reste du voyage !!!

Je rentre à l’hotel en essayant de trouver un tutoriel valable sur Canon.

Indonésie 2020 : aventures dans la région de Manulea

Pour aller à Manulea ce n’est pas une route mais une piste complètement déglinguée … Fian notre chauffeur roule à moins de 20km/h pour ne pas bousiller ses amortisseurs …c que je comprends aisément !!!!

Ce n’est pas trop clair au niveau de l’intérêt des textiles pour lesquels on se donne tant de mal …Heureusement on rencontre une femme sur la route, dans un bémo qui nous montre un très beau textile …avec un motif ikat complexe et des motifs réalisés avec la technique Buna en haut et en bas du sarong….

Cela nous motive pour continuer malgré la mauvaise route …effectivement arrivés au village de Manulea …on repère quelques tisserandes …

On n’est pas forcément super bien accueillis mais on nous montre quelques très belles pièces qui ne sont pas à vendre nous précise t on d’emblée. Je ne suis pas sure d’être venue pour acheter surtout après les folies que j’ai faites à Bokong …mais lorsque l’on annonce la couleur d’emblée comme cela …la raison peut être que ce soit des textiles anciens appartenant aux grands parents et que personne ne soit actuellement capables de les refaire …Ce qui me conforte dans cette idée est que le type de tissage qui est actuellement réalisé concerne un type de sarong assez simple !!!

On continue de nous montrer des textiles très élaborés dont le selimut ci dessous dont le motif ikat représente des tortues…

On ressort de là complètement abrutis par autant de merveilles …mais bredouilles sur les achats …Moi cela me convient car j’ai pris plein de photos …mais mes compagnons en ressortent avec un sentiment d’échec…on rentre avec 3 heures de piste …j’ai l’impression que la voiture a des roues carrées !!!

Le soir Fian et Marlon me disent qu’ils ont décidé d’y retourner le lendemain mais en allant plus loin pour voir si on peut trouver des choses différentes…

Donc le lendemain …rebelote …on reprend la même route pourrie…

On dépasse le ville que nous avions visité la dernière fois et nous découvrons des tisserandes nettement plus expérimentées dont une vieille dame qui tisse un selimut traditionnel motif ikat relativement complexe…

On est super bien accueillis et on nous montre des merveilles …Du coup j’achète le beau sarong avec le motif ikat Atoni (humain) qui est vendu par la vieille dame qui je trouve a un super beau visage …C’était une expédition fatigante mais avec un résultat inespéré !!!

Indonésie 2020 : Les splendeurs de Malaka

On décide de commencer par un village très traditionnel, celui de Kamasana et on pénètre dans une belle maison où une femme est en train de tisser …Pour la première fois o nous présente un beau selimut (mais ce ne sera pas la dernière ….) avec un motif d’aigle : Garuda qui est l’emblème national de l’Indonésie …

Un deuxième selimut présente un motif assez complexe sinon les sarongs sont plutôt très simples …

Notre deuxième arret concerne le village de Weulun ….Pour commencer un beau sarong dont le motif me rappelle celui de Lamahule à Pantar…

Puis on nous montre 2 selimuts avec le fameux motif des avions et des bombes vus dans le village précédent .