Archives de Catégorie: Non classé

Indonésie 2021 : découverte de l’ile de Solor…

Nous voilà repartis à Larentuka …

Comme Marlon mon précédent guide avait été plus que nul sur le sujet …je tente le coup avec Bram qui ne parle pas anglais mais parait plus honnête que le précédent …ce qui devrait me faciliter les choses pour trouver des mobylettes sur place …

Nous partons donc de très bon matin afin d’avoir le temps de faire l’aller et retour dans la journée !!!

Nous arrivons au petit port de Kalike … Après un bon café local, Bram nous trouve 2 jeunes sympa en mobylette et on part à l’aventure ..

On se dirige vers le village de Lemanu où habitent de nombreux tisserands …

J’avais acheté un beau textile il y a quelques mois dans le marché de Larentuka et Marlon m’avait soutenu que c’était un selimut soit un textile pour homme …pas du tout.. c’est un sarong non cousu !!!

Les sarongs portés par les hommes sont beaucoup moins chargés et comportent seulement de fines rayures …

Les tissage sont réalisés en Ikat mais quel que soit le motif, le nom est Tomodol…pas mal de fleurs, d’étoiles … les petits carrés avec des points à l’intérieur sont censés représenter les maisons traditionnelles !!

On visite ainsi plusieurs ateliers de tissage …on est toujours bien accueillis Et tout le monde est heureux de poser sur les photos …

Je ne suis pas sure que les teintures pour réaliser ces beaux tissages soient vraiment naturelles mais même en posant la question en dialecte local …les réponses sont des plus évasives !!!

Cela n’enlève rien à l’attractivité des couleurs…

Le sarong masculin beaucoup plus simple …est appelé Senai

On décide ensuite d’aller visiter quelques maisons cérémonielles …

Le choix du village cérémoniel est assez limité compte tenu des distances et de notre obligation d’attraper un bateau de retour cet après midi…

Nous visitons le village de Suleng Waseng où là aussi il y a des interdictions de photos relativement ténébreuses …

Les habitants respectent ici également les rituels …la prochaine cérémonie a lieu en mai …pourquoi pas revenir dans cette ile sympathique !!!

Il est temps de rentrer à Larentuka …J’ai l’intention de partir dès le lendemain pour l’ile de Lembata réputée pour ses tissages cérémoniels aussi rares qu’inaccessibles en termes de prix …

Après je me débrouillerai pour prendre un vol direct de Larentuka à Kupang Timor…

Bram me fait une scène car il espère revenir me chercher pour m’emmener à Maumere prendre l’avion …ce qui me coutera plus cher et lui permettra de gagner plus d’argent sur mon dos. Il est vraiment mal tombé avec moi …car j’ai l’habitude de voyager seule n’importe où …donc je l’envoie balader assez brutalement !!!

Ils sont vraiment pénibles ces indonésiens …ils ne réfléchissent qu’au présent …demain est trop loin pour eux …Dommage !!!

Indonésie 2021 : Retour vers Maumere Flores

Comme il nous reste du temps à tuer avant d’aller visiter le musée de Maumere …on va faire un tour à Nelle dans une partie du village que nous n’avions pas visité …Les femmes Sikka viennent nous montrer leur textiles dans l’espoir de pouvoir nous vendre quelque chose…

On arrive au petit musée de Maumere qui est en dehors de la ville ..

Le musée appartient au Séminaire de St. Paulus Ledalero (Flores) est en effet unique. La particularité de ce musée réside dans ses collections, à partir  des outils culturels préhistoriques de  l’ère Palaeolithicum  (pierre ancienne),  le Mesolithicum  (pierre du milieu),  le Neolithicum  (pierre jeune),  l’âge du bronze, l’ âge de la pierre précieuse,  et  fossiles. fossiles faune et de flore   à  l’art et des collections culturelles des habitants de Flores et NTT à l’époque contemporaine , qui ont été recueillies et découverts par les premiers missionnaires SVD qui ont des intérêts et des professions dans les domaines de l’ ethnologie / anthropologie et linguistique ainsi que l’anthropologie – la culture.

Sur la base du  « rassemblement » résultats de découvertes / fouilles et collections désormais systématiquement et scientifiquement organisées et gérées, c’est pourquoi le Père Piet Petu SVD  (historien / chercheur et directeur du musée pour la période  1983-1998 ) a  nommé ce musée BIKON – BLEWUT

Les collections préhistoriques sans trop d’informations ne sont pas trop intéressantes …par contre les textiles le sont nettement plus …surtout du fait de la présence du fameux sarong cérémoniel de Nggela Lawo Butu porté lors de la danse de Mure pour appeler la pluie.

Après cette halte culturelle nous reprenons la route pour aller récupérer Amor dont la famille possède une maison traditionnelle …

Nous nous arrêtons en premier dans le village de Lanadereata qui possède quelques maisons traditionnelles et de belles tombes mégalithiques …

La première photo est la maison des cérémonies utilisée uniquement dans le cadre des rituels ..

Nous bénéficions d’un accueil enthousiaste des villageois …d’où de nombreuses photos!!!

Avant d’aller au village suivant …on décide de faire une halte sur une plage pour déguster du poisson grillé.

Les paysages sont magnifiques et le poisson délicieux…

Nous repartons pour un deuxième village Wolowiro où habite la famille d’Amor.

Il fait tellement chaud que tout le monde est réfugié dans la maison cérémonielle …on en fait autant !!!

Gros succès avec les villageois …surtout les enfants !!!

On termine notre périple chez Amor pour boire un café …

Indonésie 2021 : découverte de Nduaria et retour à Jopu

Nous sommes à nouveau à Moni dans notre point de chute habituel …Nous profitons du fait que notre hôtesse est trop occupée pour découvrir un nouveau restaurant qui n’a absolument rien d’extraordinaire à part la présence de nombreux textiles …

Nous retournons sur nos pas vers Ende pour visiter le village traditionnel de Nduria …compte tenu des récentes pluies …les petits ruisseaux se sont transformés en cascades …

Nous arrivons à Nduaria qui est complètement dans le brouillard. C’est un village absolument pas touristique et le vieux monsieur qui nous sert de guide ne parle absolument pas l’anglais …

Evidemment je prends en photo la maison des cérémonies qui ne doit pas l’être (6ème photo) mais comme je suis prévenue à retardement …tant pis. Ici les traditions et les rituels sont respectés à la lettre car ils ont trop peur si ils ne les respectent pas, d’avoir un mauvais karma.

Après enquête approfondie il s’avère que l’animal fétiche des ancêtres ici est le buffle …certaines représentations ornent le bas des maisons …

En tout cas, j’ai un succès fou avec les enfants : ce n’est pas tous les jours qu’une occidentale visite leurs villages … ceux ci jouent au cerceau au milieu des tombes avec de vieux pneus de vélo…

Ici les morts font partie de la vie …on enterre le grand père dans le jardin près de la maison …les tombes servent de sièges pour se reposer …parfois pour faire sécher le riz ou le linge …il n ‘y a pas la psychose que nous avons dans notre monde occidental …

Sur la route pour aller à Jopu nous rencontrons le marché de Jopu et je me rends compte que je suis déjà venue à cet endroit il y a 13 ans …déjà la première question que l’on me posait était de savoir si j’étais catholique. La religion est un point très important dans ces contrées…

En attendant comme d’habitude le marché provoque un embouteillage monstre car tout le monde se gare vraiment n’importe où…

Nous poussons jusqu’à Nggela pour saluer la tante de Bram…qui nous montre des splendeurs sur lesquelles je craque allégrement …mais on vit qu’une fois !!!

Après cette séance shopping on remonte vers Jopu Rangase car Mama Maria s’est proposée pour me faire visiter son village …

Première photo : c’est l’indigo qu’on utilise ici pour teindre les ikats …rien à voir avec ce qui est utilisé au Vietnam et en Chine …

Ma copine m’explique qu’ici les gens ne sont pas accueillants avec les touristes …il ne faut rien exagérer : j’ai eu droit à plein de sourires et personne ne m’a demandé d’argent …donc tout va bien !!!

A noter il faisait une chaleur épouvantable …les tombes avec leur carrelages apportent une fraicheur bienvenue pour s’assoir …ainsi que les maison cérémonielles …

Pour aidr Mama Maria je lui achète ce beau sarong qui se révèle être plein de trous mais je ne lui en veux pas trop car elle a une très mauvaise vue et n’a pas assez d’argent pour se payer des lunettes …on se plaint toujours en France mais on a quand même beaucoup de chance …